Troubles anxieux: le CBD peut soulager les symptômes

Ansietà e Cannabis Terapeutica

La peur est une réaction naturelle à certaines situations et à certains événements. Elle remplit à la fois une fonction d’avertissement et de protection. Lors d’un trouble anxieux, cependant, elle développe une dynamique propre qui est très stressante pour les personnes concernées. Diverses études et rapports d’expérience indiquent que le cannabinoïde non-psychoactif cannabidiol (CBD) peut soulager leurs symptômes.

En Allemagne, le trouble anxieux est la maladie mentale la plus courante, devançant même la dépression. Environ 12 millions de personnes sont touchées, les femmes plus souvent que les hommes (1). Le nombre de cas non détectés est susceptible d’être bien plus élevé, car souvent les troubles anxieux ne sont pas détectés. De ce fait, non seulement une chronification des symptômes mais aussi des maladies concomitantes comme la dépression menacent.

Comment naît le sentiment de peur?

Dans le corps, la peur se développe selon un schéma qui se déroule en quelques millisecondes : les organes sensoriels perçoivent un stimulus qui est « transporté » vers le cerveau et interprété par le cortex cérébral, en tenant compte des expériences passées.

Cette « interprétation » entre alors dans le système limbique. Il se compose de l’amygdale et de l’hippocampe. Alors que l’amygdale joue un rôle important dans la reconnaissance des situations, l’évaluation des émotions et l’analyse des risques, l’hippocampe signale à la moelle surrénale de libérer diverses hormones de stress telles que l’adrénaline, la cortisone, la noradrénaline et le cortisol.

Que se passe-t-il dans le corps quand on a peur?

Dans les temps primitifs, la peur préparait les gens à fuir ou à attaquer. C’était essentiel pour la survie et les symptômes de l’anxiété sont donc aussi des réactions normales du corps:

Le cœur bat plus vite et la pression artérielle augmente. Les vaisseaux sanguins se resserrent et l’organisme est alimenté plus fortement en sang. Cela entraîne également une tension des muscles squelettiques et une dilatation des pupilles.

De plus, le sang s’épaissit. Le corps se prépare ainsi à d’éventuelles blessures. Afin de fournir plus d’oxygène à l’organisme, les bronches se dilatent. L’Homme respire plus vite. Le métabolisme fonctionne également plus rapidement, pour fournir plus d’énergie.

Le corps arrête la digestion (envie d’uriner et de déféquer). Il en va de même pour la sensation d’appétit et de faim. Dans le même temps, les valeurs des lipides sanguins et le taux de sucre dans le sang augmentent. La température du corps augmente et des sueurs froides peuvent apparaître.

En raison de ces processus dans le corps, la personne se sent excitée et nerveuse dans une situation d’anxiété, mais en même temps très éveillée et concentrée sur le « danger ».

Qu’est-ce qu’un trouble anxieux?

Un trouble anxieux est présent lorsque les symptômes d’anxiété se manifestent de manière exagérée dans des situations qui ne mettent pas la vie en danger. Une distinction est faite entre les troubles anxieux suivants :

  • Attaque de panique: bien qu’il n’y ait pas de danger réel, des crises de panique surviennent soudainement dans diverses situations. Par exemple, la panique peut survenir sans raison lorsqu’on attend dans la file des caisses du supermarché. Les personnes touchées ont l’impression que les crises de panique arrivent « de nulle part ». La réaction d’anxiété est alors considérée comme un risque pour la santé car divers symptômes tels que l’essoufflement, les palpitations, la transpiration, les étourdissements et les nausées se produisent.
  • Agoraphobie et claustrophobie: dans la claustrophobie et la peur des petits espaces fermés, le déclencheur est connu. Lorsque les personnes concernées se retrouvent dans ces situations, les symptômes d’anxiété correspondants apparaissent.
  • Trouble d’anxiété généralisé: les personnes concernées souffrent de soucis, de craintes et d’angoisses persistants et exagérés, qui sont généralement infondés. Diverses plaintes physiques surviennent, telles que la nervosité, la tension constante, les maux de tête, la tension musculaire, les problèmes de concentration et les troubles du sommeil. De nombreux patients développent également une dépression au fil du temps.
  • Phobie sociale: les personnes souffrant d’un trouble d’anxiété sociale ne participent pas ou peu aux réunions sociales. La peur du rejet est trop grande. Elles craignent aussi souvent de ne pas pouvoir répondre aux attentes des autres. Ces inquiétudes s’accompagnent également de troubles physiques tels que nausées, diarrhées/constipation, maux de tête, maux d’estomac, sentiments d’anxiété et vertiges.

Troubles anxieux: quelles en sont les causes?

Les causes des troubles anxieux n’ont pas encore été définitivement clarifiées. Il est supposé que divers facteurs psychologiques mais aussi génétiques jouent un rôle important. Les déclencheurs possibles peuvent être, par exemple, une dépression, des périodes prolongées de stress et des expériences traumatisantes.

Il existe également des théories sur les facteurs neurobiologiques. Par exemple, l’équilibre des neurotransmetteurs (substances messagères) tels que la sérotonine, la noradrénaline ou l’acide gamma-aminobutyrique (GAB) semble être perturbé chez les patients.

Souvent, il n’est même pas possible d’identifier une cause unique, car les facteurs mentionnés ci-dessus sont aggravés par les circonstances de vie individuelles.

Traitement de troubles anxieux

La première étape est la thérapie cognitivo-comportementale. C’est une méthode éprouvée pour surmonter les peurs.

Dans le cadre de la thérapie comportementale, le patient est tout d’abord amené à comprendre comment la peur est apparue et dans quelles situations elle se manifeste. Il est également important de savoir quels sont les facteurs qui entretiennent la peur. Souvent, le patient réalise alors également si les peurs et les crises de panique sont liées, par exemple, à des périodes prolongées de stress ou à un événement stressant.

Pour de nombreux patients, c’est également un grand soulagement lorsqu’ils apprennent que les différents symptômes ne sont pas causés par une maladie physique grave mais par la peur. Dans l’étape suivante, les patients apprennent différentes stratégies pour faire face à la peur.

La thérapie comportementale est généralement complétée par un traitement de confrontation étape par étape dans lequel ils peuvent mettre en pratique ce qu’ils ont appris.

Traitement médicamenteux

Si les crises d’anxiété et de panique sont très stressantes et que le niveau de souffrance est élevé, de sorte que la vie quotidienne ne peut plus être maîtrisée ou que les activités quotidiennes ne peuvent plus être menées sans restriction, la pharmacothérapie peut être utilisée pour soutenir le processus. Les psychotropes peuvent soulager les symptômes de l’anxiété, mais ils ne peuvent pas « guérir » la maladie mentale. Même la thérapie comportementale ne peut pas remplacer les médicaments.

Le plus souvent, on prescrit aux patients anxieux des antidépresseurs, appelés les inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine (ISRS), qui sont censés avoir un effet de soulagement de l’anxiété, d’élévation de l’humeur et d’activation. Cependant, l’effet ne se produit qu’après deux à quatre semaines. En outre, ces médicaments peuvent avoir des effets secondaires:

  • bouche sèche;
  • nausées;
  • diarrhée/constipation;
  • une augmentation de la transpiration;
  • étourdissements;
  • maux de tête;
  • insomnie;
  • perte de libido;
  • prise de poids.

En quelle mesure les ISRS peuvent réellement être efficaces pour les troubles anxieux n’a pas été prouvé. En 2013, le Deutsches Ärzteblatt a déclaré que les ISRS sont bien tolérés et peuvent avoir un effet positif sur les symptômes d’anxiété (2). En revanche, la Weisse Liste gemeinnützige GmbH a déclaré en 2017 que les antidépresseurs ne seraient efficaces que chez 54 personnes sur 100 (3).

Les benzodiazépines telles que le lorazépam ou le diazépam peuvent être prescrites pour les crises d’anxiété et de panique sévères. L’effet se produit en quelques minutes. Les effets secondaires peuvent comprendre la somnolence, des troubles de la pensée, des étourdissements, une baisse de la tension artérielle et une faiblesse musculaire.

En principe, les benzodiazépines ne conviennent que pour un usage à court terme, car elles comportent un risque élevé de dépendance.

Le cannabidiol (CBD) a un potentiel thérapeutique dans les troubles anxieux

Le cannabidiol (CBD) est un cannabinoïde non-psychoactif issu de la plante de cannabis qui peut avoir un effet antispasmodique, anti-inflammatoire et relaxant. Entre-temps, plusieurs études ont examiné les effets des cannabinoïdes sur le cerveau et le système nerveux.

Les cannabinoïdes peuvent activer les récepteurs cannabinoïdes CB1 et CB2 de l’organisme, qui font partie du système endocannabinoïde. Il est supposé que le CBD pourrait également avoir un effet direct sur le récepteur 5-HT1A dans le cerveau. Ce récepteur est un composant important du système nerveux central. Lorsque certaines substances se lient au récepteur 5-HT1A, cela peut avoir un effet anti-anxiogène. Par exemple, les ISRS se lient à ce récepteur.

Des études intéressantes sur le CBD et la peur

Dans une étude réalisée en 2016, des chercheurs espagnols ont pu montrer dans des modèles animaux que le CBD améliorait la signalisation de la sérotonine et du glutamate et activait le récepteur 5-HT1A (4). Les chercheurs ont conclu à partir des résultats que le CBD a le potentiel de soulager l’anxiété.

Une étude clinique menée en 2011 a déjà démontré que le CBD peut avoir un effet positif sur les parties limbiques et paralimbiques du cerveau (5). Des chercheurs de l’université de Sao Paulo au Brésil ont divisé en deux groupes les participants à une étude sur les sujets souffrant de troubles d’anxiété généralisée. Alors que le premier groupe a reçu 400 milligrammes de cannabidiol, les participants du second groupe ont reçu un placebo. Le lendemain, le groupe placebo a pris le CBD et l’autre groupe a reçu un placebo. Les participants du groupe respectif traité au CBD ont fait état d’un effet réducteur d’anxiété.

En 2015, des chercheurs de la faculté de médecine de l’université de New York ont déterminé le potentiel du cannabidiol (CBD) pour le traitement des troubles liés à l’anxiété en évaluant les preuves issues de diverses études précliniques, expérimentales sur l’Homme, cliniques et épidémiologiques (6).

Le rapport indique que les preuves précliniques disponibles soutiennent l’utilisation du CDB dans le traitement de l’anxiété généralisée, des troubles de panique et de l’anxiété sociale. Toutefois, ils ont également expliqué que seules quelques études ont examiné la prise à long terme du CDB. Cela devrait être étudié dans d’autres populations cliniques pertinentes.

Conclusion

Lorsque les sentiments de peur et de panique deviennent écrasants et restreignent gravement la vie, il est très important pour les personnes concernées de chercher de l’aide. La thérapie cognitivo-comportementale devrait être la première priorité. Des médicaments tels que les antidépresseurs ou le CBD médical peuvent être utilisés comme soutien dans les cas graves. Cependant, ils ne peuvent pas remplacer une thérapie.

(1)  Deutsche Gesellschaft für Psychiatrie und Psychotherapie, Psychosomatik und Nervenheilkunde, 2017, „Wenn Angst krankhaft wird“ https://www.dgppn.de/presse/pressemitteilungen/pressemitteilungen-2017/themendienst-angststoerungen.html

(2)  Deutsches Ärzteblatt, Bandelow et al., 2013, „Generalisierte Angststörung“ https://www.aerzteblatt.de/archiv/137451/Generalisierte-Angststoerung

(3)  Weisse Liste gemeinnützige GmbH, 2017, „Wirken Medikamente bei Angststörungen?“ https://www.weisse-liste.de/de/entscheidungshilfen/startseite-entscheidungshilfen/angst-panikattacken/medikamentoese-therapie-bei-generalisierter-angststoerung/

(4) Universidad de Cantabria, Raquel Linge et al., 2016, „Cannabidiol Induces Rapid-Acting Antidepressant-Like Effects and Enhances Cortical 5-HT/glutamate Neurotransmission: Role of 5-HT1A Receptors“ https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/26711860/

(5) University of São Paulo, Crippa JA1 et al., 2011, „Neural Basis of Anxiolytic Effects of Cannabidiol (CBD) in Generalized Social Anxiety Disorder: A Preliminary Report“ https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/20829306/

(6) New York University School of Medicine, New York, NY USA, M. Blessing et al., 2015, „Cannabidiol as a Potential Treatment for Anxiety Disorders“ https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4604171/

About Gesa

Gesa Riedewald is the managing director of Kalapa Germany. She has been working as a medical writer on the topic of pharmaceutical cannabis since 2017 and has years of experience in the healthcare sector.

Gesa Riedewald ist die Geschäftsführerin von Kalapa Deutschland. Sie ist bereits seit 2017 als medical writer für das Thema Cannabis als Medizin tätig und besitzt jahrelange Erfahrung im Bereich Healthcare.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *