L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) estime qu’il y a environ 51 millions de personnes dans le monde qui souffrent de troubles bipolaires, et presque autant qui souffrent de schizophrénie. Les traitements antipsychotiques déjà existant sur le marché pour traiter ce type de maladie peuvent déclencher de très sérieux effets secondaires comme des vertiges, des vomissements ou encore des dépressions, des insomnies, et des tendances suicidaires.

En prenant ces traitements antipsychotiques, le patient doit prendre en compte les potentiels effets secondaires. En raison de ces effets, des personnes ont commencé à se renseigner sur le cannabis médical comme thérapie alternative pour soigner leur maladie.

Le cannabis médical comme traitement antipsychotique

Le cannabis médical est souvent utilisé pour soulager l’anxiété et la dépression, ainsi que pour aider les gens à faire face à de sévères sautes d’humeur causées par leurs troubles bipolaires. Cependant, plusieurs études ont démontré qu’une augmentation de la consommation de produits avec un niveau élevé de THC et de cannabis (en particulier chez les jeunes) pourrait également augmenter le risque que ces individus développent une maladie psychotique telle que la schizophrénie, la paranoïa ou les troubles bipolaires. Ceci est dû à la psychoactivité du THC. Néanmoins, quelques chercheurs suggèrent que cela s’observe seulement sur les personnes génétiquement prédisposées à ces troubles.

Depuis 1982, compte tenu des effets antipsychotiques du cannabidiol, l’autre molécule la plus importante de la plante de cannabis, des recherches ont alors débutées. Il a été découvert que le THC s’accorde parfaitement avec les récepteurs CB1 de notre système endocannabinoïde, contrairement au CBD.

Pour résumer, le THC active les récepteurs CB1 en imitant l’anandamide et le CBD empêche le THC d’agir de cette façon. Cela signifie que le récepteur CB1 n’est pas supprimé, il régule simplement l’effet du THC.

Les résultats de la plupart de ces études nous indiquent clairement que le CBD se comporte, dans les études précliniques et cliniques, comme un antipsychotique atypique, en améliorant les symptômes psychotiques dans des mesures qui ne modifient pas les fonctions moteurs.

 

References

Zuardi, Antonio et alt. (2012). A Critical Review of the Antipsychotic Effects of Cannabidiol: 30 Years of a Translational Investigation. Current pharmaceutical design. 18. 5131-40. 10.2174/138161212802884681.

Schier, A., et alt. (2014). Antidepressant-Like and Anxiolytic-Like Effects of Cannabidiol: A Chemical Compound of Cannabis sativaCNS & Neurological Disorders – Drug Targets, 13(6), pp.953-960.

Rcpsych.ac.uk. (2017). Cannabis and mental health.