Les préjugés sur le cannabis médicinal sont toujours à l’ordre du jour. Son usage fait l’objet de questions controversées. Certains n’ont jamais cru aux effets thérapeutiques du cannabis, et plus d’un pensent qu’il s’agit d’un phénomène de mode.

Cependant, c’est une réalité. La preuve en est que de plus en plus de pays font la promotion de la légalisation du cannabis médicinal. En effet, au cours de la dernière élection américaine, la Floride a approuvé l’utilisation du cannabis à des fins médicinales.

Dans ce contexte, il existe encore une certaine division dans le secteur médical. D’un coté, on a ceux qui croient au cannabis médicinal, et d’un autre, ceux qui n’y croient pas et aussi ceux qui, comme le Dr Sanjay Gupta, ont fini par céder face aux preuves scientifiques confirmant les bienfaits du cannabis au niveau médical. Gupta, un chirurgien de renom, soutenait que les risques liés à l’utilisation du cannabis seraient supérieurs à n’importe quel type de bénéfice.

Faire des recherches pour lutter contre les préjugés au cannabis médicinal

En 2013, il a mis de côté les préjugés du cannabis médicinal et est même apparu dans le documentaire «Weed», dans lequel il a souligné les avantages thérapeutiques du cannabis. Dans le cadre de ce documentaire, Gupta a interviewé plusieurs patients ayant des conditions médicales différentes et a observé comment l’utilisation du cannabis médicinal avait eu une amélioration positive sur ces patients.

Le neurochirurgien américain a même reconnu, comme beaucoup d’autres, d’avoir fait l’erreur de tomber dans les préjugés au sujet du cannabis médicinal. Conscient du fait que l’imaginaire collectif a une vision négative sur l’utilisation du cannabis à des fins thérapeutiques, Gupta a analysé les politiques de la DEA (l’Administration pour le Contrôle de Drogues des États-Unis) et s’est rendu compte que la DEA avait catalogué le cannabis comme une substance dangereuse. Cependant, il n’a trouvé aucune preuve qui démontrait que cette substance était aussi dangereuse que le soutenait la DEA.

Après une saison passée à enquêter sur le cannabis, Gupta a constaté que, en plus de soulager les symptômes de certaines maladies, le cannabis médicinal est parfois la seule chose qui fonctionne réellement médicalement.