Un traitement aux cannabinoïdes pour soulager les maux de tête

Qu’ils soient lancinants ou pulsatiles, les maux de tête se manifestent de différentes manières. Qu’il s’agisse de céphalées de tension, de migraines ou de céphalées en grappe, les variantes de la maladie s’accompagnent de symptômes différents. Le traitement dépend du type et de l’intensité de la douleur. Quelle contribution peuvent apporter les cannabinoïdes comme le THC et le CBD ? Encore peu d’études sont disponibles, mais certaines d’entre elles donnent des indications sur l’effet positif du cannabis en tant que médicament contre les maux de tête chroniques.

Une maladie répandue avec un niveau élevé de souffrance

L’International Headache Society (IHS) fait la distinction entre les maux de tête primaires et les maux de tête secondaires. Dans les maux de tête primaires, l’affection est une maladie à part entière, comme dans le cas de la migraine ou de la céphalée de tension. Les maux de tête secondaires sont rares. Dans ce cas, la douleur est le symptôme d’une autre affection, par exemple à la suite d’une lésion cérébrale traumatique.

La céphalée peut être occasionnelle, épisodique ou chronique. Les épisodes chroniques, en particulier, sont associés à une grave altération de la qualité de vie du patient et à un niveau élevé de souffrance. En outre, la douleur peut également être le symptôme d’une maladie grave, comme la méningite. Par conséquent, le médecin traitant doit exclure de telles causes de la maladie. Si des maux de tête sévères surviennent soudainement et plus fréquemment, les personnes concernées ne doivent pas se soigner avec des analgésiques, mais se rendre d’abord chez un médecin.

La Fédération Européenne des Maux de Tête propose également des informations utiles sur son site web.

Céphalées de tension épisodiques et chroniques

La forme la plus courante de céphalée est la céphalée de tension, suivie de la migraine. La céphalée de tension est souvent ressentie comme une douleur sourde, pressante, légère à modérée. Les céphalées de tension épisodiques et chroniques sont traitées avec des analgésiques classiques. En outre, des traitements non médicamenteux tels que les massages, le training autogène, le yoga et d’autres techniques de relaxation sont utiles.

Les céphalées de tension n’ont généralement pas une seule cause, mais sont déclenchées par différents facteurs. Par exemple, cette forme de la maladie est associée au stress, à l’anxiété et aux humeurs dépressives. Toutefois, de nombreux malades ne souffrent d’aucun de ces facteurs.

Migraine

La migraine est un mal de tête récurrent et unilatéral. Elle est souvent accompagnée de nausées, de vomissements et d’une sensibilité au bruit et à la lumière. Parfois, des phénomènes d’aura se produisent avant l’apparition de la douleur.

L’aura décrit des symptômes qui peuvent être très variables. Les personnes touchées ressentent des troubles visuels tels que des flashs lumineux, des lignes en zigzag vacillantes ou des taches aveugles dans le champ de vision. Chez d’autres patients migraineux, l’aura se manifeste par une faiblesse, un engourdissement ou des picotements ; il peut y avoir des troubles de l’élocution, des vertiges ou une vision double. L’aura n’est que temporaire et ne laisse pas de séquelles permanentes.

Les femmes souffrent trois fois plus de migraines que les hommes. Il existe de nombreuses théories sur la cause de la maladie, mais aucune découverte claire à ce jour. Les facteurs qui peuvent déclencher une migraine sont les suivants :

– Les influences climatiques : Les changements de temps, le froid

– Certains stimulants tels que l’alcool, la nicotine, les agrumes, les produits laitiers, le chocolat et le vin rouge.

– Les modifications du rythme veille-sommeil, décalage horaire, sommeil irrégulier

– Le stress

– Les menstruations

– La prise d’hormones

Céphalée en grappe

Les céphalées en grappe appartiennent au groupe des céphalées autonomes du trijumeau. Il se caractérise par des maux de tête sévères, unilatéraux, qui durent entre dix minutes et trois heures et commencent souvent la nuit. Les crises de douleur se produisent généralement dans la région d’un œil. Les autres symptômes comprennent un larmoiement accru et un œil rougi. Les crises se produisent périodiquement pendant des semaines (« grappes ») et sont suivies d’une phase plus longue sans symptômes.

Les médecins traitent une crise aiguë avec des médicaments comme les triptans. Le principe actif, le vérapamil, est utilisé pour prévenir les crises douloureuses. Les médicaments conventionnels contre la douleur ainsi que les techniques de relaxation n’ont pas un effet suffisant sur les fortes crises de douleur de cette maladie.

Un soulagement grâce aux cannabinoïdes ?

Les médecins savent aujourd’hui que le système endocannabinoïde est impliqué dans le traitement central de la douleur par l’organisme. En est responsable une interaction entre les endocannabinoïdes, les récepteurs endocannabinoïdes et les enzymes qui produisent et décomposent les endocannabinoïdes dans le corps.

Une revue de 2018 conclut que l’utilisation du cannabis comme médicament peut prévenir l’apparition de la douleur en augmentant le seuil de la douleur. Même si l’intensité de la douleur n’est pas réduite, il est démontré que le cannabis médicinal fait en sorte que les personnes atteintes perçoivent subjectivement la douleur comme plus supportable [2].

En 2018, des chercheurs américains ont mené une méta-étude pour évaluer la littérature médicale existante sur l’utilisation du cannabis médicinal dans le traitement de la migraine, des maux de tête, des douleurs faciales et d’autres syndromes douloureux chroniques [3]. Ils concluent qu’il existe un nombre croissant de preuves soutenant l’efficacité thérapeutique du cannabis en tant que médicament dans le traitement de la migraine et des maux de tête.

La plupart des études existantes portent sur les cannabinoïdes delta-9-tétrahydrocannabinol (THC) et cannabidiol (CBD) ou sur le cannabis en général. Toutefois, les scientifiques de la méta-étude soulignent qu’il existe de nombreuses variétés de cannabis dont la composition en cannabinoïdes, terpènes, flavonoïdes et autres composés est très différente. Ces composants et leur combinaison produisent de grandes différences en termes de bénéfices et d’effets secondaires. Il est donc important de faire progresser la recherche sur les propriétés médicinales individuelles des cannabinoïdes, des terpènes et des flavonoïdes afin de pouvoir optimiser les thérapies au cannabis.

Le nabilone (un dérivé synthétique du THC) s’est révélé être un médicament analgésique à base de cannabis dans une étude en double aveugle, contrôlée par placebo, menée auprès de 26 patients souffrant de céphalées à fragmentation [4]. Pour les chercheurs, cette étude souligne également la valeur potentielle du cannabis médical dans le cadre d’une thérapie combinée, en tant qu’adjuvant aux thérapies traditionnelles ou en tant qu’option thérapeutique pour les cas résistants au traitement.

Il existe peu d’essais cliniques disponibles à ce jour

Actuellement, il n’y a pas beaucoup de preuves provenant d’essais cliniques bien conçus pour soutenir l’utilisation du cannabis médical pour les maux de tête. Cependant, il existe un grand nombre d’observations de patients et de petites études qui montrent l’efficacité des cannabinoïdes. Par conséquent, il est important de poursuivre les recherches afin de fournir des preuves pour quels patients la thérapie au cannabis est appropriée et quels médicaments à base de cannabis sont utiles [4].

Les patients souffrant de maux de tête utilisent le cannabis

Une étude récente de l’Université d’État de Washington en 2020 a analysé les données d’une application médicale afin de faire la lumière sur l’efficacité médicale du cannabis pour les maux de tête. Les chercheurs ont utilisé les données d’archives de Strainprint, une application pour patients et médecins prescrivant du cannabis médical. Celle-ci permet aux patients de suivre leurs symptômes avant et après avoir utilisé différentes souches et doses de cannabis [5].

Pour l’analyse, les données de plus de 12 000 sessions au cours desquelles les patients ont utilisé du cannabis à des fins médicales pour des maux de tête ont été analysées. En outre, les données de près de 7 500 séances au cours desquelles le cannabis a été utilisé pour traiter la migraine ont été évaluées. Les chercheurs ont conclu que les scores individuels des maux de tête et des migraines diminuaient de manière significative après la consommation de cannabis.

Les hommes ont signalé une diminution plus importante de la douleur que les femmes. La prise de concentrés a apporté un soulagement plus important que les fleurs de cannabis. En outre, il a été prouvé que l’efficacité des fleurs de cannabis diminuait avec le temps et que les patients avaient tendance à inhaler des doses plus élevées. Selon les scientifiques, cela suggère qu’une tolérance à l’effet des fleurs de cannabis pourrait se développer.

Conclusion : La recherche et le système endocannabinoïde

À ce jour, il existe peu d’essais cliniques démontrant clairement l’efficacité du traitement par le cannabis des maux de tête et de la migraine. Malheureusement, il y a un manque d’études sérieuses randomisées et contrôlées par placebo pour mieux évaluer les effets réels des médicaments à base de cannabis.

Cependant, les médecins savent aujourd’hui que les cannabinoïdes influencent les fonctions et les activités des voies de signalisation qui jouent un rôle clé dans le contrôle de la douleur. De plus en plus de recherches en laboratoire et de résultats cliniques préliminaires indiquent que les cannabinoïdes et le système endocannabinoïde peuvent avoir un effet sur la migraine, les céphalées de tension et d’autres formes de maux de tête par de multiples mécanismes. Par conséquent, « le système endocannabinoïde est un domaine de recherche intéressant qui mérite d’être exploré dans la recherche de cibles thérapeutiques pour le traitement de la migraine [6]. »

[1] Techniker Krankenkasse

[2] De Vita MJ, Moskal D, Maisto SA, Ansell EB. Association of Cannabinoid Administration With Experimental Pain in Healthy Adults: A Systematic Review and Meta-analysis. JAMA Psychiatry. 2018;75(11):1118–1127. doi:10.1001/jamapsychiatry.2018.2503

[3] Baron EP. Medicinal Properties of Cannabinoids, Terpenes, and Flavonoids in Cannabis, and Benefits in Migraine, Headache, and Pain: An Update on Current Evidence and Cannabis Science. Headache. 2018;58(7):1139-1186. doi:10.1111/head.13345

[4] Lochte BC, Beletsky A, Samuel NK, Grant I. The Use of Cannabis for Headache Disorders. Cannabis Cannabinoid Res. 2017;2(1):61-71. Published 2017 Apr 1. doi:10.1089/can.2016.0033

[5] Cuttler C, Spradlin A, Cleveland MJ, Craft RM. Short- and Long-Term Effects of Cannabis on Headache and Migraine. J Pain. 2020 May-Jun;21(5-6):722-730. doi: 10.1016/j.jpain.2019.11.001. Epub 2019 Nov 9. PMID: 31715263.

[6] Tassorelli C, Greco R, Silberstein SD. The endocannabinoid system in migraine: from bench to pharmacy and back. Curr Opin Neurol. 2019 Jun;32(3):405-412. doi: 10.1097/WCO.0000000000000688. PMID: 30883435.

Vous voulez en savoir plus sur le cannabis médical ?

Nous avons une équipe de spécialistes qui attendent de répondre à toutes vos questions.

About Gesa

Gesa Riedewald ist seit 2017 als Medical Writer für das Thema Cannabis als Medizin tätig. Sie hat langjährige Erfahrung in den Bereichen Text und Kommunikation, unter anderem bei Leafly und in der Healthcare-Branche. Die fundierte und wissenschaftliche Berichterstattung zum medizinischen Einsatz von Cannabis liegt ihr am Herzen.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *