Au cours des dernières décennies, un nombre croissant d’études ont été et sont actuellement menées sur les effets du cannabis pour différentes pathologies.  Plusieurs études ont montré que le cannabis médical avait des effets positifs dans le cas du diabète. Cependant, d’autres recherches sont encore en cours pour étudier son efficacité, le diabète étant considéré comme une maladie compliquée.

Qu’est-ce que le diabète ?

Le diabète est une déficience métabolique dans le corps caractérisée par des niveaux élevés de sucre dans le sang résultant d’une déficience dans l’action et/ou la sécrétion d’insuline.  L’insuline est une hormone produite par le pancréas qui aide à transférer le glucose contenu dans la nourriture jusqu’aux cellules pour qu’elles puissent produire de l’énergie.

Le diabète peut entraîner des complications à long terme telles que la perte de la vision, un dysfonctionnement des organes, des nerfs ou encore des vaisseaux sanguins, à cause d’une décomposition insuffisante du glucose, ce qui provoque son accumulation dans le sang.  Dans les cas les plus graves, il peut conduire à l’amputation et à la mort. Le diabète peut être classé en deux types :

  • Diabète de type 1 (DT1) : Le diabète de type 1 est la destruction complète des cellules pancréatiques b (sécrétrices d’insuline).  Il en résulte que le corps ne produit plus d’insuline du tout.  Il s’agit d’un cas assez rare puisque seulement 5-10% de diabétiques présentent un diabète de type 1.  Dans certains cas, cela peut être héréditaire.
  • Diabète de type 2 (DT2) : Le diabète de type 2 produit soit une quantité insuffisante d’insuline, soit une insuline qui se révèle inefficace. Cela se traduit par une résistance à l’insuline ou bien une importante carence en insuline. Cela concerne entre 90% et 95% des personnes diabétiques.

Bien que la cause du DT1 ne soit pas encore tout à fait claire, le DT2 peut être influencé par des choix de mode de vie comme l’activité physique et les habitudes alimentaires et qui peuvent passer inaperçus pendant des années[1].

Le système endocannabinoïde et le cannabis médical pour le diabète

Les données actuelles montrent que le système endocannabinoïde (SEC) contribue à la perte de cellules bêta dans Le DT2 en régulant le processus de mort cellulaire ainsi que le processus inflammatoire, et joue donc éventuellement un rôle dans le développement de la résistance à l’insuline[2].  Cela est dû au fait que le SEC est acteur important dans le développement de l’obésité et dans le métabolisme du glucose et des lipides.

Le SEC se compose de récepteurs endocannabinoïdes (principalement de type 1 et 2, ou encore appelés CB1 et CB2), de ligands, d’endocannabinoïdes (EC), et d’enzymes responsables de la synthèse et de la dégradation des EC[3].

Alors que des études sont toujours en cours sur la relation entre le cannabis et le diabète, quelques découvertes ont déjà été faites.  Dans une enquête menée auprès d’humains, il a été constaté que les consommateurs chroniques de cannabis ainsi que les personnes consommant du cannabis depuis au moins 12 mois avaient moins de chance de présenter un diabète par rapport aux personnes ne consommant pas de cannabis. Pour l’instant, il est encore trop tôt pour suggérer que le cannabis a des effets protecteurs ou plus encore, mais davantage de recherches devraient être menées[4].

Dans une étude réalisée aux Etats-Unis avec des adultes obèses âgés de 18 à 59 ans, il avait été constaté que la consommation chronique de marijuana était significativement associée à un niveau plus bas d’insuline à jeun ainsi que d’HOMA-IR [acronyme de Homeostasis model assessment of insulin resistance], chez les individus obèses.

De plus, l’étude a révélé que les différences dans les niveaux d’insuline sont encore visibles même dans les cas où la fréquence de consommation était plus faible (moins de quatre fois par mois). Enfin, les anciens consommateurs chroniques présentent une concentration d’insuline significativement plus faible que ceux qui n’ont jamais consommé de cannabis.[5]

Diabète de type 2 et phytocannabinoïdes (CBD et THCV)

Une autre étude clinique s’est portée sur les effets du cannabidiol (CBD) et du tétrahydrocannabivarin (THCV) chez des sujets atteints de diabète de type 2. Le CBD et le THCV sont tous deux des phytocannabinoïdes non psychoactifs impliqués dans le métabolisme du glucose et des lipides dans les modèles animaux.

Les résultats ont décrit que le THCV améliorait le contrôle glycémique, ce qui a dévoilé le potentiel d’un possible traitement. Le CBD n’a montré aucun effet métabolique, mais a diminué les concentrations de résistine circulant dans le corps et augmenté le polypeptide insulinotrope dépendant du glucose (GIP) en circulation. Les niveaux élevés de résistine sont liés à l’obésité et à la résistance à l’insuline, tandis que le GIP est une hormone qui stimule l’activité de l’insuline et qui a des propriétés de conservation des cellules B du pancréas.[6]

Diabète de type 1 et phytocannabinoïdes (CBD)

Une autre étude réalisée avec des souris a fourni d’autres preuves des effets anti-auto-immuns du CBD, suggérant que le traitement au CBD inhibe le diabète par la réduction de molécules pro-inflammatoires (IFN-g et TNF-a) et l’augmentation des substances anti-inflammatoires (IL-4 et IL-10). En outre, le traitement au CBD a réduit l’insulitis (la caractéristique relative du DT1, une blessure inflammatoire autour des cellules bêta provoquées par l’infiltration de cellules immunitaires). Ces résultats indiquent que le CBD peut diminuer l’occurrence du diabète par un mécanisme immunomodulateur [7].

Conclusion

En général, les données sur le cannabis médical dans les cas de diabète présentées ci-dessus suggèrent que le THCV ou le CBD pourrait être efficace pour le DT1 ou le DT2. Cependant, des études plus approfondies sont nécessaires pour établir le mécanisme exact qui pourrait conduire à l’application clinique.

Tu as aimé ce post ? Evalue-le. Ce post a été réalisé sur la base de recherches existantes au moment de la date de publication de l’article. En raison du nombre croissant d’études sur le cannabis médical, l’information exposée peut varier au fil du temps et nous informerons des avancées dans les articles ultérieurs.

[1] American Diabetes Association. Diagnosis and classification of diabetes mellitus [published correction appears in Diabetes Care. 2010 Apr;33(4):e57]. Diabetes Care. 2010;33 Suppl 1(Suppl 1):S62–S69. doi:10.2337/dc10-S062

[2] Gruden, G., et alt. (2016). Role of the endocannabinoid system in diabetes and diabetic complications. British journal of pharmacology, 173(7), 1116–1127. doi:10.1111/bph.13226

[3] Nguyen, T., et alt. (2019). Overcoming the Psychiatric Side Effects of the Cannabinoid CB1 Receptor Antagonists: Current Approaches for Therapeutics Development. Current topics in medicinal chemistry, 19(16), 1418-1435.

[4] Imtiaz, S. and Rehm, J. (2018). The relationship between cannabis use and diabetes: Results from the National Epidemiologic Survey on Alcohol and Related Conditions III. Drug Alcohol Rev., 37: 897-902. doi:10.1111/dar.12867

[5] Ngueta, G, et alt. 2019. Lifetime marijuana use in relation to insulin resistance in lean, overweight, and obese US adults. Journal of Diabetes. 1– 10. https://doi.org/10.1111/1753-0407.12958

[6] Jadoon, K. A., et alt. (2016). Efficacy and Safety of Cannabidiol and Tetrahydrocannabivarin on Glycemic and Lipid Parameters in Patients With Type 2 Diabetes: A Randomized, Double-Blind, Placebo-Controlled, Parallel Group Pilot Study. Diabetes Care, 39(10), 1777–1786. doi:10.2337/dc16-0650

[7] L. Weiss, et alt. (2006) Cannabidiol lowers incidence of diabetes in non-obese diabetic mice, Autoimmunity, 39:2, 143-151, DOI: 10.1080/08916930500356674

No votes yet.
Please wait...
Summary
Les effets du cannabis médical dans le cas du diabète
Article
Les effets du cannabis médical dans le cas du diabète
Description
Plusieurs études ont démontré les effets positifs du cannabis médical dans les cas de diabète.
Author
Publisher Name
Kalapa Clinic
Publisher Logo