La plupart des jeunes connaissent les boutons et les points noirs. L’acné est la maladie de la peau la plus répandue dans le monde : environ 85 % des personnes en souffrent à un moment ou à un autre de leur vie. Dans plus de la moitié des cas, la maladie de la peau ne présente que des symptômes légers. Cependant, 40 % des personnes touchées présentent des symptômes si graves qu’elles devraient être traitées médicalement.

« Les jeunes souffrent souvent beaucoup à cause de l’acné », explique le Pr Dr Martin Schnaller de la clinique dermatologique de l’université de Tübingen.[1] Les garçons sont plus fréquemment touchés par le problème que les filles et présentent également un risque plus élevé de développer une forme sévère de cette maladie de peau. Les boutons apparaissent généralement entre 15 et 18 ans, mais persistent à l’âge adulte chez certaines personnes.

Des études ont montré que la substance active du cannabis CBD (cannabidiol) pourrait être un remède prometteur dans la lutte contre l’acné. Le CBD a des propriétés anti-inflammatoires et peut avoir un effet positif sur la production de sébum. Sa bonne digestibilité présente aussi un grand avantage. Le CBD peut être appliqué, par exemple, sous forme d’huile et de crèmes de CBD.

Acné: Qu’est-ce que c’est?

Lorsque nous évoquons l’acné, nous parlons généralement de l’acné vulgaire, qui est la forme la plus courante de la maladie. Il existe d’autres formes plus rares telles que l’acné inversée, l’acné infantum, l’acné tardive et l’acné médicamenteuse.

Symptômes typiques:

  • Peau grasse.
  • Points noirs.
  • Pustules inflammatoires avec formation de pus.
  • Jusqu’à des grosseurs et abcès douloureux dans les formes sévères.

Les points noirs et les boutons se trouvent principalement sur le visage, mais peuvent également apparaître sur la poitrine, dans le dos et sur le haut des bras.

Acné: quelles sont les causes?

Les changements hormonaux pendant la puberté sont responsables du développement de l’acné vulgaire. Les glandes sébacées sont trop actives, ce qui entraîne une peau grasse et brillante (seborrhea). En outre, on observe une augmentation de la kératinisation et un épaississement de la peau (hyperkératose). Les cellules mortes de la peau obstruent les canaux d’excrétion des glandes sébacées. Il en résulte des points noirs (comédons), qui peuvent être enflammés par certaines bactéries. Au cours de la maladie, des symptômes cutanés typiques tels que des papules, des pustules ou même des abcès peuvent se développer.

Malheureusement, les changements inflammatoires de la peau entraînent aussi un risque de cicatrices. Surtout lorsque les jeunes éclatent eux-mêmes leurs points noirs et leurs boutons, alors qu’ils devraient faire traiter le problème médicalement.

Les raisons pour lesquelles les personnes souffrent d’acné sont différentes. La prédisposition génétique peut jouer un rôle important [2]. Les facteurs hormonaux sont pertinents, en particulier l’augmentation des hormones mâles (augmentation des androgènes) pendant la puberté. Les influences psychologiques telles que le stress jouent également un rôle, mais la nutrition est également un facteur important. L’Association professionnelle des dermatologues allemands (Berufsverband der Deutschen Dermatologen – BVDD) recommande une alimentation équilibrée avec beaucoup de légumes, de fruits et de produits à base de céréales complètes. En revanche, les sucreries, les produits à base de farine blanche et le lait sont soupçonnés d’aggraver le problème. [1]

Thérapie

Le traitement de l’acné exige de la patience. Une peau belle et propre en peu de temps, comme le suggère la publicité, n’existe malheureusement pas. Selon la BVDD, les personnes concernées doivent se préparer à six mois de thérapie. « Mais ensuite, l’acné a disparu chez la majorité des patients », explique le professeur Schaller [1]

Le dermatologue décide du médicament à utiliser en fonction du degré de sévérité et selon si l’augmentation de la production de sébum ou l’inflammation est prédominante. Dans le cas des formes légères, les pommades ou les crèmes pour application externe (topique) aident généralement. Les médecins utilisent des substances actives telles que le peroxyde de benzoyle, les rétinoïdes topiques et l’acide azélaïque pour le traitement.

En cas d’acné vulgaire sévère, un médicament oral peut être conseillé. Les dermatologues prescrivent généralement des antibiotiques pour combattre l’inflammation. Les préparations hormonales telles que la pilule contraceptive peuvent également être administrées aux jeunes filles et aux femmes. Les rétinoïdes (isotrétinoïne) sont principalement administrés pour l’acné sévère. Cependant, ce médicament peut provoquer de graves effets secondaires et causer de graves lésions chez l’enfant à naître. C’est pourquoi les femmes et les jeunes filles doivent utiliser une contraception sûre pendant le traitement.

Soin de la peau avec des boutons

Les experts mettent en garde contre un nettoyage trop agressif de la peau, qui pourrait augmenter l’inflammation. Il est préférable d’éliminer l’excès de sébum et les squames de la peau avec une lotion de lavage douce et sans savon. Une peau jeune ne doit pas être trop soignée avec des crèmes – un hydratant léger à base d’huile et d’eau est préférable. Le maquillage doit également être aussi léger et non comédogène que possible.

Cannabis médical: un allié dans la lutte contre l’acné?

Le système endocannabinoïde (SEC) régule divers processus physiologiques, dont la croissance cellulaire de la peau. La peau possède de nombreux récepteurs cannabinoïdes, également dans les glandes sébacées et les follicules pileux. Déjà en 2014, une étude hongroise a examiné les effets du CBD sur le fonctionnement des glandes sébacées. Le cannabidiol (CBD) est le principal cannabinoïde non psychotrope de la plante Cannabis sativa.

L’étude conclut que le CBD peut réguler la surproduction de sébum. Pour les chercheurs, il est clair que la substance active du cannabis a « le potentiel d’être un agent thérapeutique prometteur pour le traitement de l’acné vulgaire en raison de ses effets anti-inflammatoires ». [3]

Le CBD régule la production de sébum et lutte contre l’inflammation

Malgré des recherches intensives, il n’existe toujours pas de remède contre l’acné qui combatte les différentes causes de la maladie tout en ayant peu d’effets secondaires. Ceci est expliqué par les auteurs de l’étude [3]. Par conséquent, le système endocannabinoïde de la peau « semble être un choix prometteur dans la recherche de nouvelles options thérapeutiques ».

Les scientifiques concluent que le CBD lutte contre l’acné de trois façons:

  1. Le CBD régule la surproduction de sébum.
  2. Le cannabidiol est efficace contre une kératinisation accrue.
  3. Le CBD a un effet anti-inflammatoire.

Le CBD est généralement bien digestible et a déjà montré qu’il ne provoque pratiquement aucun effet secondaire.

Cannabis médical – autres cannabinoïdes efficaces

Dans une étude datant de 2016, les scientifiques ont examiné d’autres cannabinoïdes pour leur effet sur l’acné vulgaire. Les recherches ont montré des résultats positifs pour le CBC, le CBDV et le THCV – des ingrédients du cannabis jusqu’alors relativement inconnus. Ces cannabinoïdes sont prometteurs. Grâce à leurs remarquables propriétés anti-inflammatoires, ils pourraient devenir de nouveaux outils efficaces et sûrs dans le traitement de l’inflammation de la peau. [4]

L’utilisation du CBD

Il existe divers produits de CBD sur le marché, qui diffèrent dans leur utilisation. L’huile de CBD (avec une teneur maximale en THC de 0,2 %) est vendue dans les pharmacies, certaines drogueries ou autres magasins. Elle se prend oralement, par l’application de gouttes sous la langue. Les produits cosmétiques contenant du cannabidiol, tels que les crèmes ou lotions de CBD à appliquer sur la peau, sont de plus en plus populaires.

Cependant, il faut noter que les huiles ou les crèmes de CDB en vente libre ne peuvent avoir qu’un effet de soutien, surtout si les personnes concernées souffrent de plus que quelques boutons ; le traitement doit absolument être placé entre des mains médicales, même si les jeunes hésitent à aller chez le médecin. Sans traitement professionnel, il existe un risque de cicatrices qui restent toute la vie, en particulier dans les formes sévères de cette maladie de la peau.

Conclusion : le cannabis médical et le traitement de l’acné

L’acné n’est pas une maladie mortelle, mais pour de nombreuses personnes qui en souffrent, elle a un grave impact sur leur qualité de vie. La maladie de la peau est caractérisée par une surproduction de sébum et une inflammation des glandes sébacées. Dans la recherche d’un remède ayant un effet positif sur les différentes causes de souffrance avec le moins d’effets secondaires possibles, les chercheurs ont étudié l’effet du cannabis médical sur la peau.

Il s’est avéré que le CBD non psychotrope combat les causes de l’acné vulgaire à la racine. Le CBD a un effet positif sur la production de sébum de la peau et inhibe kératinisation excessive. En combinaison avec ses propriétés anti-inflammatoires, il pourrait donc constituer une aide prometteuse.

Toutefois, des études supplémentaires sont nécessaires avant que le CBD puisse être utilisé dans le traitement médical de l’acné. Une étude approfondie avec plus de 360 participants, dans laquelle les effets d’une solution topique avec le CBD ont été étudiés, a récemment été achevée. Les experts attendent avec impatience les résultats. [5] 

[1] Berufsverband der Deutschen Dermatologen (BVDD)

[2] Goulden, V. : The Familial Risk of Adult Acne: A Comparison Between First-Degree Relatives of Affected and Unaffected Individuals. British Journal of Dermatology 1999. 141(2):297-300.

[3] Oláh, A.: Cannabidiol exerts sebostatic and antiinflammatory effects on human sebocytes. Journal of Clinical Investigation 2014. 124(9):3713-24.

[4] Oláh, A.: Differential Effectiveness of Selected Non-Psychotropic Phytocannabinoids on Human Sebocyte Functions Implicates Their Introduction in Dry/Seborrhoeic Skin and Acne Treatment. Experimental Dermatology 2016. 25(9):701-7.

[5] Scheau, C.: Cannabinoids in the Pathophysiology of Skin Inflammation. Molecules 2020. 25(3):652.