En Allemagne, trois à dix pour cent de la population se plaint d’un fort besoin de bouger leurs jambes la nuit, mais aussi souvent de chatouillements et de douleurs dans les jambes. Dans ce cas, les médecins parlent du syndrome des jambes sans repos (SJSR), une maladie neurologique fréquente.

L’étude concernant la thérapie au cannabis médical pour les troubles du mouvement n’est pas encore conclue. Toutefois, les résultats obtenus jusqu’à présent sont prometteurs.

Syndrome des jambes sans repos : symptômes typiques

Le principal symptôme du syndrome des jambes sans repos (SJSR) est l’agitation des jambes. Les personnes concernées ressentent le besoin de bouger constamment leurs jambes. En outre, des sensations désagréables comme des tiraillements ou des picotements dans les jambes peuvent également se produire. Il n’est pas rare que des sensations désagréables et des douleurs de type crampe surviennent.

Les patients vivent le SJSR différemment. Alors que, pour certains, l’idée même de bouger est particulièrement pénible, d’autres souffrent de sensations désagréables. En outre, les deux jambes ne sont pas toujours touchées en même temps. Les gênes peuvent se produire dans une seule jambe ou elles peuvent alterner dans les deux jambes.

Cependant, il est typique du SJSR que les symptômes s’aggravent en position assise et couchée. Les mouvements, en revanche, apportent un soulagement. Les symptômes suivants peuvent également apparaître :

  • troubles de l’endormissement et du sommeil ;
  • fatigue pendant la journée ;
  • épuisement ;
  • troubles de la concentration.

Syndrome des jambes sans repos : quelles en sont les causes ?

Jusqu’à présent, les causes exactes n’ont pas été clarifiées. Les chercheurs soupçonnent que le métabolisme de la dopamine dans le cerveau pourrait être perturbé comme dans la maladie de Parkinson, qui provoque également des troubles du mouvement. Cette perturbation peut entraîner une transmission défectueuse des signaux nerveux. Mais une perturbation du tronc cérébral et du cervelet pourrait également en être à l’origine.

L’élément héréditaire peut également être une cause possible. Entre-temps, un gène qui pourrait être impliqué dans le développement de la maladie neurologique a également été identifié. Toutefois, les liens exacts n’ont pas encore été clarifiés. On peut également se demander s’il s’agit là de la seule cause.

Quelles formes le syndrome des jambes sans repos prend-il ?

Le SJSR distingue les deux formes suivantes :

  • Syndrome primaire des jambes sans repos (forme idiopathique) : les causes ne sont pas connues.
  • Syndrome secondaire des jambes sans repos : dans la forme secondaire, la maladie est la conséquence d’autres maladies. Par exemple, les maladies du type diabète sucré, polyneuropathie, sclérose en plaques, syndrome de Parkinson ou dysfonctionnement thyroïdien peuvent déclencher le SJSR. Les causes peuvent également être une carence en vitamine B12, une carence en acide folique ou une carence en fer, entre autres.

Quels médicaments peuvent provoquer le syndrome des jambes sans repos ?

En attendant, on sait que certains médicaments peuvent également déclencher ou même intensifier le syndrome. Cela est particulièrement vrai pour les médicaments qui interviennent dans le métabolisme du cerveau. Il s’agit, par exemple, des médicaments ayant un effet psychotrope (antidépresseurs).

Syndrome des jambes sans repos : diagnostic et thérapie

Le diagnostic est basé sur les symptômes typiques du SJSR :

  • L’envie de bouger dans les jambes ne se manifeste qu’au repos.
  • L’envie de bouger augmente pendant les phases de repos.
  • Des sensations désagréables comme des picotements, des tiraillements ou des douleurs dans les jambes se produisent.
  • Les symptômes du SJSR sont plus évidents le soir ou la nuit.

En outre, un test sanguin est effectué pour exclure d’éventuelles carences. Un examen neurologique approfondi est également nécessaire.

Pour confirmer le diagnostic, les médecins effectuent souvent un test appelé L-Dopa. Si les symptômes du SJSR s’améliorent pendant la prise de L-Dopa, cela peut confirmer le diagnostic. Si les symptômes ne s’améliorent pas pendant la prise de L-Dopa, cela ne veut pas dire, qu’il ne s’agit pas de SJSR. En effet, les liens entre le SJSR et le métabolisme de la dopamine n’ont pas encore été définitivement clarifiés.

Le traitement des jambes agitées dépend de la gravité des symptômes et de l’intensité de la souffrance du patient. Si d’éventuelles maladies déclenchantes ont été exclues, on peut prescrire au patient une préparation de L-Dopa (par exemple la lévodopa). Il est également possible de combiner les substances actives lévodopa et bensérazide ainsi que la pharmacothérapie avec des agonistes de la dopamine (par exemple le ropinirole, le pramipexole ou la rotigotine). Les agonistes de la dopamine peuvent imiter la substance messagère dopamine et ainsi développer un effet similaire à la dopamine.

S’il s’agit d’une forme très prononcée et douloureuse du SJSR, on prescrit parfois au patient des médicaments antiépileptiques ou des analgésiques puissants (opioïdes).

Comment lutter contre le syndrome des jambes sans repos ?

Si le syndrome est léger à modéré, les patients peuvent s’aider eux-mêmes avec diverses mesures. De nombreux patients atteints du SJSR signalent, par exemple, que les bains de pieds, les douches alternées et les massages des jambes peuvent soulager les symptômes. Les exercices d’étirement et le sport régulier peuvent également contribuer à réduire les symptômes. Avant de se coucher, les personnes concernées devraient également éviter l’alcool, les boissons caféinées et la nicotine, car ces substances peuvent aggraver les symptômes.

En outre, l’apport de vitamine B12, d’acide folique et de fer pourrait également avoir un effet bénéfique. Toutefois, cela doit être discuté au préalable avec le médecin traitant.

Les personnes concernées trouvent soutien et assistance auprès de l’association allemande des jambes sans repos (RLS e. V.).

Le cannabis médical comme option thérapeutique

Les études cliniques sur l’utilisation du cannabis médical dans le syndrome des jambes sans repos sont très peu nombreuses. Néanmoins, ces quelques études sont prometteuses. À l’Université de Bordeaux, en France, une étude de cas de six patients atteints du SJSR qui ont utilisé du cannabis pour soulager leurs symptômes a été menée (1). Cinq des patients ont déclaré que les gênes ont presque complètement disparu après la consommation de cannabis. Un patient a même parlé d’une rémission complète. Les patients ont en outre expliqué que la qualité de leur sommeil s’était considérablement améliorée sous l’effet de la consommation de cannabis.

Une étude de l’Universidad Complutense de Madrid est également intéressante. On sait que les cannabinoïdes de la plante de cannabis, tels que le delta-9-tétrahydrocannabinol (THC) et le cannabidiol (CBD), interagissent avec les récepteurs cannabinoïdes (récepteurs CB1 et CB2) du système endocannabinoïde. Les chercheurs ont trouvé des indications que cela pourrait également être utilisé pour réguler la libération de dopamine. Cette régulation de la dopamine a déjà prouvé son efficacité dans le traitement des troubles du mouvement, par exemple la maladie de Parkinson.

Le cannabidiol (CBD) pour lutter contre les jambes sans repos

Diverses études suggèrent que le cannabinoïde non-psychoactif cannabidiol (CBD) peut soulager des symptômes tels que les tremblements, l’anxiété, l’angoisse et les troubles du sommeil. L’utilisation du CBD dans le syndrome des jambes sans repos pourrait être considérée comme une solution à l’agitation et aux troubles du sommeil (2).

En ce qui concerne le CBD et les troubles du mouvement, les résultats de l’étude ne sont pas clairs. Par exemple, dans une étude, les patients atteints de la maladie de Parkinson n’ont pas connu de soulagement des symptômes grâce à la thérapie CBD (3). Les chercheurs supposent que le CBD pourrait jouer un rôle moins thérapeutique, mais qu’il pourrait être utilisé à titre préventif dans la maladie de Parkinson. Toutefois, des recherches supplémentaires sont nécessaires dans ce domaine.

Conclusion

Les données de l’étude actuelle ne sont pas encore suffisantes pour tirer des conclusions concernant les troubles du mouvement associés au syndrome des jambes sans repos. Malgré la large publicité faite autour des avantages médicaux des cannabinoïdes, des études précliniques et cliniques supplémentaires sont nécessaires pour mieux caractériser les effets pharmacologiques et thérapeutiques.

(1) Département de Neurophysiologie Clinique, France, Megelin T1, Ghorayeb I2, 2017, “Cannabis for restless legs syndrome: a report of six patients

(2) University of São Paulo, São Paulo, Brazil, 2018, „No Acute Effects of Cannabidiol on the Sleep-Wake Cycle of Healthy Subjects: A Randomized, Double-Blind, Placebo-Controlled, Crossover Study

(3) Universidad Complutense de Madrid, Spain, Rodriguez De Fonseca F1 et al., 2001, “Role of the endogenous cannabinoid system as a modulator of dopamine transmission: implications for Parkinson’s disease and schizophrenia

By Alexandra|10.07.2020|Tags: cannabis medicinal, Forschung über medizinisches Cannabis, Medizinisches Cannabis, Restless-Legs-Syndrom, Schlafstörung