La chimiothérapie est certainement l’un des traitements les plus courants pour le cancer. Elle est souvent utilisée en conjonction avec d’autres thérapies, comme la chirurgie. Le principal objectif est de traiter, ou au moins de diminuer les symptômes, en réduisant la taille de la tumeur ou en empêchant la diffusion des cellules cancéreuses dans le reste du corps. Malheureusement, elle s’accompagne d’effets secondaires désagréables comme les nausées et vomissements.

On estime qu’environ 50% de ces patients vont souffrir de nausées et vomissements à cause de la maladie elle-même, ou des médicaments anticancéreux. De plus, il s’est révélé que les patients expérimentaient cette même mauvaise sensation avant les doses de chimiothérapie, phénomène appelé NVCC anticipés et attribué à une étiologie psychologique. Il existe déjà de nombreux médicaments anti-nausées et antiémétiques (anti-vomissements) afin de contrôler ce problème, mais ces derniers ne sont pas toujours assez forts et d’autres alternatives sont nécessaires. Cet article porte sur les prescriptions actuelles disponibles pour les NVCC, et étudie les bienfaits de l’option cannabinoïdes.

Condition

Les agents antinéoplasiques travaillent en attaquant les cellules croissantes, qu’elles soient cancéreuses ou saines. Les tissus normaux incluent les follicules pileux (provoquant la perte de cheveux), ou encore les cellules tapissant la bouche, l’estomac et les intestins. Souvent, les personnes reportent ou refusent tout dosage supplémentaire, par peur d’affronter les NVCC.

Les schémas thérapeutiques actuels

Durant la chimiothérapie, de la sérotonine est relâchée dans le tractus gastro-intestinal. Cette sérotonine peut alors s’accrocher aux récepteurs 5-HT3 (localisés dans le système nerveux central et périphérique) et est connue pour être l’une des causes des nausées et vomissements. Une approche classique implique les antagonistes des récepteurs 5-HT3, qui empêchent la liaison elle-même.

Cette forme d’antiémétique s’est révélée être très efficace, mais cela ne marche pas sur tout le monde et dans certains cas, peut produire des effets secondaires comme des insomnies, nausées et vertiges. Pour cette raison, les chercheurs ont commencé à étudier les cannabinoïdes. A ce jour aux Etats-Unis, deux formes de cannabinoïdes synthétiques, le Dronabinol et le Nabilone, ont été approuvés pour les NVCC. Tous deux sont des variations du Tétrahydrocannabinol (un des composants actifs naturellement produits par la plante de cannabis) artificiellement produites. Ils sont généralement donnés aux patients qui ne répondent pas aux médicaments traditionnels.

Recherche

Les cannabinoïdes, tels que le Tétrahydrocannabinol (THC) et le Cannabidiol (CBD), sont connus pour supprimer les nausées et vomissements. En fait, l’un des premiers usages médicaux documentés du THC était pour les NVCC, dans les années 1970. Depuis cette conclusion, de plus en plus d’études ont été menées pour découvrir si les mécanismes des cannabinoïdes ou le système endocannabinoïde peuvent avoir une influence sur la maladie.

Quand un cannabinoïde est administré dans le corps humain, il se lie à son récepteur (membre du système endocannabinoïde), identifié comme Récepteur Cannabinoïde 1 (CB1) et Récepteur Cannabinoïde 2 (CB2), parmi d’autres. Ces récepteurs se situent dans le système nerveux central, le système immunitaire, le tractus gastro-intestinal, mais aussi au sein des voies du réflexe émétique. Ainsi, il est entendu que les cannabinoïdes opèrent en supprimant l’interaction entre la sérotonine et son récepteur. Une recherche menée sur des modèles animaux (les vomissements étaient induits par l’antagoniste du récepteur CB1, cisplatine) ont montré que le THC était extrêmement efficace pour réduire les vomissements. Ces résultats reflètent ceux trouvés dans une étude similaire sur des humains. De plus, il a été observé que l’administration de CBD, de façon proportionnelle à la dose, aide également à diminuer la réaction au cisplatine.

Le traitement aux cannabinoïdes pour les Nausées et Vomissements Consécutifs à la Chimiothérapie est encore considéré comme controversé, peut-être parce que de nombreux médecins ne sont pas assez bien informés sur ses propriétés. Cependant, c’est le seul espoir pour de nombreuses personnes pour qui les solutions conventionnelles ont échoué. Le THC et le CBD ne réduisent pas seulement les nausées et vomissements qui viennent des agents antinéoplasiques, mais aussi améliorent l’appétit, le sommeil et soulagent la douleur. Plus il y a de gens qui optent pour ce type de traitement, plus la recherche avance pour étudier tous les avantages des cannabinoïdes.

Tu as aimé ce post? Evalue-le
Summary
La thérapie aux cannabinoïdes pour les Nausées et Vomissements Consécutifs à la Chimiothérapie
Article
La thérapie aux cannabinoïdes pour les Nausées et Vomissements Consécutifs à la Chimiothérapie
Description
Les antiémétiques traditionnels ne sont souvent pas assez forts pour traiter les NVCC. Une thérapie aux cannabinoïdes pourrait d’avérer très utile dans le traitement de cet effet secondaire de la chimiothérapie.
Author
Publisher Name
Kalapa Clinic
Publisher Logo