Au-delà de 40 ans, la fécondité diminue pour la plupart des femmes. Ce processus est tout à fait normal. Cependant, cette phase de bouleversement et de changement hormonal peut être marquée par des plaintes physiques massives telles que des sautes d’humeur, des bouffées de chaleur et des troubles du sommeil. Dans certains cas, cela a un impact considérable sur la qualité de vie des femmes concernées. Les cannabinoïdes peuvent contribuer à améliorer les symptômes pendant cette période.

Climat – bouleversement en plusieurs phases

Entre 40 et 50 ans, le cycle menstruel d’une femme commence à devenir irrégulier. Le corps réduit progressivement la production d’œstrogènes, l’hormone sexuelle féminine. Cette période de changement hormonal est appelée ménopause ou climatère. C’est le passage de la phase reproductive (fertile) à une phase infertile de la vie.

En moyenne, les femmes d’Europe centrale connaissent leur dernière menstruation à l’âge de 52 ans. Cependant, des déviations de plusieurs années dans un sens ou dans l’autre sont possibles. Cette période est appelée ménopause. Une fois la ménopause atteinte, une femme ne peut plus tomber enceinte. Les ovules d’une femme se forment déjà alors qu’elle est encore elle-même un embryon. Au moment de la ménopause, ce quota d’ovules – ce qu’on appelle le pool de follicules – n’est plus viable pour la reproduction.

Le moment où une femme atteint la ménopause ne peut être déterminé que rétrospectivement, après l’arrêt des menstruations pendant 12 mois. La phase post-ménopausique commence alors.

Les médecins divisent la ménopause en plusieurs phases :

  • Préménopause : La période entre l’apparition du premier cycle menstruel irrégulier et la dernière période menstruelle. (Entre l’âge de 40 et 50 ans)
  • Ménopause : Le moment des dernières menstruations. (Moyenne à 52 ans)
  • Postménopause : 12 mois après la dernière période menstruelle et jusqu’à l’âge de 65 ans. (Après cela, les médecins utilisent le terme « senium »)
  • Périménopause : Période d’environ un à deux ans autour de la ménopause.

Plaintes pendant la ménopause

Le moment où survient le premier trouble du cycle climatique varie beaucoup d’une femme à l’autre. Le déroulement de la ménopause, sa durée, le moment où les symptômes qui l’accompagnent apparaissent, leur durée et leur intensité, tout cela est très individuel.

« Par exemple, environ un tiers des femmes ne présentent pratiquement aucun symptôme et un tiers ont des plaintes modérées qui peuvent être compensées par des interventions sur le mode de vie. Cependant, un tiers des femmes souffrent de plaintes graves nécessitant une thérapie, qui ont parfois un impact considérable sur leur qualité de vie ». [1]

Pendant la ménopause, le corps féminin doit s’adapter au déficit croissant en œstrogènes. Les plaintes possibles sont des cycles menstruels irréguliers, parfois accompagnés de douleurs, de courbatures des seins et de migraines. Les bouffées de chaleur et les poussées de sueur sont fréquentes.

Les modifications du vagin (atrophie de l’épithélium pavimenteux) peuvent entraîner des douleurs lors des rapports sexuels, une sécheresse vaginale et des problèmes pour uriner (problèmes de miction). Des étourdissements, des maux de tête, de la constipation et une perte de libido peuvent également survenir.

Certaines femmes souffrent également de sautes d’humeur, pouvant aller jusqu’à la dépression ou l’anxiété. D’autres symptômes psychologiques peuvent inclure des troubles du sommeil, de l’agitation et de l’irritabilité.

Plaintes / symptômes du climatérique :

  • Éruptions de transpiration
  • Bouffées de chaleur
  • Menstruations irrégulières et abondantes
  • Douleurs menstruelles
  • Tachycardie
  • Étourdissements
  • Maux de tête
  • Constipation
  • Perte de libido
  • Les troubles du sommeil
  • Humeurs dépressives / labilité
  • Anxieties
  • Troubles intérieurs
  • Irritabilité
  • Vaginite (inflammation du vagin)
  • Sécheresse vaginale

Plaintes après la ménopause

Après la ménopause, les symptômes climatériques typiques persistent souvent pendant plusieurs années. Comme la muqueuse du vagin change et ne produit plus autant d’humidité, des symptômes tels que des douleurs lors des rapports sexuels et des infections vaginales peuvent apparaître. Parmi les autres problèmes, on peut citer la peau sèche, la perte ou la pousse de cheveux sur le visage, ainsi que des douleurs musculaires et articulaires. Le risque d’ostéoporose augmente en raison de la baisse des niveaux d’œstrogènes.

Thérapie contre les symptômes de la ménopause

Le traitement médical le plus courant pour les symptômes de la ménopause est l’hormonothérapie substitutive, appelée HRT ou HT. Elle consiste généralement à prendre une combinaison orale d’œstrogènes et de progestatifs de manière à ce qu’ils agissent de manière systémique, c’est-à-dire dans tout l’organisme.

Les avantages de l’hormonothérapie substitutive ont été clairement prouvés, mais elle comporte également certains risques. Les médecins pensent aujourd’hui que l’HT entraîne une légère augmentation du risque de cancer du sein (cancer du sein). Le risque de maladies cardiovasculaires et de thromboses peut également augmenter avec l’hormonothérapie substitutive, tout comme le risque de cancer des ovaires. L’HT ne doit donc être utilisée qu’après que la patiente a soigneusement pesé les avantages et les inconvénients possibles ainsi que les facteurs de risque avec le médecin. [1]

Les préparations hormonales qui sont appliquées localement sur la peau, par exemple sous forme de crèmes, de suppositoires ou de sprays, sont également utilisées pour traiter la muqueuse vaginale. Elles peuvent également être associées à des agents hydratants sans hormones, tels que des lubrifiants et des crèmes. Les thérapies alternatives comprennent la thérapie neurale ou les phytothérapies – c’est-à-dire les médicaments à base de plantes – ayant un effet semblable à celui des œstrogènes.

Les cannabinoïdes peuvent aider avant et après la ménopause

Les cannabinoïdes constituent une autre alternative possible pour traiter les symptômes de la ménopause. Le système endocannabinoïde de notre corps régule l’humeur, la douleur, les organes sexuels et bien plus encore. Tous ces domaines sont affectés par les changements hormonaux qui se produisent pendant la ménopause.

Malheureusement, il n’existe pratiquement aucune recherche sur les effets du cannabis en tant que médicament, surtout pendant la ménopause. Cependant, il existe de nombreuses recherches sur la thérapie par cannabinoïdes pour les symptômes typiques de la ménopause tels que les maux de tête, les troubles du sommeil, les humeurs dépressives et autres. Ces recherches montrent que le cannabis médical peut aider à soulager les symptômes typiques de la ménopause.

Le cannabidiol (CBD) joue un rôle important dans ce domaine, car la substance active non psychotrope de la plante de cannabis n’est pas couverte par la loi sur les stupéfiants. Elle n’est donc pas soumise aux règles strictes de prescription, comme c’est le cas du tétrahydrocannabinol (THC). Le CBD est beaucoup plus facile à prescrire pour les médecins et est même disponible sans ordonnance.

Insomnie

Un document de synthèse datant de 2017 résume l’état de la recherche sur le cannabis et le sommeil jusqu’en 2014. Les résultats suggèrent que le cannabidiol (CBD) pourrait avoir un potentiel thérapeutique pour le traitement de l’insomnie. Il a également montré que le tétrahydrocannabinol (THC) a la capacité de réduire le temps nécessaire pour s’endormir. Cependant, il existe un risque que la substance active puisse affecter la qualité du sommeil à long terme. [2]

En 2019, une revue récente a également examiné les études existantes sur les cannabinoïdes et le sommeil. Il s’agit principalement d’études qui examinent l’utilisation des cannabinoïdes dans le traitement de maladies chroniques comme la sclérose en plaques, le syndrome de stress post-traumatique (SSPT) et la douleur chronique.

Cette revue montre que les cannabinoïdes peuvent améliorer la qualité du sommeil, réduire les troubles du sommeil et raccourcir la durée d’endormissement [3]. Un grand nombre des essais examinés ont un effet positif sur le sommeil. Toutefois, les chercheurs critiquent le fait que les échantillons sont petits et que les effets sur le sommeil n’ont été étudiés qu’à titre secondaire en relation avec une autre maladie.

Un nouvel essai clinique randomisé en double aveugle comble cette lacune et examine spécifiquement l’efficacité d’un produit à base de cannabis médical dans le traitement de l’insomnie chronique. L’étude menée par le Centre des sciences du sommeil de l’Université d’Australie occidentale a obtenu des résultats positifs et a montré que la thérapie au cannabis est efficace et sûre. [4]

Les participants traités avec du cannabis médical s’endormaient plus rapidement et beaucoup plus longtemps. Après leur réveil, ils ont pu se rendormir plus rapidement. Le traitement a entraîné une amélioration significative de la qualité de vie. Ils ont notamment eu la sensation d’être reposés après leur sommeil, d’être moins stressés et moins fatigués. Dans l’ensemble, les participants ont eu le sentiment de « mieux fonctionner ». [4]

Le CBD contre les humeurs dépressives

De plus en plus de personnes utilisent la CDB pour diverses plaintes, mais peu d’études ont examiné les raisons de l’utilisation croissante de la CDB. C’est pourquoi les chercheurs ont utilisé une enquête en ligne pour savoir pourquoi les gens utilisent le CDB et dans quelle mesure ils en sont satisfaits. Les résultats de l’enquête anonyme montrent que près de 62 % des utilisateurs de CBD utilisent cette substance pour traiter une maladie. Les trois maladies les plus fréquemment mentionnées sont la douleur, l’anxiété et la dépression. [5] 

Près de 33 % des personnes interrogées ont déclaré que la CDB « gère très bien leurs plaintes par elle-même », alors que seulement 4,3 % ont déclaré que la CDB avait un effet « pas très bon ». Les scientifiques concluent donc que les gens utilisent le CBD comme une thérapie spécifique pour toute une série de maladies différentes, mais surtout pour la douleur, l’anxiété, la dépression et les troubles du sommeil.

Plusieurs essais précliniques sur des rongeurs ont confirmé l’effet antidépresseur significatif du cannabidiol. Toutefois, on ne comprend pas encore très bien comment la CBD agit contre la dépression. Une autre étude sur les souris suggère que l’effet antidépresseur induit par le CBD dépend des niveaux de sérotonine dans le système nerveux central. [6] 

Cannabis et douleur

Différents types de douleurs peuvent survenir pendant la ménopause, comme les maux de tête, les douleurs articulaires et les douleurs menstruelles intenses. Les cannabinoïdes ont un effet positif sur la douleur chronique. Toutefois, les effets analgésiques (soulagement de la douleur) du cannabis n’ont pas fait l’objet de recherches suffisantes.

Une étude de 2018 conclut que les cannabinoïdes peuvent prévenir l’apparition de la douleur en augmentant légèrement le seuil de la douleur, mais pas en réduisant l’intensité de la douleur. Au contraire, les cannabinoïdes peuvent rendre la douleur plus supportable. [7]

Il existe maintenant de nombreuses preuves que les cannabinoïdes ont un effet thérapeutique sur la douleur. Cela vaut également pour le traitement des migraines et des maux de tête. Cela a été démontré dans une méta-étude américaine. [8]

Une autre recherche intéressante menée aux États-Unis a examiné les symptômes que les patients atteints de cannabis traitent avec leur drogue. Pour cette étude, les données de plus de 2 000 personnes ont été analysées. La recherche a montré que la douleur chronique, en particulier, était traitée avec des cannabinoïdes. 24 % des participants à l’étude ont déclaré qu’ils consommaient du cannabis pour leurs maux de tête ou leurs migraines. [9]

Utilisation de cannabinoïdes pendant la ménopause

De nombreuses études ont examiné l’effet des cannabinoïdes sur différents symptômes de la ménopause, tels que la douleur, les sautes d’humeur et les problèmes de sommeil. Ces essais montrent que les cannabinoïdes peuvent aider et soulager les symptômes.

Cependant, ces essais ne se sont pas concentrés principalement sur la ménopause. Il s’agissait plutôt de recherches sur une série d’autres conditions. Il n’existe pas d’essais cliniques contrôlés qui se concentrent sur les effets des cannabinoïdes pendant la ménopause. De telles recherches pourraient permettre de mieux comprendre comment le système endocannabinoïde et les hormones interagissent pendant la ménopause. Ces résultats pourraient conduire à une utilisation ciblée du cannabis médical comme option de traitement pendant la ménopause.

 

[1] Henes M, Hübner, S. Hormontherapie in der Peri- und Postmenopause. Internist 2020. 61:558-564

[2] Babson KA, Sottile J, Morabito D. Cannabis. Cannabinoids, and Sleep: a Review of the Literature. Curr Psychiatry Rep. 2017;19(4):23. doi:10.1007/s11920-017-0775-9

[3] Kuhathasan N, Dufort A, MacKillop J, Gottschalk R, Minuzzi L, Frey BN. The use of cannabinoids for sleep: A critical review on clinical trials. Exp Clin Psychopharmacol. 2019;27(4):383-401. doi:10.1037/pha0000285

[4] Medicinal Cannabis Effective for Chronic Insomnia in Clinical Trial. Practical Neurology 2020.

[5] Corroon J, Phillips JA. A Cross-Sectional Study of Cannabidiol Users. Cannabis Cannabinoid Res. 2018;3(1):152-161. Published 2018 Jul 1. doi:10.1089/can.2018.0006

[6] Sales AJ, Crestani CC, Guimarães FS, Joca SRL. Antidepressant-like effect induced by Cannabidiol is dependent on brain serotonin levels. Prog Neuropsychopharmacol Biol Psychiatry. 2018;86:255-261. doi:10.1016/j.pnpbp.2018.06.002

[7] De Vita MJ, Moskal D, Maisto SA, Ansell EB. Association of Cannabinoid Administration With Experimental Pain in Healthy Adults: A Systematic Review and Meta-analysis. JAMA Psychiatry. 2018;75(11):1118–1127. doi:10.1001/jamapsychiatry.2018.2503

[8] Baron EP. Medicinal Properties of Cannabinoids, Terpenes, and Flavonoids in Cannabis, and Benefits in Migraine, Headache, and Pain: An Update on Current Evidence and Cannabis Science. Headache. 2018;58(7):1139-1186. doi:10.1111/head.13345

[9] Baron EP, Lucas P, Eades J, Hogue O. Patterns of medicinal cannabis use, strain analysis, and substitution effect among patients with migraine, headache, arthritis, and chronic pain in a medicinal cannabis cohort. J Headache Pain. 2018;19(1):37. Published 2018 May 24. doi:10.1186/s10194-018-0862-2