L’industrie du cannabis a connu quelques changements au cours des derniers mois, façonnant, étape par étape, la manière dont nous comprenons la consommation de cannabis médical et luttant contre les préjugés qui subsistent envers cette alternative naturelle.

Qu’il s’agisse de nouvelles découvertes scientifiques ou de la nécessité pour les patients d’avoir accès à ce traitement alternatif, les gouvernements se sont vus contraints de modifier la législation afin de faciliter ou de contrôler l’accès à cette substance. Dans cet article, nous mettrons l’accent sur certains des épisodes et situations les plus importants qui ont permis l’utilisation thérapeutique du cannabis à des fins médicales.

Compréhension générale sur l’usage du cannabis à des fins médicales et de sa réglementation

Suite à un document d’information publié par l’IDPC (International Drug Policy Consortium) en 2018, nous pouvons distinguer deux grands types de réglementations :

  1. Le premier type de réglementation est celui qui est né de la volonté du gouvernement d’améliorer la santé publique et qui est le résultat d’une politique. Dans la plupart des cas, cette réglementation coexiste avec une utilisation récréative du cannabis. L’exemple le plus célèbre serait celui du Canada. Le pays autorise la vente de cannabis en vertu de réglementations régionales spécifiques.
  2. Le deuxième type de réglementation est celui dans lequel la réforme législative est une conséquence de l’initiative citoyenne et de la pression sociale. Ce type de réforme couvrirait la nécessité de certains patients sous certaines conditions et permettrait l’accès au cannabis en tant que produit pharmaceutique uniquement. Nous devons souligner le cas du Royaume-Uni. Ce pays offre une licence légale aux patients qui se conforment aux exigences strictes, leur permettant l’accès aux médicaments à base de cannabis.

Sur quels fondements reposent les nouvelles réglementations ?

Le plus grand obstacle au sein de l’industrie du cannabis médical, à part les préjugés, a été son interdiction totale. Lors de la convention unique sur les stupéfiants, en 1961, le cannabis était interdit sur le plan international et, par conséquent, les recherches médicales et scientifiques sur cette substance ont été abandonnées.

Aujourd’hui, pour que les pays adoptent de nouvelles réglementations permettant l’accès et l’utilisation du cannabis à des fins médicales, il doit y avoir des preuves absolues et irréfutables sur les utilisations thérapeutiques de cette substance, une exigence qui n’est pas nécessaire pour les autres traitements thérapeutiques. Par conséquent, pour que de nouveaux règlements deviennent réalisables, ils doivent reposer sur un fondement solide, fondé sur des preuves scientifiques irréfutables. L’industrie du cannabis à des fins médicales n’a pas encore fait l’objet de recherches sur le sujet et a donc été limité de plusieurs façons.

D’autre part, la plante de cannabis présente une grande variété de composants allant de plus de 100 sortes différentes de cannabinoïdes, plusieurs sortes de terpènes, flavonoïdes, etc. Par conséquent, la complexité de l’usine elle-même, combinée aux limites juridiques auxquelles les chercheurs doivent faire face, entrave l’investigation. Par conséquent, il devient très difficile d’établir les bases scientifiques solides requises par les cadres juridiques pour autoriser le cannabis à des fins médicales.

Un résumé des pays désireux de réglementer le cannabis à usage médical

Nous nous concentrerons dans cette section sur les pays européens qui ont ou vont développer une base légale qui permet un accès contrôlé au cannabis médical.

Royaume-Uni

Les cas de deux enfants atteints d’une forme grave d’épilepsie ayant besoin de cannabis à des fins médicales ont amené le ministère de la Santé à accorder des permis d’urgence afin de permettre aux enfants d’accéder aux médicaments nécessaires. Par conséquent, un processus d’accès à la substance a été élaboré.

Tout d’abord, les seules conditions pour lesquelles le cannabis à usage médical est autorisé sont : spasticité associée à la sclérose en plaques, aux nausées et vomissements provoqués par la chimiothérapie (NVPC) et à l’épilepsie réfractaire.

Deuxièmement, seuls les patients pour lesquels tous les types de traitements conventionnels ont échoué peuvent demander une licence dans la mesure où il est prouvé que le cannabis pourrait les aider dans leur état et après avoir consulté un conseiller médical expert en la matière. Ce n’est qu’en présentant toutes ces exigences que le ministère de la Santé déterminera si le patient peut avoir accès aux médicaments à base de cannabis.

Certains secteurs (comme les patients et les professionnels) se sont plaints de cette nouvelle législation en affirmant qu’au lieu d’ouvrir des portes, elle restreint encore plus, car aucun patient qui n’a aucune des conditions mentionnées précédemment ne peut demander une licence. Et, au cas où ils trouveraient un moyen de faire une demande, le service de santé national britannique n’offre pas actuellement de financement pour le traitement et le coût d’un tel traitement pourrait atteindre des milliers de livres sterling par an.

Allemagne

L’Allemagne est devenue l’un des premiers pays au monde à inclure le cannabis médical couvert par les secteurs public et privé de la santé. Le cannabis médical a été légalisé en Allemagne en 2017 et les médecins sont autorisés à prescrire des médicaments contenant du Tétrahydrocannabinol (THC) aux patients atteints de maladies graves, la plupart sous forme de fleurs ou d’extraits.

Les caisses de maladie ont mis en place un système de remboursement. Pour commencer un traitement au cannabis médical, les patients doivent s’adresser à la compagnie d’assurance maladie requise. Les caisses d’assurance maladie peuvent rejeter les demandes si elles ont de bonnes raisons de le faire. D’autre part, le gouvernement allemand a également créé une agence de cannabis au sein de l’Institut Fédéral Allemand des Médicaments et des Dispositifs Médicaux (BfArM). En outre, les entreprises peuvent demander une licence de culture si elles ont suffisamment d’expérience dans la culture du cannabis et le BfArM permet aux entreprises de collaborer avec des cultivateurs de cannabis internationaux et expérimentés afin de demander une licence. Par conséquent, il est juste de dire que l’Allemagne cultivera du cannabis médical en 2019.

Italie

Suivant dans notre liste, nous trouvons l’Italie. Le ministre italien de la Santé a lancé en novembre 2015 le projet « Formulations galéniques à base de cannabis ». Dans le cadre de cette nouvelle législation, les médecins peuvent prescrire du cannabis médical pour traiter n’importe quelle condition s’il existe suffisamment de littérature scientifique pour justifier son utilisation sur cette condition.

Une fois que le patient a l’ordonnance du médecin, celle-ci est remise au pharmacien. Le pharmacien a un rôle clé à jouer dans ce processus car c’est lui qui est chargé de faire la demande d’obtention de cannabis médical auprès d’une entité officielle reconnue par le gouvernement. L’une de ces entités officielles reconnues est le « Stabilimento Chimico Farmaceutico Militare », une usine pharmaceutique militaire chargée de la production de médicaments pour maladies rares.

Une fois que le pharmacien a fait la demande officielle de cannabis médical à l’une de ces entités, celle-ci reçoit la fleur et peut ensuite fabriquer le médicament requis sous la forme prescrite par le médecin. Les soins de santé publics couvriront le coût du traitement pour l’une ou l’autre des affections suivantes : la sclérose en plaques, la douleur chronique, l’anorexie, le VIH, les NVPC et le syndrome de Tourette, mais seulement s’il est démontré que les traitements conventionnels ont déjà échoué chez le patient, car les médicaments conventionnels demeurent le premier choix du secteur médical et des médecins.

Ce projet vise à contrôler la quantité de cannabis médical récoltée dans le pays, donne un rôle clé au pharmacien et permet la fabrication d’un produit standardisé. Le médecin doit également préciser quelle souche et quelle voie d’administration doivent être utilisées sur le patient.

Danemark

Le Parlement danois a décidé de lancer en janvier 2018 le « Programme pilote sur le cannabis médicinal » qui permettra aux médecins de prescrire des produits médicaux à base de cannabis. Ce programme pilote durera quatre ans et vise à offrir aux patients une base légale pour tester les médicaments à base de cannabis, si les autres traitements standard ont échoué.

Les substances à base de cannabis autorisées dans le cadre du programme sont contrôlées et normalisées, mais elles n’ont pas été acceptées comme médicaments. De plus, ces substances n’ont pas encore été testées dans le cadre d’essais cliniques, de sorte que les médecins disposent de moins d’informations sur leurs effets secondaires. L’Agence Danoise des Médicaments a imposé des restrictions quant aux conditions dans lesquelles le cannabis à usage médical peut être utilisé. Celles-ci incluent : Sclérose en plaques, Spasmes douloureux causés par des lésions de la moelle épinière, NVPC et douleurs neuropathiques. L’intention est de mieux évaluer l’utilisation des médicaments à base de cannabis à la fin du programme pilote.

Pays-Bas

Ce pays classe les substances dans la loi sur l’Opium (la section légale qui couvre les psychotropes) et contrairement à d’autres pays, les Pays-Bas classent le cannabis dans une catégorie moindre (catégorie II de la loi sur l’Opium). De plus, en 2001, l’ Office of Medical Cannabis a été créé. Cette agence est responsable de la vente et de la production de cannabis médical dans le pays. La qualité du cannabis est constamment contrôlée par des tests effectués par des laboratoires officiels. Tout le cannabis transitant par l’agence a été produit par Bedrocan. Bedrocan est la seule entreprise aux Pays-Bas autorisée par le ministère néerlandais de la Santé à produire des flos de cannabis (fleurs séchées féminines). Ces flos peuvent ensuite être achetés en pharmacie sur ordonnance préalable d’un médecin.

Aux Pays-Bas, les médecins ont l’autorité et le jugement pour décider quand prescrire du cannabis, la seule condition est que tous les traitements conventionnels aient échoué auparavant sur le patient et que le cannabis médical soit la dernière option disponible. Les médecins doivent également déterminer la souche requise pour le patient, même si cela est limité par le nombre de souches actuellement fournies par Bedrocan. Jusqu’à présent, il existe 5 types de cannabis médicinal : Bedrocan, Bedrobinol, Bedica, Bediol et Bedrolite. Tous fabriqués par Bedrocan et avec des différences dans la quantité de THC et de CBD. La détermination de celui dont le patient a besoin sera décidée en fonction des besoins cliniques du patient.

Les Pays-Bas en sont un exemple singulier, car ils ne présentent pas la stigmatisation qui prévaut encore dans d’autres pays. La prescription de cannabis à des fins médicales est assez courante et les médecins ne sont pas confrontés à des préjugés et ne nuisent pas à leur réputation en le faisant.

Les conséquences de la légalisation de la consommation de cannabis à des fins médicales

Dans le document d’information publié par l’IDPC, les conséquences de la légalisation du cannabis médical ont été étudiées et expliquées. Il a été dit à maintes reprises que le fait de permettre aux gens d’avoir accès au cannabis à des fins médicales pourrait facilement les amener à en faire un usage récréatif illicite. Mais cette affirmation ne semble pas vraie. Par exemple, la consommation de cannabis à des fins récréatives entre adolescents est restée stable dans les régions des États-Unis où son utilisation à des fins médicales a été autorisée. En outre, il n’y a pas eu d’augmentation du nombre d’accidents de la circulation dans les cadres juridiques où le cannabis à usage médical a été autorisé.

Enfin, aucun décès causé par l’intoxication au cannabis n’a été signalé. Au contraire, les patients chez qui on a administré du cannabis à des fins médicales présentent un meilleur taux de survie et une meilleure qualité de vie.

Le cannabis médical est reconnu comme une nécessité

Dans une déclaration historique publiée par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) en janvier de cette année, le Comité d’Experts sur la Pharmacodépendance a recommandé que le cannabis et la résine de cannabis soient supprimés du Tableau IV de la Convention unique sur les stupéfiants. Cela signifie que l’OMS recommande de cesser de considérer le cannabis comme une substance dangereuse et encourage les institutions à reconnaître son importance thérapeutique. D’autre part, sur une proposition de loi lancée par le parlement européen en 2018, il est reconnu, entre autres, que la recherche médicale sur le cannabis a reçu un financement insuffisant et que les utilisations thérapeutiques du cannabis doivent être reconnues comme prioritaires.

Le fait que deux entités comme l’Office f Medical Cannabis et le Parlement européen parlent du cannabis signifie que de nombreuses institutions officielles sont conscientes de la nécessité médicale de la consommation de cannabis et sont disposées à dépasser les frontières entre la recherche et les préjugés.

Il est clair, en effet, que les gouvernements et le public sont de plus en plus sensibilisés. L’IDPC a recommandé aux gouvernements d’inclure les patients dans le processus de prise de décision, d’offrir une assistance technique aux médecins, d’accroître l’éducation du public concernant le cannabis et de permettre et promouvoir la recherche. Ces aspects sont essentiels si nous sommes prêts à utiliser le cannabis comme médicament.

Tu as aimé ce post ? Evalue-le. Ce post a été réalisé sur la base de recherches existantes au moment de la date de publication de l’article. En raison du nombre croissant d’études sur le cannabis médical, l’information exposée peut varier au fil du temps et nous informerons des avancées dans les articles ultérieurs
Rating: 5.0/5. From 1 vote.
Please wait...
Summary
Cadre juridique européen actuel concernant l'usage du cannabis médical
Article
Cadre juridique européen actuel concernant l'usage du cannabis médical
Description
Découvrez quelques-uns des épisodes et des situations les plus importants qui ont permis l'utilisation thérapeutique du cannabis médical.
Author
Publisher Name
Kalapa Clinic
Publisher Logo