Dormir est tellement essentiel dans notre vie qu’il serait certainement plus probable de mourir par manque de sommeil que par manque d’alimentation. A cet effet, pour éviter d’éventuels problèmes de santé, les experts décrètent qu’il est nécessaire de dormir entre 6 et 8 heures par jour. Cependant, des milliers de personnes souffrent de différents types de troubles du sommeil, affectant chaque jour leur qualité de vie.

Les troubles du sommeil se manifestent par des difficultés à dormir. Il existe différents types de troubles, mais l’insomnie et l’apnée du sommeil sont les plus répandues.

L’insomnie est le trouble le plus connu de la majorité des gens. Selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), une personne est considérée comme souffrant d’insomnie lorsqu’elle a des difficultés à s’endormir, à se maintenir endormie, ou encore lorsqu’elle a la sensation d’avoir un sommeil peu réparateur. Par ailleurs, l’apnée du sommeil consiste en une ou plusieurs pauses de la respiration, ou des respirations superficielles pendant le sommeil. Parmi les conséquences de l’apnée, se démarquent les ronflements et les secousses constantes qui réveillent et raréfient les périodes de sommeil profond, périodes indispensables au repos du corps.

 

Une alternative contre le trouble du sommeil

La recherche sur les effets du cannabis médicinal englobe de très nombreuses souffrances. De plus en plus de recherches sont lancées sur la manière dont le cannabidiol (CBD) et le tetrahidrocannabidiol (THC) pourraient soulager les troubles du sommeil . Quelques études révèlent que le cannabidiol peut :

Un test réalisé en 2015 étudiait la manière dont le cannabis à des fins thérapeutiques pouvait améliorer le trouble du sommeil. Aux Etats-Unis, conscients des bienfaits du cannabis médicinal contre les difficultés du sommeil, le cannabis médicinal peut être légalement prescrit pour traiter le trouble du sommeil dans 7 Etats .

Bien qu’il existe de nombreuses études en cours sur les cannabinoïdes et leurs effets sur le sommeil, il n’y a toujours pas de preuves définitives. Les chercheurs se trouvent cependant sur la bonne voie pour parvenir à des progrès important, qui pourraient soulager les troubles du sommeil de millions de personnes à travers le monde.