Les traumatismes cérébraux peuvent survenir suite à différents évènements et peuvent avoir des conséquences allant d’une commotion bénigne au coma. La victime sera affectée différemment selon la partie du cerveau touchée par le traumatisme. Dans certains cas les cannabinoïdes ont traité efficacement leurs effets secondaires.

Les traumatismes cérébraux peuvent être divisés en deux catégories : les lésions cérébrales traumatiques et les lésions cérébrales acquises. Dans le premier cas, le traumatisme est causé par un choc externe, lorsqu’on se cogne la tête, le cerveau se déplace à l’intérieur du crâne, ce qui blesse aussi bien le cerveau que le crâne. Dans le second cas, la lésion cérébrale acquise, est communément associée à une montée en pression sur le cerveau, ce qui résulte en général d’une tumeur ou d’autres maladies neurologiques.

Le traitement suite aux traumatismes cérébraux dépend de la gravité, de la façon dont s’est produit le traumatisme et des symptômes physiologiques ressentis chez le patient. Le traitement le plus fréquent pour les personnes nécessitant une assistance à long terme lors de leur récupération comprend de la thérapie physique et du soutien psychologique, avec des thérapies de diction et de langage.

Les symptômes immédiats les plus fréquents chez les personnes souffrant d’un trauma cérébral sont : l’inconscience, l’absence de réponse, le délire, les pupilles dilatées et la confusion.

Que peuvent faire les cannabinoïdes pour traiter les traumatismes cérébraux?

Les récepteurs endocannabinoides se trouvent dans la plupart des cerveaux des mammifères. Ces récepteurs jouent un rôle important dans l’ajustement des réponses inflammatoires, ce qui peut être très efficace pour encourager le processus de guérison et le traitement des traumatismes cérébraux.

Il est prouvé scientifiquement que les cannabinoïdes, comme le cannabidiol (CBD), ont des propriétés neuroprotectrices significatives. Une étude a prouvé qu’ils protègent les neurones d’une gamme de mauvais traitements qui seraient susceptibles de causer la mort neuronale retardée suite à certaines lésions cérébrales traumatiques. Des hôpitaux ont trouvé que les patients avec des traumas cérébraux et testés positifs au tétrahydrocannabinol (THC) avaient plus de probabilités de récupérer. D’après les précisions du docteur David Plural « ces données correspondent aux données antérieures qui ont montré que le THC pouvait être neuroprotecteur ». L’étude a statistiquement mis en avant que ceux testés positivement au THC avaient 80% moins de probabilités de mourir en comparaison à ceux qui ne consomment pas de cannabis médicinal.

Une personne qui a eu un traumatisme cérébral peut à long terme souffrir d’effets secondaires comme de douleurs à la tête et de migraines, d’insomnies ou encore de troubles de la concentration. En plus des effets neuroprotecteurs, les cannabinoïdes ont aussi la propriété de déclencher d’autres effets positifs à long terme, grâce à ses fonctions antalgiques et sédatives. Utiliser les cannabinoïdes pour traiter les traumatismes cérébraux est une manière naturelle d’aider les personnes qui ont souffert de ce type de lésions cérébrales pour accélérer son processus de guérison.