Le système endocannabinoïde est un système de neurotransmission qui se trouve dans différentes zones et tissus du corps humain, comme chez la plupart des mammifères. Les récepteurs cannabinoïdes constituent la grande majorité du système endocannabinoïde et régulent divers processus métaboliques essentiels pour le bon fonctionnement du corps.

Une étude réalisée au Carnell Medical College de New York en 2016 a analysé si le système endocannabinoïde agissait comme un régulateur de l’homéostasie immune dans l’intestin, désormais que son contrôle du bilan énergétique et de l’ingestion d’aliments au travers de mécanismes centraux et périphériques a été vérifié. L’homéostasie immune de l’intestin est en charge de maintenir les fonctions corporelles de l’intestin, c’est à dire que s’il fonctionne normalement il sera capable de lutter contre n’importe quelle menace ou infection. L’étude a été menée sur des souris, du fait de leur physiologie similaire à celle des humains, pour que ses résultats puissent être appliqués chez l’Homme.

Grâce à cette étude on a découvert que les cannabinoïdes extérieurs au corps, comme par exemple ceux présents dans la plante de Cannabis Sativa, utilisent les mêmes récepteurs que les cannabinoïdes produits par le corps humain, comme l’anandamide, connue également sous le nom de AEA. L’anandamide contrôle certaines fonctions de l’intestin comme l’appétit et le bilan énergétique, et ce grâce à l’interaction avec le système nerveux à travers les récepteurs cannabinoïdes.

Une autre étude, réalisée en 2004 s’est focalisée sur l’analyse du rôle du système endocannabinoïde dans le développement de colites expérimentales chez les souris. Certaines souris ont eu leur récepteurs CB1 retirés chirurgicalement, les rendant plus vulnérables aux inflammations. Ce qui montre que les récepteurs CB1 ont un rôle protecteur lors de l’inflammation. Après 24h de traitement au DNBS, le rôle protecteur du système endocannabinoïde a été plus évident encore. Les données récoltées grâce à cette étude ont clairement indiqué que l’activation des récepteurs CB1 et du système endocannabinoïde pendant les stades préliminaires est une étape physiologique importante pour l’autoprotection de l’intestin contre l’inflammation.

Les deux études ont démontré que le système endocannabinoïde et les récepteurs CB1 et CB2 ont un rôle important dans le système immunitaire de l’intestin, en le rendant moins vulnérable aux réponses inflammatoires. Les résultats de ces études suggèrent qu’il pourrait y avoir une relation entre la tolérance immune et l’énergie à travers ces deux principaux récepteurs et un lien endogène.