Au cours des dernières semaines, la question a été soulevée dans les médias sociaux et sur les sites d’information de savoir si l’utilisation du cannabis médical pour traiter la maladie pulmonaire COVID-19 pouvait avoir un intérêt thérapeutique. En effet, la recherche poursuit actuellement des approches intéressantes.

Qu’est-ce que la COVID-19 ?

COVID-19 est le nom donné à la maladie pulmonaire causée par le coronavirus SARS-CoV-2. Il s’agit d’un nouveau virus étroitement lié au virus Sars (SARS-SoV), qui est apparu pour la première fois l’an dernier sur un marché chinois de la ville de Wuhan. L’origine du virus est inconnue à ce jour. Cependant, les chauves-souris et les roussettes sont considérées comme étant les possibles réservoirs du virus.

Le virus SARS-CoV-2 se propage par infection par gouttelettes, c.-à-d. lorsque l’on parle ou que l’on tousse. La durée de survie du virus sur différentes surfaces n’est pas encore claire, car cela dépend de divers facteurs, tels que le type de surface, l’humidité ou la température ; le virus pourrait ne survivre que pendant quelques heures, mais aussi pendant quelques jours. Toutefois, les autorités estiment que la probabilité qu’une personne soit infectée par des surfaces contaminées par le SARS-CoV-2 demeure faible.

Période d’incubation et symptômes

La période entre l’infection et le début des symptômes (période d’incubation) est de 2 à 14 jours pour le virus SARS-CoV-2. Les symptômes ne sont pas spécifiques et peuvent se manifester sous forme de toux sèche, de fièvre et de problèmes respiratoires. De plus, de nombreuses personnes touchées signalent une perte temporaire de l’odorat et du goût.

Certaines personnes infectées ne présentent aucun symptôme, tandis que d’autres souffrent de légers symptômes de rhume, tels que des maux de gorge et des frissons. Il arrive également que les patients infectés souffrent de maux de tête et de diarrhée.

Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et l’Institut Robert Koch, environ 80 % des cas sont bénins. Environ 14 % des personnes infectées développent des symptômes graves, tels que l’essoufflement et la pneumonie. Environ 5 % développent une pathologie potentiellement mortelle qui peut inclure un choc septique, un arrêt respiratoire ou une défaillance multiple d’organes.

Les personnes âgées sont particulièrement à risque, mais aussi les personnes présentant les conditions préexistantes suivantes :

  • Maladies respiratoires
  • Hypertension
  • Maladies cardiovasculaires
  • Diabète

Recherche sur le cannabis médical et la COVID-19

Des chercheurs de l’Université canadienne de Lethbridge expliquent dans leur prépublication (1) que les cannabinoïdes THC et CBD pourraient empêcher la propagation du virus de pénétrer dans les cellules des poumons.

L’étude indique que le virus SARS CoV-2 a besoin du récepteur ACE2 pour entrer dans la cellule hôte humaine. Ce récepteur se trouve non seulement dans le tissu pulmonaire, mais aussi dans les reins, le tube digestif, les testicules et le mucus buccal et nasal.

Dans leur théorie, les chercheurs supposent que les cannabinoïdes pourraient altérer l’ACE2. En termes simples, cela signifie que s’il n’y a pas d’ACE2 dans les tissus, le virus ne peut pas y pénétrer. L’hôte humain serait donc moins sensible au virus, ce qui pourrait réduire le risque d’infection.

Les chercheurs signalent des variantes de cannabis à haute teneur en CBD

Les chercheurs canadiens soulignent en particulier la variante de cannabis à haute teneur en CBD qu’ils ont eux-même développée, car diverses études ont montré que le CBD peut avoir des effets anti-inflammatoires. En outre, selon un article de presse (2), les chercheurs expliquent que les extraits de leur variété de cannabis pourraient constituer une thérapie supplémentaire pour le traitement de la COVID-19. Cependant, aucune étude significative à ce jour ne pourrait soutenir ou infirmer cette théorie.

Des chercheurs israéliens prévoient une étude sur le CBD

Des chercheurs de l’Université de Tel Aviv envisagent désormais de mener des essais cliniques (3). Ceux-ci étudieront l’efficacité d’exosomes enrichis en CBD pour l’inhalation sur la maladie pulmonaire COVID-19. En raison de ses propriétés anti-inflammatoires et immunorégulatrices, le CBD pourrait aider à réparer les cellules endommagées dans les poumons grâce à un effet synergique.

Lors d’une enquête plus approfondie, les chercheurs administreront une combinaison de CBD et de stéroïdes aux patients atteints de la COVID-19, car ils pensent que le CBD peut éventuellement améliorer l’effet des stéroïdes.

Conclusion

Étant donné que le cannabis médical a un large éventail d’effets, il n’est pas surprenant que les chercheurs se penchent désormais également sur l’utilisation du cannabis médical pour la COVID-19. Comme nous l’avons vu, des approches intéressantes sont poursuivies ici et inciteront d’autres chercheurs à mener leurs propres études et recherches.