La plante de cannabis s’est avérée utile lorsque ses effets sont associés à ceux des médicaments traditionnels. Elle permet aussi de réduire les doses de certains médicaments, qui après une consommation prolongée, peuvent avoir des effets nocifs. Il est cependant difficile d’affirmer qu’ils peuvent les remplacer. Des recherches visent donc à déterminer quels médicaments pourraient être remplacés par le cannabis médicinal.

En 2016, L’Université de Colombie britannique, au Canada, a publié une étude analysant les pathologies des patients consommant du cannabis thérapeutique. 63% des participants consommaient le cannabis comme substitut aux autres médicaments prescris, 30% d’entre eux comme substitut aux opiacés, 16% aux benzodiazépine, 12% aux antidépresseurs, et le pourcentage restant à d’autres types de médicaments[1].

Le cannabis médicinal peut donc se substituer aux opiacés. Ceux-ci sont utilisés pour traiter les patients avec des douleurs chroniques, même s’il n’existe que peu de preuves quant à leur efficacité pour ce type de pathologie à long terme. Au vue des études, associant les changements de législation médicale en relation avec le cannabis avec la diminution de la surconsommation d’opiacés dans un même Etat, les chercheurs de l’Université du Michigan ont décidé de demander à 200 médecins si ils avaient changé leur routine de prescription et comment les patients avaient réagi.

Entre les mois de novembre 2013 et février 2015 on a récolté des données sur les changements de la qualité de vie et des effets secondaires des médicaments observés avant et après le début de la consommation de cannabis médical. Parmi les participants de cette étude, la consommation de cannabis médicinal est associé à une diminution de 64% de la consommation d’opiacés et à une réduction des effets secondaires des médicaments et une meilleure qualité de vie à 45%.

Les chercheurs en sont venus à la conclusion que de nombreux patients avec des douleurs chroniques utilisent le cannabis médicinal comme substitut aux opiacés et à d’autres médicaments pour traiter leurs pathologies. Ils observent que les bienfaits du cannabis à fins thérapeutiques sont supérieurs qu’avec d’autres types de médicaments. Ainsi, les patients aussi considèrent que les effets secondaires sont beaucoup moins élevés qu’avec quelconque autre type d’opiacés ou de médicaments[2].

Tous ces éléments ont permis de mener à terme une autre étude publiée récemment. Cette étude évalue si le fait que le cannabis médicinal se substitue aux opiacés pourrait s’appliquer à d’autres substances psycho actives. Les membres du dispensaire de la Nouvelle Angleterre ont complété une enquête en ligne sur leurs historiques médicaux et leurs expériences avec le cannabis médicinal. 76,7% d’entre eux ont indiqué qu’ils avaient réduit leur consommation d’opiacés depuis qu’ils ont commencé à utiliser le cannabis thérapeutique, 37,6% ont réduit la consommation d’antidépresseurs et 42% leur consommation d’alcool. En résumé, la majorité des patients disent utiliser moins d’opiacés et moins de médicaments, comme les antidépresseurs, ou l’alcool pour remédier à leur anxiété, leurs migraines et leurs problèmes de sommeil, après avoir commencé des thérapies à base de cannabis médicinal[3]

Bien que tout indique que le cannabis médicinal pourrait remplacer beaucoup de médicaments, ces études cherchent à identifier les catégories de médicaments pouvant être remplacées par du cannabis thérapeutique. Cependant, étant donné l’absence de réglementation dans certains cas pour l’obtention d’extraits de la plante, il est nécessaire de continuer les recherches pour savoir quels médicaments pourraient être remplacés par du cannabis médicinal.

 

[1] Lucas, P., & Walsh, Z. (2017). Medical cannabis access, use, and substitution for prescription opioids and other substances: A survey of authorized medical cannabis patientsInternational Journal of Drug Policy, 42, 30-35.

[2] Boehnke, K. F., Litinas, E., & Clauw, D. J. (2016). Medical cannabis use is associated with decreased opiate medication use in a retrospective cross-sectional survey of patients with chronic painThe Journal of Pain, 17(6), 739-744.

[3] Piper, B. J., DeKeuster, R. M., Beals, M. L., Cobb, C. M., Burchman, C. A., Perkinson, L., & Abess, A. T. (2017). Substitution of medical cannabis for pharmaceutical agents for pain, anxiety, and sleepJournal of Psychopharmacology, 0269881117699616