Le Lupus est une maladie auto-immune chronique. On estime qu’il affecte environ 5 millions de personnes dans le monde, et est plus répandu chez les femmes (90%) que chez les hommes. Le Lupus se caractérise par une inflammation (tant aigüe que chronique) des différents tissus du corps, incluant les articulations, les reins, les poumons, la peau, le sang et le cœur.

L’étiologie est inconnue mais des facteurs comme la prédisposition génétique et des risques environnementaux sont impliqués. Le mécanisme implique une réponse immunitaire d’autoanticorps contre les cellules, saines et malsaines. Les patients souffrent généralement de douleurs sévères, fatigue, perte de cheveux, crises, et autres. Ce n’est pas contagieux mais il n’y a pas de remède, et les médicaments prescrits engendrent souvent des effets secondaires négatifs (parfois pires que les symptômes initiaux). Bien que la recherche sur l’utilisation du cannabis médical pour traiter ses symptômes fait défaut, les propriétés anti-inflammatoires et analgésiques de certains cannabinoïdes font d’eux des alternatives idéales aux médicaments conventionnels.

Liste des quatre différents types de Lupus et leurs symptômes

Lupus érythémateux systémique (LES) : C’est la forme de Lupus la plus répandue. Les symptômes sont l’inflammation des reins, du cerveau et des vaisseaux sanguins (dans le cerveau). Il peut également causer le durcissement des artères. Ces problèmes conduisent à des changements d’humeur et de comportement, des troubles de la mémoire, une insuffisance rénale, des AVC, convulsions, et plus.
Lupus érythémateux cutané (LEC) :
Cette forme se limite généralement à la peau et est provoquée par la lumière du soleil ou la lumière fluorescente. Les symptômes incluent des lésions et éruptions cutanées, comme des éruptions discoïdes (en forme de disque, élevé et rouge). Un signe courant est l’éruption cutanée en forme de papillon sur les joues et l’arête du nez.

Lupus érythémateux d’origine médicamenteuse (LEM) : Cette maladie de type Lupus est causée par différents médicaments, dont la procaïnamide, l’isoniazide, et l’hydralazine (également utilisé dans le traitement du Lupus). Les symptômes sont similaires à ceux présents dans le cas de LES, et cesse environ 6 mois après que le patient a arrêté de prendre le médicament causant la maladie.

Lupus néonatal : Il ne s’agit pas vraiment d’un Lupus, mais plutôt d’une maladie rare qui affecte le fœtus en croissance d’une femme enceinte ayant un Lupus. Les symptômes peuvent comprendre une maladie du foie, des rougeurs, ou encore un faible taux de cellules sanguines à la naissance. Ce phénomène disparait généralement au bout de quelques mois.

Les traitements actuels pour le Lupus incluent des médicaments antipaludiques, immunosuppresseurs, anti-inflammatoires non stéroïdiens, corticostéroïdes et biologiques. Bien que ces stupéfiants puissent être très utiles pour de nombreux patients, ils peuvent aussi s’accompagner de multiples effets secondaires négatifs au niveau des reins, du foie, de l’estomac, du cœur, mais aussi causer des dommages aux yeux, une infertilité, des nausées, une dépression et du diabète. De plus, les patients passent souvent plusieurs mois à essayer de trouver le bon mélange de médicaments pour leurs symptômes, causant le développement d’une intolérance à ces derniers, et parfois toutes ces options échouent. Il est donc nécessaire de trouver de nouveaux produits pharmaceutiques.

De nombreuses études ont démontré l’effet anti-inflammatoire des cannabinoïdes, comme le Cannabidiol (CBD), à travers différents tests invivo et in-vitro. De plus, on considère que les cannabinoïdes protègent contre la détérioration des maladies auto-immunes, comme l’arthrite. Bien que les réactions sur le Lupus soient encore peu étudiées, on peut supposer que le CBD pourrait avoir les mêmes bénéfices anti-inflammatoires. De façon intéressante, il a été remarqué que le CBD peut apaiser l’inflammation des éruptions cutanées sur la peau et réduire les rougeurs. Une autre découverte récente se focalise sur les flavonoïdes trouvés dans le cannabis. Un en particulier, Cannaflavin A, s’est révélé être une molécule anti-inflammatoire extrêmement puissante (près de 30 fois plus puissante que l’Aspirine).

Une autre propriété importante du CBD est son potentiel analgésique. Lorsque le CBD est administré avec le bon dosage, il peut soulager la douleur. Cela a été confirmé dans de nombreuses études sur les douleurs neuropathiques et cancéreuses. Il pourrait alors servir d’antidouleur pour les patients atteints de Lupus. Ainsi, au lieu de prendre des antidouleurs à base d’opioïdes, le CBD pourrait devenir une solution plus sûre, naturelle et non-addictive. Les médicaments dérivés de l’opium peuvent être source d’addiction, de dépendance, de dépression, d’anxiété, et plus encore.

En conclusion, il est nécessaire de mener des études supplémentaires sur les cannabinoïdes et cette maladie auto-immune, mais ses propriétés anti-inflammatoire, analgésique et non-toxique en font un traitement très attractif comparé aux traitements classiquement recommandés. De ce qu’on en sait, le cannabidiol semble être le plus approprié pour améliorer les symptômes provoqués par le Lupus.

Tu as aimé ce post ? Evalue-le
Rating: 5.0/5. From 1 vote.
Please wait...
Summary
Gérer le Lupus avec des cannabinoïdes
Article
Gérer le Lupus avec des cannabinoïdes
Description
Les cannabinoïdes peuvent-ils être utilisés en tant qu’alternative plus sûre pour la gestion des symptômes liés au Lupus ? On en sait peu sur leur interaction avec le Lupus, mais l’application du cannabis médical sur d’autres maladies auto-immunes, et ses propriétés thérapeutiques, semblent en faire une option viable.
Author
Publisher Name
Kalapa Clinic
Publisher Logo