Nouvelles : Enquête – Le cannabis se substitue plus souvent aux autres médica-ments

De nombreuses maladies telles que la dépression, la douleur ou l’épilepsie sont traitées par des médicaments classiques délivrés sur ordonnance. Cependant, les plaintes sont souvent insuffisamment soulagées ou des effets secondaires apparaissent.

Une enquête Danoise a montrée que le cannabis peut remplacer les autres médicaments avec une meilleure efficacité et tolérance : Beaucoup de participants sont capables d’interrompre la prise de d’autre médicaments ou d’en réduire les doses. Antidouleurs, antidépresseur et médicaments contre l’arthrite (inflammations des ligaments) sont le plus souvent substitués. La majorité des répondants ont utilisés des préparations de cannabis avec du cannabidiol (CBD) non psychotrope. Les personnes concernées considèrent souvent le cannabis comme « le moindre des deux maux ».

Enquête anonyme avec 2 841 participants :

Des chercheurs Danois ont lancés une enquête anonyme en ligne entre Juillet et Novembre 2018, ciblant les personnes qui consomment du cannabis pour des raisons médicales. Un total de 2 841 participants ont répondus à l’enquête, la majorité (91 %) a utilisé le cannabis sans prescriptions médicales. Les derniers 9 % utilisent le cannabis avec une prescription médicale.

Plus de la moitié des répondants (54,6 %) ont déclaré utiliser le cannabis comme substitut à d’autres médicaments prescrits. Parmi ces personnes, 38,1 % ont été en mesure d’interrompre la prise de leur médicament prescrit. Près de la moitié (45,9 %) ont pu réduire le dosage de d’autres médicaments. Inversement, il n’y a pas lieu de craindre que le cannabis augmente le besoin de d’autres médicaments : Ce n’est que dans des cas exceptionnels (0,1 %) que les cannabinoïdes ont augmenté le besoin de d’autres médicaments.

Antidouleurs, antidépresseurs et médicaments contre l’arthrite les plus fréquemment remplacés

Ce groupe de substance actives sont fréquemment remplacés par le cannabis, ou de multiples réponses sont possibles :

  • Antidouleurs (67,2 %)
  • Antidépresseurs (24,5 %)
  • Médicaments contre l’inflammation des articulations (24,1 %)
  • Antiépileptiques (8,7 %)
  • Antipsychotiques (6,8 %)

Parmi les autres médicaments (24,1 %), les médicaments suivants ont été mentionnés par ordre décroissant de fréquence : somnifères, médicament contre le troubles déficitaire de l’attention et hyperactivité (TDAH), les médicaments contre l’anxiété, les relaxants musculaires, les médicaments contre la migraine, les médicaments topiques, les médicaments pour la tension artérielle et les glucocorticoïdes.

Cannabidiol (CBD) le plus souvent utilisé.

Sur les 1 546 participants qui consomment du cannabis à la place de d’autres medicaments, la plupart (65,2 %) utilisent de l’huile de CBD. Contrairement au tetrahydrocannabinol (THC), le CBD n’a pas d’effets psychotropes. Viennent ensuite les produits avec un taux élevé de THC. Seulement 9 % prennent du cannabis médicalement prescrit, comme le spray buccal Sativex®, dronabinol – une forme synthétique de THC – ou de fleurs de cannabis.

Le cannabis est préféré aux autres médicaments

La plupart des participants préfère le cannabis aux autres médicaments : presque deux tiers (65,8 %) des répondants ont rapportés un soulagement efficace des symptômes avec l’usage du cannabis plutôt qu’en prenant des médicaments. Une majorité claire de 85,5 % ont relaté que le cannabis est beaucoup mieux toléré comparé à d’autres médicaments. Inversement, seulement 1,4 % ont perçu les effets secondaires du cannabis comme étant plus graves.

Usage en déclin des antidépresseurs

Tramadol, un analgésique opiacé de force moyenne, est souvent prescrit pour les douleurs non relatives aux tumeurs au Danemark. Les chiffres élevés de prescription dans le passé ont alarmés les autorités sanitaires danoises, car les opiacés présentent un potentiel d’abus.  Dans l’enquête actuelle, 27,7% des patients avec des douleurs ont échangés le Tramadol contre le cannabis. Cela pourrait être une des raisons à la tendance décroissante des ordonnances pour le Tramadol : en 2017 une baisse du nombre de personnes consommant du Tramadol a été observé pour la première fois depuis 2008. En 2018 le nombre de consommateurs de Tramadol a chuté de près de 23 %.

Les analgésiques sans opiacés peuvent aussi avoir un risque : par example, les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) comme l’ibuprofène peuvent causer de sérieux effets secondaires (par exemple, des ulcères de l’estomac) en cas d’utilisation à long terme. 12,3% des patients souffrant de douleurs consommaient du cannabis plutôt que des médicaments. Pour les médicaments contre l’arthrite, encore plus de la moitié (52,1 %) ont eu recours au cannabis plutôt qu’à l’ibuprofène.

En outre de longues études ont besoin d’être réalisées sur les effets médicaux du cannabis sur l’usage en continue de ce dernier. De plus, il reste à clarifier comment les produits aux cannabis avec des différents taux de THC et CBD peuvent affecter les maladies mentales et corporelles.

Source:

Kvamme, S.L., Pedersen, M.M., Rømer Thomsen, K. et al. Exploring the use of cannabis as a substitute for prescription drugs in a convenience sample. Harm Reduct J 18, 72 (2021). https://doi.org/10.1186/s12954-021-00520-5

About Minyi

Minyi Lü leidet an chronischen Schmerzen aufgrund ihrer Fingerarthrose. Ihre Beschwerden behandelt sie seit 2017 sehr erfolgreich mit medizinischem Cannabis. Als PTA und Pharmaziestudentin bringt sie nun ihr Know-how ein, um über die neuesten wissenschaftlichen Erkenntnisse rund um Medizinalcannabis zu berichten.