Le cancer du sein, également connu sous le nom médical de carcinome du sein, est une tumeur maligne du sein. C’est de loin la forme de cancer la plus courante chez les femmes. Statistiquement parlant, une femme sur huit en Allemagne développe un cancer du sein au cours de sa vie. C’est la cause la plus fréquente de décès par cancer dans la population féminine. Les hommes peuvent également avoir un cancer du sein. Cependant, cela est très rare et ne se produit que chez 1 homme sur 800 environ.

Le cannabis médical est utilisé dans le traitement des patientes atteintes d’un cancer du sein pour soulager des symptômes tels que la douleur, les nausées et la perte d’appétit. Cependant, certaines études prometteuses suggèrent également que les cannabinoïdes pourraient être capables de provoquer la mort des cellules cancéreuses.

Cancer du sein : causes et facteurs de risque

Les femmes plus âgées sont plus susceptibles d’être touchées par le cancer du sein que les plus jeunes. Le risque augmente avec l’âge : en moyenne, une femme est âgée de 64 ans au moment du diagnostic. Cependant, près de trois personnes sur dix sont âgées de moins de 55 ans lorsque le cancer du sein est détecté [1]. À partir d’environ 70 ans, le risque diminue à nouveau.

Les causes exactes du cancer du sein sont encore inconnues – comme c’est le cas pour de nombreux autres types de cancer. Cependant, les médecins définissent divers facteurs de risque qui peuvent être divisés en trois groupes :

  • Facteurs de risque hormonaux.
  • Facteurs de risque génétiques (héréditaires).
  • Mode de vie et autres facteurs de risque.

Les facteurs de risque : les hormones

Les femmes qui ont eu leurs premières règles très tôt lorsqu’elles étaient jeunes filles et leurs dernières avant la ménopause très tard risquent de développer un cancer du sein en raison de cette longue période d’activité hormonale. Les grossesses peu nombreuses et tardives ou même l’absence d’enfants sont d’autres facteurs de risque.

On pense également que l’utilisation de produits hormonaux de substitution pour les symptômes de la ménopause augmente le risque de cancer du sein, surtout s’ils sont pris sur une longue période et avec une prise combinée d’œstrogènes et de progestatifs. Les contraceptifs hormonaux (« pilule ») sont soupçonnés d’augmenter légèrement le risque.

Facteurs de risque : la prédisposition génétique

Certains carcinomes mammaires sont dus à un risque génétique accru : si des proches parents ont un cancer du sein ou des ovaires, le risque de développer la même maladie augmente. Les mutations (changements) dans les gènes de BRCA1, BRCA2 ou PALB2 en sont particulièrement responsables. Il existe également d’autres gènes du cancer du sein, mais leur influence semble moins importante.

Facteurs de risque : le mode de vie et autres

En plus de la vieillesse et du sexe féminin, le tissu très dense des glandes mammaires est également un des facteurs de risque. En outre, le surpoids, un régime alimentaire riche en graisses, le diabète sucré de type II et le manque d’exercice ont également un effet négatif. L’alcool et le tabac sont également soupçonnés d’augmenter le risque de cancer du sein.

Les symptômes

Une tumeur dans le sein est souvent ressentie par la femme concernée elle-même ou par le gynécologue comme une masse qui ne peut pas être déplacée. Les symptômes du cancer du sein peuvent également inclure des changements dans le sein tels que la rétraction de la peau, des rougeurs ou un œdème cutané. Les changements de taille des seins ou l’écoulement du mamelon sont également des signes potentiels.

En plus de l’examen palpatoire, le médecin peut utiliser l’examen échographique (sonographie) du sein et l’examen radiologique (mammographie) pour établir un diagnostic. Cependant, tous les changements au niveau de la poitrine ne sont pas malins. Les grosseurs bénignes sont plus fréquentes. Si le gynécologue veut être sûr, il pratiquera une biopsie, au cours de laquelle les tissus seront prélevés et examinés en laboratoire.

Comme les chances de guérison d’un cancer du sein dépendent en grande partie du moment où la tumeur est détectée, les femmes doivent consulter leur gynécologue pour des examens de dépistage de routine. En plus de l’examen palpatoire, les experts recommandent un dépistage par mammographie à partir de 50  ns. Les coûts sont couverts par l’assurance maladie.

Thérapie du cancer du sein

Le traitement du cancer du sein est très individuel. Il dépend de nombreux facteurs différents, tant en ce qui concerne le cancer que le patient. Ainsi, le plan de thérapie dépend du type de tumeur et de la quantité de celle-ci qui s’est déjà répandue dans l’organisme. L’âge de la femme concernée, son statut hormonal et toute autre maladie éventuelle sont également pris en considération.

Le traitement du cancer est multimodal – il se compose de plusieurs éléments. Une opération est indispensable dans la plupart des cas. Dans le passé, cela signifiait souvent une ablation radicale du sein ; aujourd’hui, il est souvent possible de le préserver. L’opération est généralement effectuée immédiatement après le diagnostic. Cependant, il arrive que les médecins procèdent d’abord à une chimiothérapie afin de réduire la taille de la tumeur pour qu’elle puisse ensuite être enlevée plus facilement par chirurgie.

Les options de traitement suivantes sont disponibles pour le cancer du sein :

  • Opération.
  • Chimiothérapie.
  • (Anti-)Hormonothérapie.
  • Thérapie par anticorps (traitement immunitaire).
  • Thérapie ciblée du cancer dans laquelle des médicaments spéciaux sont utilisés pour combattre les cellules tumorales.

Le cannabis médical : un allié contre les effets secondaires de la chimiothérapie

De nombreux patients atteints de cancer bénéficient des cannabinoïdes de plusieurs façons. Il a été démontré que le cannabis réduit la douleur provoquée par les tumeurs. Elle peut également atténuer les puissants effets secondaires de la chimiothérapie : souvent, les patients atteints de cancer souffrent de nausées, de vomissements, de perte d’appétit et d’insomnie. Les cannabinoïdes sont utilisés ici depuis longtemps pour améliorer leur qualité de vie. L’effet psychotrope (antirésistant) du THC joue également un rôle important dans ce domaine.

Les cannabinoïdes dans le traitement du cancer

Des études indiquent que les cannabinoïdes, en plus de leur capacité à contrecarrer les effets secondaires graves, pourraient également compléter les options thérapeutiques du traitement du cancer. En 2018, le Professeur Burkhard Hinz et le Dr Robert Ramer de l’Université de Rostock ont préparé une étude sur le comportement antitumoral des cannabinoïdes dans laquelle ils ont résumé les résultats des études disponibles sur le sujet [2]. Les scientifiques concluent que les cannabinoïdes présentent un intérêt en tant qu’éventuels médicaments systémiques contre le cancer.

Les résultats d’études en laboratoire suggèrent que les cannabinoïdes agissent à différents niveaux et peuvent produire des effets importants. Le cannabidiol (CBD) joue ici un rôle de premier plan. Les auteurs de l’étude écrivent :

« Les cannabinoïdes non psychoactifs tels que le CBD, dont il a été démontré qu’il possède un large spectre de propriétés anticancérigènes, ont suscité un intérêt scientifique particulier (…) » [2].

Caractéristiques anticancéreuses des cannabinoïdes

Parmi les propriétés anticancéreuses des cannabinoïdes, citons :

  • Inhibition de la croissance des cellules cancéreuses (prolifération).
  • Réduction de la viabilité des cellules tumorales.
  • Effet anti-métastatique.
  • Déclenchement de la mort cellulaire (apoptose).
  • Déclenchement de l’« auto-mutilation » des cellules (autophagie).
  • Accroissement de la sensibilisation des cellules cancéreuses résistantes à la chimiothérapie.

Les relations sont complexes, mais il est important de noter que les nouveaux médicaments à base de cannabinoïdes pourraient bloquer la métastase des cellules malignes. Ainsi, il est possible que « ces substances puissent servir d’options supplémentaires viables » aux chimiothérapies actuellement utilisées, selon Hinz et Ramer.

Par exemple, de nombreux scientifiques considèrent aujourd’hui les cannabinoïdes comme un agent prometteur dans le traitement du cancer – et « non seulement comme des médicaments palliatifs, mais aussi comme des médicaments anti-tumoraux » [3]. Les cancers du sein et de la prostate sont deux des cancers où les cannabinoïdes ont montré un effet anticancéreux élevé.

Le CBD contre le cancer du sein

Au Royaume-Uni, des scientifiques ont étudié les avantages potentiels du CBD pour les patients atteints de cancer. Pour cela, 119 personnes atteintes d’un cancer avancé ont reçu un CBD synthétique de qualité pharmaceutique. Résultat de l’étude : 92 % des personnes ont présenté des réactions positives, telles qu’une réduction des cellules tumorales ou une réduction de la taille de la tumeur [4].

Le traitement à l’huile de CBD a duré au moins six mois et de nombreux patients ont pris le médicament plus longtemps. Une période plus courte n’a pas montré d’effets positifs significatifs. Aucun effet secondaire n’a été observé.

Des patients atteints de diverses formes de cancer, y compris des femmes atteintes d’un cancer du sein, ont participé à l’étude. Chez ces patientes, la taille des tumeurs a parfois été considérablement réduite. Les auteurs de l’étude concluent donc : « Le CBD de synthèse pharmaceutique est un candidat pour le traitement des patients atteints de cancer du sein ou de gliome ».

Le CBD et chimiothérapie

Un nouveau rôle du CBD dans la lutte contre le cancer a été étudié en 2018 par une étude scientifique de la London Metropolitan University. Les chercheurs ont montré in vivo que le cannabidiol inhibe la libération d’exosomes et de microvésicules (EMV) dans le cancer de la prostate, le carcinome hépatocellulaire et l’adénocarcinome du sein. En inhibant l’EMV, les cellules cancéreuses deviennent plus sensibles aux agents chimiothérapeutiques et la progression du cancer peut être limitée. L’effet était proportionnel à la dose. [5]

Les chercheurs concluent que le CBD peut être utilisé pour rendre les cellules cancéreuses plus sensibles à la chimiothérapie et pour l’optimiser. Le cannabidiol pourrait éventuellement contribuer à ce que même une dose plus faible de chimiothérapie soit suffisante pour le traitement et obtienne l’effet souhaité.

Mais il n’y a pas que le CBD qui présente un grand intérêt pour la science, entre-temps l’acide cannabidiol (CBDA) a également fait l’objet d’une attention particulière. Des chercheurs de l’université internationale d’Hiroshima au Japon ont trouvé des preuves que le CBDA pourrait être capable d’inhiber la production d’une enzyme particulière. Cela en ferait un outil pertinent dans la lutte contre le cancer. [6] Cependant, des recherches supplémentaires sont nécessaires ici aussi avant que les liens ne soient scientifiquement clarifiés.

Quelle est l’importance de l’effet d’entourage ?

« L’effet d’entourage » décrit le fait qu’un mélange de plusieurs substances végétales a une activité biologique plus élevée qu’une substance pure isolée. La plante de cannabis contient un grand nombre de phytocannabinoïdes et de terpènes, qui jouent un rôle décisif dans cet effet de synergie.

Une étude scientifique et préclinique de l’Université de Madrid a conclu que l’effet d’entourage pourrait également avoir un effet dans la lutte contre le cancer du sein. Les chercheurs ont comparé l’effet du THC pur avec celui d’une préparation de cannabis. Il a été démontré que ce médicament était plus puissant que le THC pur en culture cellulaire et dans des modèles animaux de cancer du sein. [7]

Pour les chercheurs, ces résultats suggèrent que les médicaments standardisés à base de cannabis devraient être considérés comme faisant partie du traitement du cancer du sein au lieu des cannabinoïdes purs.

Conclusion : le cancer du sein et les cannabinoïdes

Les cannabinoïdes ont aujourd’hui un rôle reconnu dans le traitement du cancer. Ils peuvent aider à soulager les douleurs tumorales, l’insomnie et la dépression. Ils peuvent également soulager les effets secondaires de la chimiothérapie, tels que les nausées, les vomissements et la perte d’appétit. En tant que thérapie complémentaire, les cannabinoïdes contribuent donc de manière importante à l’amélioration de la qualité de vie des patients atteints de cancer.

Toutefois, les cannabinoïdes présentent également un intérêt scientifique pour le traitement primaire du cancer. Des études récentes ont montré que le CBD a non seulement un « effet anti-tumoral direct », mais aussi la capacité à « améliorer l’efficacité des médicaments anti-tumoraux classiques » [4]. Par conséquent, les cannabinoïdes pourraient être des agents prometteurs en combinaison avec le traitement conventionnel du cancer, en particulier pour le cancer du sein et de la prostate, ont déclaré les chercheurs.

Il a été démontré que les cannabinoïdes réduisent la prolifération et la propagation des cellules cancéreuses. Le cancer du sein et le cancer de la prostate sont deux cancers dans lesquels le cannabis a montré un effet anticancéreux élevé. Toutefois, les mécanismes responsables de cette situation n’ont pas encore été entièrement clarifiés.

Des recherches scientifiques supplémentaires sont nécessaires pour pouvoir utiliser les cannabinoïdes de manière optimale dans la lutte contre le cancer. Mais leur potentiel est déjà évident – non seulement dans le domaine des soins palliatifs, mais aussi dans celui de la lutte contre les cellules cancéreuses.

[1] Robert Koch Institut, Zentrum für Krebsregisterdaten, Stand: 17.12.2019

[2] Hinz, B.: Anti‐tumour actions of cannabinoids. British Journal of Phamacology 2018. Doi: 10.1111/bph.14426

[3] Fraguas Sánchez, A. I.: Phyto-, Endo- And Synthetic Cannabinoids: Promising Chemotherapeutic Agents in the Treatment of Breast and Prostate Carcinomas. Expert Opin Investig Drugs 2016. 25(11):1311-1323.doi: 10.1080/13543784.2016.1236913.

[4] Kenyon, J.: Report of Objective Clinical Responses of Cancer Patients to Pharmaceutical-grade Synthetic Cannabidiol. Anticancer research 2018. 38(10):5831-5835. doi: 10.21873/anticanres.12924.

[5] Kosgodage, U. S.: Cannabidiol (CBD) Is a Novel Inhibitor for Exosome and Microvesicle (EMV) Release in Cancer. Frontiers in Pharmacology 2018. 9:889. doi: 10.3389/fphar.2018.00889.

[6] Takeda, S.: Cannabidiolic acid-mediated selective down-regulation of c-fos in highly aggressive breast cancer MDA-MB-231 cells: possible involvement of its down-regulation in the abrogation of aggressiveness. Journal of Natural Medicines 2017. 71(1):286-291. doi: 10.1007/s11418-016-1030-0.

[7] Blasco-Benito, S.: Appraising the “entourage effect”: Antitumor action of a pure cannabinoid  versus  a botanical drug preparation in preclinical models of breast cancer. Biochemical Pharmacology 2018. 157:285-293. doi: 10.1016/j.bcp.2018.06.025.