L’antidouleur le plus connu et le plus conventionnel prescrit dans le monde pour tout type de douleur sont les opioïdes. Cependant, il peut être hautement addictif. Ceci s’explique car ces médicaments sont chimiquement similaires aux récepteurs opiacés présents dans les cellules nerveuses de notre corps et notre cerveau.

En général, l’opioïde est une façon saine et efficace de soulager la douleur s’il est utilisé durant une courte période. Comme les opioïdes produisent de l’euphorie lorsqu’ils soulagent la douleur, ils peuvent être addictifs et le consommateur peut en devenir dépendant. Il y a plusieurs effets secondaires négatifs lors d’une consommation d’opioïdes durant une longue période, comme des nausées et des vomissements, une constipation ou des lésions au niveau du foie. Dans les cas où le consommateur abuse de cette drogue, cela peut mener à la mort.

Une alternative aux opioïdes est-elle possible?

En raison des effets secondaires, et d’une guérison inadéquate pour un nombre incroyable d’individus souffrant de maladies chroniques ou de leurs symptômes (Madras, 2015), les gens ont commencé à chercher une alternative palliative pouvant être prise sur une plus longue période. Ces dernières années, les chercheurs ont trouvé que le Cannabidiol (CBD) pouvait être une alternative fiable et efficace à la consommation d’opioïdes.

Le CBD est un composant qui n’est pas psychoactif et est le deuxième cannabinoïde le plus important de la plante de marijuana, le premier étant le tétrahydrocannabidiol (THC). Une fois que le CBD est ingéré, il interagit directement avec notre système endocannabinoïde (SEC), un réseau de récepteurs de cannabinoïdes qui couvre tout le corps humain et qui est directement lié tout en ayant une bonne influence, à l’appétit, l’humeur, la mémoire, et la résistance à la douleur.

Le CBD est une drogue pléiotrope (Castillo et al, 2010), ce qui signifie qu’elle a plusieurs effets sur différentes voies moléculaires. Si le CBD est ingéré à une concentration suffisante, il active directement le 5-HT1A (hydroxytryptamine), le récepteur sérotonine ce qui donne un effet antidépresseur. Ce récepteur est présent dans plusieurs processus biologiques et neurologiques tels que l’anxiété, l’addiction, l’appétit, la perception de la douleur et bien d’autres.

Qu’est-ce que cela peut donner?

Le CBD était devenu une alternative si populaire que les entreprises pharmaceutiques ont créé des médicaments et des pilules chimiquement similaires. Cependant, tout le monde n’a pas accès à ces traitements, les produits étant très chers.

De nouvelles études doivent être menées pour évaluer les effets secondaires à long-terme de la prise de CBD, mais de ce que l’on sait, c’est très prometteur

 

References

Bertha K. Madras. (2015). Update of Cannabis and its medical use. Belmont, MA: World Health Organisation

Castillo A., Tolón M. R., Fernández-Ruiz J., Romero J., Martínez-Orgado J. (2010). The neuroprotective effect of cannabidiol in an in vitro model of newborn hypoxic-ischemic brain damage in mice is mediated by CB2 and adenosine receptors. Neurobiol. Dis. 37, 434–440.

Bergamaschi MM, e. (2011). Safety and side effects of cannabidiol, a Cannabis sativa constituent. Curr Drug Saf. 2011 Sep 1;6(4):237-49.