L’anorexie mentale est un trouble du comportement alimentaire qui se caractérise par une perte de poids excessive et une perception altérée de son corps. Ce trouble peut entrainer un manque de liquides, de vitamines, de protéines, de minéraux et d’autres nutriments essentiels pour le bon fonctionnement du corps, ce qui peut s’avérer mortel. La littérature médicale actuelle suggère que le cannabis médicinal, et concrètement le système endocannabinoïde, pourrait avoir un rôle très important dans le traitement de l’anorexie mentale.

Les patients souffrant de ce type de trouble dérèglent leur système pendant la maladie. Un traitement aux cannabinoïdes pourrait alors aider à prendre du poids et éviter une rechute.

Jusqu’alors, la majorité des études se sont focalisées pour favoriser la prise de poids des personnes souffrant d’anorexie ou de cachexie des suites de cancers ou d’autres maladies. Néanmoins, puisqu’il est désormais confirmé que le cannabis médicinal peut être un traitement alternatif dans ces cas là, de nouvelles études cherchent à résoudre d’autres types d’anorexie.

THC et cannabis medicinal pour traiter l’anorexie mentale

Une étude de l’Université de Cagliari, en Italie, a étudié l’influence des récepteurs cannabinoïdes CB1 et CB2 pour l’atténuation de l’hyperactivité et la perte de poids due à l’anorexie mentale. De jeunes rats femelles on été sélectionnées pour mener cette étude puisque 90% des patients anorexiques sont des jeunes filles. De faibles quantités de THC leur ont été injectées en intrapéritonéale. Les animaux ont suivi un régime stricte contrôlé par les scientifiques tout en utilisant une roue à rongeurs. Cette installation a permis aux rats de pratiquer un exercice sportif en plus de leur perte de poids.

Les résultats de cet essai ont montré que le THC et les autres cannabinoïdes synthétiques pouvaient aider à prévenir la perte de poids due à l’anorexie basée sur l’activité physique. De même, un traitement subchronique de THC a montré pouvoir stimuler l’ingestion d’aliments des rats en un seul jour. Les cannabinoïdes se sont aussi révélés capables de réduire le temps d’exercice des rats sur la roue

[1].

Les conclusions de cet essai renforcent d’autres études concernant les consommateurs de dronabinol, un cannabinoïde synthétique. Bien que ce ne soient que des femmes qui y aient participé, les patientes ont pris un demi kilo lorsqu’elles étaient sous dronabinol. Il s’agit d’un chiffre assez élevé en comparaison aux 0,34kg qu’elles ont gagné lorsqu’elles étaient sous placebo. De plus, les résultats ont établi que les patientes n’ont noté aucun type d’effets psycho actifs secondaires[2][3].

Néanmoins, malgré ces études et le fait qu’il est connu depuis des années que la consommation de cannabis médicinal produit une augmentation de l’appétit, du a l’effet que produit les cannabinoïdes sur les cellules[4], il est nécessaire de multiplier les recherches scientifiques. Le cannabis médicinal pourrait dont être une alternative aux traitements conventionnels, mais il manque que les résultats de ces études soient appliqués aux hommes et aux femmes.

[1] Scherma, M., Satta, V., Collu, R., Boi, M. F., Usai, P., Fratta, W., & Fadda, P. (2017). Cannabinoid CB1/CB2 receptor agonists attenuate hyperactivity and body weight loss in a rat model of activity‐based anorexia. British Journal of Pharmacology

[2] Andries, A., Frystyk, J., Flyvbjerg, A., & Støving, R. K. (2014). Dronabinol in severe, enduring anorexia nervosa: a randomized controlled trial. International Journal of Eating Disorders, 47(1), 18-23

[3] Andries, A., Gram, B., & Støving, R. K. (2015). Effect of dronabinol therapy on physical activity in anorexia nervosa: a randomised, controlled trial. Eating and Weight Disorders-Studies on Anorexia, Bulimia and Obesity, 20(1), 13-21.

[4] Yale University. (2015, February 18). Mulling the marijuana munchies: How the brain flips the hunger switch. ScienceDaily.