Les troubles du sommeil : Efficacité des cannabinoïdes

Trastornos del sueño

Toute personne qui ne dort pas bien par moments se sent fatiguée, déconcentrée et moins performante pendant la journée. Si les troubles du sommeil persistent, il y a même un risque de problèmes de santé graves. Le cannabis médical peut-il aider à lutter contre les troubles du sommeil ? Nous faisons la lumière sur l’état actuel de la science.

Ne pas pouvoir se reposer le soir, couver, se vautrer, se réveiller la nuit et ne pas pouvoir se rendormir – l’insomnie est un problème grave pour de nombreuses personnes. Selon les données citées par Santé Publique France, 13,1% des personnes interrogées ont été classées comme pouvant souffrir d’insomnie chronique. [1]

Les troubles du sommeil – un problème croissant

Le nombre de personnes souffrant d’insomnie ne cesse d’augmenter depuis des années, les malades ayant souvent des troubles du sommeil depuis des années. En plus, 37 % des personnes atteintes souffrent d’insomnie depuis plus de deux ans, et 25 % depuis plus de onze ans. Une étude récente menée en France montre également que la dépression, l’anxiété et l’insomnie ont augmenté de manière significative depuis la pandémie de corona par rapport à la période précédant la pandémie. [3] 

Les femmes ont également été évaluées comme ayant une qualité de sommeil inférieure de 4 % à celle des hommes en moyenne et 5 % de plus étaient soupçonnées de souffrir d’insomnie selon le rapport susmentionné. Elles dorment plus légèrement, se réveillent plus souvent la nuit et mettent ensuite plus de temps à s’endormir à nouveau. Les raisons invoquées sont notamment la prise en charge des jeunes enfants et les ronflements de leur partenaire. Les hommes sont plus susceptibles de signaler des problèmes respiratoires liés au sommeil.

Le sommeil est l’un des besoins humains fondamentaux, comme respirer, manger ou boire. Il est essentiel pour notre santé et notre bien-être, car dans cette phase, notre corps se « recharge ».

Les troubles du sommeil les plus courants sont l’insomnie et la parasomnie. Les premières sont des difficultés à s’endormir et/ou à dormir toute la nuit, ou un sommeil non réparateur. En conséquence, les personnes concernées souffrent de fatigue diurne et se sentent diminuées dans leur vie quotidienne. Les parasomnies sont des événements indésirables qui surviennent lorsque les personnes s’endorment, dorment ou se réveillent, comme le somnambulisme ou les terreurs nocturnes.

Les causes de l’insomnie

Si une personne souffre d’insomnie, il existe de nombreuses causes possibles :

  • Les maladies physiques
  • Maladies mentales
  • Influences hormonales (par exemple, pendant la ménopause)
  • Stress et inquiétudes
  • Cycle de sommeil perturbé
  • Consommation d’alcool et de drogues
  • Changements hormonaux (par exemple, troubles du sommeil pendant la ménopause)
  • Prendre certains médicaments

Le syndrome d’apnée du sommeil est l’une des conditions physiques qui provoquent un mauvais sommeil. Ce trouble respiratoire nocturne est associé à des interruptions de la respiration. Il en résulte une réduction de l’apport en oxygène et des réactions de réveil brèves et répétées, que les personnes souffrant d’apnée du sommeil ne remarquent généralement pas.

Un symptôme important de l’apnée du sommeil est le ronflement fort. Cela peut également entraîner des problèmes de sommeil pour le partenaire. Ainsi, deux personnes souffrent d’apnée du sommeil et deux personnes souffrent d’un mauvais sommeil.

Parmi les autres maladies physiques qui peuvent provoquer un trouble du sommeil dit secondaire, citons les maladies cardiovasculaires, la sclérose en plaques, la maladie de Parkinson, la douleur, la fibromyalgie ou le syndrome des jambes sans repos. En général, toutes les affections associées à une douleur chronique ont un fort potentiel de perturbation du sommeil. Inversement, les troubles chroniques du sommeil semblent également accroître la sensibilité à la douleur.

Les données de Barmer montrent qu’un patient sur quatre souffrant d’un trouble du sommeil diagnostiqué souffre également d’une maladie mentale. Il s’agit notamment de la dépression, des humeurs dépressives, des troubles anxieux, de la psychose ou de la schizophrénie. Il est souvent difficile de déterminer la cause et la conséquence de ces troubles. En outre, il n’y a généralement pas une seule cause aux problèmes de sommeil, mais plusieurs facteurs qui jouent ensemble un rôle.

Comprendre les cycles du sommeil

Le sommeil est constitué de plusieurs cycles consécutifs. Un cycle de sommeil complet dure de 90 à 110 minutes et comporte deux phases principales : le sommeil NREM (sommeil à mouvements non rapides) et le sommeil REM (sommeil à mouvements oculaires rapides). [4]

La première phase principale, le sommeil du NREM, se compose de quatre phases. Le sommeil éveillé est la première phase. C’est la phase de transition entre le sommeil éveillé et le sommeil léger et ne dure que quelques minutes. Le corps se prépare à s’endormir, l’activité cérébrale diminue progressivement et les muscles se détendent. C’est la phase la plus fragile du sommeil, et le réveil est très facile.

Après cette première étape, le corps s’endort légèrement et les réveils sont moins fréquents. La température du corps baisse progressivement, tout comme l’activité cérébrale et les mouvements des yeux.

Puis, dans les stades 3 et 4, qui sont très similaires, on atteint ce qu’on appelle le sommeil profond. C’est la partie la plus reposante du sommeil et la zone où il est le plus difficile de se réveiller.

Le dernier stade est le sommeil paradoxal (Rapid Eye Movement ou sommeil paradoxal), qui dure en moyenne 10 minutes pendant le premier cycle pour atteindre 1 heure dans le dernier cycle. Son nom vient du paradoxe qui se produit pendant cette phase, au cours de laquelle on observe des signes de sommeil profond (paralysie du corps) et des signes d’éveil (activité cérébrale intense, mouvements oculaires rapides, respiration irrégulière). Le sommeil paradoxal est souvent associé à la phase de rêve. [5]

Conséquences des troubles du sommeil

Une courte période de privation de sommeil entraîne déjà des symptômes tels que des difficultés de concentration, une diminution de la réactivité et une altération du jugement.

Les troubles graves du sommeil qui persistent sur une longue période peuvent avoir des conséquences négatives sur la santé. Par exemple, si le manque de sommeil est permanent, le risque de développer une dépression augmente. La susceptibilité générale au stress augmente et le risque d’hypertension, de crise cardiaque et d’insuffisance cardiaque s’accroît.

Thérapie – comment traiter les troubles du sommeil ?

Il existe de nombreuses méthodes pour favoriser un sommeil sain. La mesure la plus importante est une bonne hygiène du sommeil. Par là, les médecins entendent toute une série de comportements qui peuvent aider les personnes souffrant de troubles du sommeil et prévenir l’apparition de ces troubles.

Hygiène du sommeil

Les mesures d’hygiène du sommeil comprennent :

  • Le respect d’un cycle sommeil-éveil régulier. Si possible, toujours se coucher à la même heure et se lever à la même heure.
  • Un environnement de sommeil agréable, frais et sombre.
  • S’abstenir de consommer de la caféine quelques heures avant de se coucher.
  • Évitez les repas lourds le soir.
  • Introduisez un rituel de sommeil qui peut durer jusqu’à 30 minutes. Par exemple, buvez une tasse de thé ou écoutez de la musique relaxante.

Les gens doivent faire de l’exercice régulièrement pendant la journée, mais évitez les exercices trop intenses le soir. Les techniques de relaxation telles que la relaxation musculaire progressive après la technique de relaxation de Jacobson, l’entraînement autogène ou le yoga peuvent également avoir un effet positif et préparer le corps au sommeil.

Soporifiques

De nombreuses personnes qui souffrent d’insomnie nerveuse peuvent être aidées par des somnifères en vente libre. Les médicaments phytothérapeutiques censés aider les gens à s’endormir comprennent la valériane et le baume. Ils sont très populaires en tant qu’alternatives naturelles, mais ils n’aident pas tout le monde.

Si vous avez des problèmes de sommeil persistants, vous devriez consulter votre médecin. Celui-ci pourra vous parler et procéder à un examen physique pour en déterminer les causes possibles. Ce seul élément est important pour écarter les maladies graves qui pourraient être à l’origine de l’insomnie. En raison du risque élevé de dépendance, les somnifères doivent être prescrits avec modération et, si possible, pour une courte durée. Lorsque les médecins prescrivent des médicaments pour le sommeil, il s’agit de benzodiazépines, d’hypnotiques non-benzodiazépines et d’antidépresseurs.

« De nombreux patients prennent ces médicaments et d’autres somnifères pendant des années, bien que des effets indésirables puissent se produire et que les effets d’une utilisation à long terme n’aient guère été étudiés. (…) Les médicaments psychiatriques peuvent réduire les symptômes à court terme, mais à long terme, ils peuvent créer une dépendance et augmenter les problèmes de sommeil. [6]

Même les somnifères en vente libre à la pharmacie ne sont pas sans danger et ne doivent pas être utilisés par les patients pour l’auto-traitement.

Thérapie cognitivo-comportementale

La thérapie cognitivo-comportementale est une alternative intéressante aux psychotropes. Seules quelques séances de thérapie (jusqu’à environ huit) sont nécessaires. Elle est également largement exempte d’effets secondaires et permet au patient de s’aider lui-même. [6]

L’objectif de la thérapie cognitivo-comportementale pour l’insomnie est de briser les schémas de pensée qui entravent un bon sommeil. La thérapie commence généralement par donner aux personnes des informations importantes sur leur sommeil, par exemple que leur rythme de sommeil est individuel et qu’il n’est pas inhabituel de se réveiller pour un court instant. Pour les personnes âgées en particulier, se réveiller plusieurs fois par nuit et se lever tôt le matin est un phénomène courant. En outre, l’hygiène du sommeil, le comportement et les habitudes sont abordés pendant la thérapie. [6]

Cannabinoïdes et troubles du sommeil

Le cannabis, en particulier le THC et le CBD, peut avoir un effet calmant et relaxant sur l’organisme. Les cannabinoïdes sont-ils également utiles en cas de troubles du sommeil ?

Un nouvel essai clinique randomisé et en double aveugle a spécifiquement étudié l’efficacité d’un produit médical à base de cannabis dans le traitement de l’insomnie chronique. L’étude scientifique menée par le Centre des sciences du sommeil de l’Université d’Australie occidentale montre que la thérapie au cannabis est efficace et sûre. [7]

Les patients qui ont participé à l’étude et qui ont été traités avec du cannabis médical se sont endormis plus rapidement et pendant beaucoup plus longtemps. Après leur réveil, ils se rendorment plus rapidement. Il est particulièrement intéressant de noter que le traitement au cannabis a entraîné une amélioration significative de la qualité de vie. Ils ont notamment eu la sensation d’être reposés après leur sommeil et de se sentir moins fatigués et stressés. Dans l’ensemble, les participants ont eu le sentiment de « mieux fonctionner » [7].

Les cannabinoïdes peuvent améliorer la qualité du sommeil

Une revue scientifique de 2019 a examiné les études sur le cannabis et le sommeil disponibles à ce jour. Il s’agissait principalement d’essais portant sur l’utilisation du cannabis médical dans le traitement de maladies chroniques comme la sclérose en plaques, le syndrome de stress post-traumatique (SSPT) et la douleur chronique.

Les résultats de l’examen montrent que les cannabinoïdes peuvent améliorer la qualité du sommeil, réduire les troubles du sommeil et raccourcir la durée d’endormissement. De nombreux essais évalués ont eu un effet positif, mais les chercheurs ont critiqué la petite taille de l’échantillon et le fait que le sommeil n’était étudié que comme un problème secondaire associé à une autre maladie.

Un document de synthèse publié en 2017 a résumé l’état de la recherche sur le cannabis et le sommeil jusqu’en 2014. Les résultats montrent que le cannabidiol (CBD) pourrait avoir un potentiel thérapeutique pour traiter l’insomnie. La publication précise également que le tétrahydrocannabinol (THC) a la capacité de réduire le temps d’endormissement. Cependant, il existe un risque que le médicament puisse affecter la qualité du sommeil à long terme. [9]

CBD – Un effet calmant

Des études scientifiques ont trouvé des preuves précliniques et cliniques que le CBD peut être bénéfique dans des conditions neuropsychiatriques, y compris l’épilepsie, l’anxiété et la schizophrénie. Il est prouvé que le CBD a un effet calmant sur le système nerveux central [10]. La substance active CBD (sous forme d’huile de CBD, par exemple) suscite donc un grand intérêt en tant que traitement pour un large éventail de troubles.

Une récente étude américaine a examiné si le CBD contribue à l’amélioration du sommeil et des états d’anxiété. L’étude a porté sur 72 adultes souffrant à la fois d’anxiété et de troubles du sommeil.

Les résultats de l’étude scientifique montrent qu’au cours des premiers mois, chez 80 % des personnes testées (57 patients), l’anxiété a diminué et est restée diminuée. Les valeurs de sommeil se sont améliorées au cours du premier mois chez 48 patients (66,7 %), mais ont fluctué dans le temps. Le CBD a été bien toléré par tous les patients sauf 3. L’étude indique que le cannabidiol pourrait avoir un effet positif sur les troubles liés à l’anxiété et les problèmes de sommeil qui y sont liés.

Conclusion : Le cannabis et son effet sur les troubles du sommeil

Les cannabinoïdes THC et CBD peuvent améliorer la qualité du sommeil, comme l’ont montré diverses études récentes. Cependant, la plupart des études disponibles ne portent pas principalement sur les troubles du sommeil. Il s’agit plutôt d’études de recherche sur diverses autres maladies associées au sommeil non réparateur. En outre, le nombre de participants à ces études est souvent faible.

Des études cliniques contrôlées qui se concentrent principalement sur les effets du cannabis dans les troubles du sommeil sont donc nécessaires. Ainsi, des facteurs tels que le dosage et la forme de dosage pourraient également être mieux pris en compte afin d’obtenir un résultat positif dans l’utilisation du cannabis pour les problèmes de sommeil.

[1] Sleep problems in the uk highlighted. NHS. 2011

[2] Chakkalackal L, Cyhlarova E, Robotham D. Mental Health Foundation Sleep Report 2011.  Mental Health Foundation. 2011

[3] Pieh C, Budimir S, Delgadillo J, Barkham M, Fontaine JRJ, Probst T. Mental health during COVID-19 lockdown in the United Kingdom. Psychosom Med. 2020 Oct 1. doi: 10.1097/PSY.0000000000000871. Epub ahead of print. PMID: 33009276.

[4] Memar P, Faradji F. A Novel Multi-Class EEG-Based Sleep Stage Classification System. IEEE Trans Neural Syst Rehabil Eng. 2018;26(1):84-95. doi:10.1109/TNSRE.2017.2776149

[5] Rasch B, Born J. About sleep’s role in memory. Physiol Rev. 2013;93(2):681-766. doi:10.1152/physrev.00032.2012

[6] Sonnenmoser, M. Schlafstörungen: Kognitive Verhaltenstherapie als Mittel der ersten Wahl (2011) Ärzteblatt

[7] Medicinal Cannabis Effective for Chronic Insomnia in Clinical Trial. Practical Neurology 2020.

[8] Kuhathasan N, Dufort A, MacKillop J, Gottschalk R, Minuzzi L, Frey BN. The use of cannabinoids for sleep: A critical review on clinical trials. Exp Clin Psychopharmacol. 2019;27(4):383-401. doi:10.1037/pha0000285

[9] Babson KA, Sottile J, Morabito D. Cannabis. Cannabinoids, and Sleep: a Review of the Literature. Curr Psychiatry Rep. 2017;19(4):23. doi:10.1007/s11920-017-0775-9

[10] Shannon, S et alt. (2019). Cannabidiol in Anxiety and Sleep: A Large Case Series. The Permanente Journal. doi:10.7812/tpp/18-041

About Gesa

Gesa Riedewald ist seit 2017 als Medical Writer für das Thema Cannabis als Medizin tätig. Sie hat langjährige Erfahrung in den Bereichen Text und Kommunikation, unter anderem bei Leafly und in der Healthcare-Branche. Die fundierte und wissenschaftliche Berichterstattung zum medizinischen Einsatz von Cannabis liegt ihr am Herzen.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *