Syndrome d’ Abstinence et Cannabis Medicinal

Syndrome d’ Abstinence et Cannabis Medicinal | Kalapa Clinic

Effets

  • Effet de l’addiction aux Benzodiazépines
  • Effet de l’addiction aux Opiácés
  • Effet de l’addiction à l’alcool
  • Baisse de l’Anxiété
  • Baisse du stress

Vous voulez en savoir plus sur la consommation de cannabis en phase de sevrage ?

Une équipe de spécialistes se tient à votre disposition pour répondre à vos questions

Qu’est-ce que le syndrome d’abstinence ?

Quand une personne cesse de consommer une substance à laquelle son corps est habitué, s’ensuit une série de réactions physiques et psychiques. Le corps, habitué à la substance, s’altère devant le manque de sa consommation, entre dans une phase de sevrage de la substance, provoquant un malaise intense chez la personne.

Le syndrome d’abstinence, peut non seulement se manifester à cause de drogues mais aussi avec n’importe quelle substance pouvant créer une potentielle dépendance tel que le tabac, l’alcool ou le café, entre autres.

Les effets de la CBD dans un syndrome de sevrage

Pour les personnes souffrant du syndrome d’abstinence, les cannabinoïdes aident à réduire l’anxiété et le stress générés par un apport insuffisant de produit addictif. Ils permettent également d’aider en cas de dépendance aux benzodiazépines, des opiacés et de l’alcool.

Traitement médicamenteux du cannabis pour le syndrome de sevrage

Quelques cas documentés ont démontré que l’usage de cannabinoïdes peut être efficace pour combattre le syndrome d’abstinence chez les personnes dépendantes des benzodiazépines, des opiacés et de l’alcool. Pour résumer, les cannabinoïdes pourraient être utiles pour atténuer les symptômes physiques mais aussi pour contrôler le stress que certaines personnes ressentent après avoir abandonné la substance dont ils abusaient.


Quelques récepteurs de cannabinoïdes (CB1, CB2, TRPV, entre autres) génèrent des mécanismes biochimiques dans les zones du cerveau qui contrôlent le comportement émotionnel, l’état d’âme, le sommeil, le stress ou l’irritabilité, entre autres. De plus, des essais cliniques sur des souris et d’autres animaux ont clairement démontré que l’activation des récepteurs de cannabinoïdes du cerveau diminuait la fréquence cardiaque et la pression artérielle comme réponse au stress, ainsi que l’anxiété et la panique.

Une étude de 2012 a révélé que le cannabidiol inhibait l’effet gratifiant de la morphine chez les rats [4], et une étude de 2017 a trouvé la même chose chez les souris. Cela signifie que la partie du cerveau qui est activée lors de la réception de la substance addictive est également activée lors de la prise de CBD, ce qui signifie que le cannabidiol pourrait être utilisé dans une thérapie alternative pour ceux qui veulent traiter leur dépendance à la drogue.

Une autre utilisation potentielle de la CBD dans le traitement de la toxicomanie est le traitement des symptômes de sevrage. Le CBD a des propriétés analgésiques et peut aider les personnes qui souffrent de maux de tête et de douleurs en raison du sevrage. De plus, la CBD a des propriétés anxiolytiques [6] qui peuvent aider à traiter l’anxiété qui peut être liée à l’abus de drogues.

Pour les dépendances aux opioïdes, de nombreuses études ont déjà été menées sur les avantages de l’utilisation de la CBD comme palliatif pour les problèmes de douleur chronique à long terme, car il y a peu d’effets secondaires négatifs et un faible risque de dépendance. Il a également été constaté que la CDB présente un potentiel d’abus très limité car elle n’a pas de propriétés psychoactives. Il reste encore beaucoup à étudier sur le cannabis médical et la toxicomanie [7] Cependant, ce que l’on sait jusqu’à présent est très prometteur.

Bibliografía sobre el Síndrome de Abstinencia y el uso de Cannabis Medicinal

[3]Prud’homme, M., Cata, R. and Jutras-Aswad, D. (2015). Cannabidiol as an Intervention for Addictive Behaviors: A Systematic Review of the Evidence. Substance Abuse: Research and Treatment.

[4]Katsidoni, V., Anagnostou, I. and Panagis, G. (2012). Cannabidiol inhibits the reward-facilitating effect of morphine: involvement of 5-HT1Areceptors in the dorsal raphe nucleusAddiction Biology, [online] 18(2), pp.286-296.

[5]Russo, E. (2008). Cannabinoids in the management of difficult to treat painTherapeutics and Clinical Risk Management, [online] Volume 4, pp.245-259.

[6] Crippa, J., Derenusson, G., Ferrari, T., Wichert-Ana, L., Duran, F., Martin-Santos, R., Simões, M., Bhattacharyya, S., Fusar-Poli, P., Atakan, Z., Filho, A., Freitas-Ferrari, M., McGuire, P., Zuardi, A., Busatto, G. and Hallak, J. (2010). Neural basis of anxiolytic effects of cannabidiol (CBD) in generalized social anxiety disorder: a preliminary reportJournal of Psychopharmacology, [online] 25.

[7]Hurd, Y., Yoon, M., Manini, A., Hernandez, S., Olmedo, R., Ostman, M. and Jutras-Aswad, D. (2015). Early Phase in the Development of Cannabidiol as a Treatment for Addiction: Opioid Relapse Takes Initial Center StageNeurotherapeutics, [online] 12(4)

Actualités et recherche

Dernières recherches sur le cannabis médical

CBD Sport

Le Cannabidiol (CBD) et le sport

Qu’il s’agisse d’un plan d’entraînement ou d’une alimentation optimisée, les athlètes utilisent différentes stratégies pour améliorer leurs performances physiques et…

Vous voulez en savoir plus sur la consommation de cannabis et le sevrage ?

Une équipe de spécialistes se tient à votre disposition pour répondre à vos questions