Êtes-vous un patient traité au cannabis à des fins médicales et depuis longtemps engagé dans le don du sang ? Vous craignez peut-être que la consommation de cannabis, bien que médicale, ne vous empêche de continuer ? Dans cet article, nous allons dissiper vos craintes et expliquer pourquoi le cannabis médical n’empêche pas le don du sang.

Pourquoi donner son sang ?

Nous aimons tous savoir que nous pouvons faire une différence dans le monde, mais à moins d’être médecin, nous avons rarement l’impression de pouvoir sauver la vie d’une personne. Sauf si l’on donne son sang. Un seul don peut sauver jusqu’à trois vies et, chaque année, on compte environ 112 millions de dons du sang dans le monde (soit potentiellement plus de 300 millions de vies sauvées).

Le sang donné est utilisé pour les transfusions sanguines, qui peuvent être nécessaires par exemple aux femmes qui ont perdu du sang lors d’un accouchement compliqué, ou bien aux patients souffrant d’anémie grave, après un traumatisme à la suite d’un accident ou d’une catastrophe naturelle, ou encore à la suite d’interventions chirurgicales complexes et pour les patients atteints de cancer.

Dépistage sanguin

Toute personne qui envisage de donner du sang doit passer par un processus de dépistage de base. Le sang utilisé dans les transfusions doit être exempt d’infections telles que le virus de l’immunodéficience humaine (VIH), les virus de l’hépatite B, C et E, la syphilis et le virus humain T-lymphotrope (HTLV). Un dépistage microbiologique est également effectué.

Le sang donné est également testé pour les groupes sanguins afin que les patients reçoivent le sang le mieux adapté à leur propre groupe.

Les patients atteints de maladies cardiovasculaires, de diabète, d’anémie, d’épilepsie et de cancer ne conviennent pas au don de sang, pas plus que les patients prenant des médicaments anticoagulants comme la warfarine.

Si vous n’êtes pas certain que votre état de santé ou bien vos traitements médicaux vous empêchent de donner votre sang, vous pouvez consulter le site internet de l’Etablissement français du sang qui vous donnera toutes les informations nécessaires et lèvera vos doutes.

La plupart des pays interdisent à toute personne sous l’influence de drogues ou d’alcool de donner du sang. Il est toujours préférable de vérifier auprès du service de don du sang de votre pays s’il existe des restrictions.

Alors, qu’en est-il du cannabis à usage médical ?

Le cannabis et le don de sang

Premièrement, ni le cannabis ni aucune substance intoxicante ne sont testés au cours du processus de dépistage sanguin. Le dépistage détecte les virus transmis par le sang et n’est pas un test toxicologique.

Tel que mentionné précédemment, vous ne serez pas autorisé à donner du sang si vous êtes visiblement en état d’ébriété, ce qui est peut-être davantage un problème pour une personne qui consomme du cannabis à des fins récréatives.

De nombreux patients qui consomment du cannabis à des fins médicales utilisent des produits contenant les cannabinoïdes THC et CBD. Cela signifie en fait que, grâce aux niveaux plus élevés de CBD (cannabidiol) que l’on trouve dans le cannabis à usage médical, les patients ressentent rarement l’effet intoxicant que l’on retrouve dans le cannabis utilisé à des fins non médicales.

Certains patients peuvent se voir prescrire une souche dominante de THC pour des troubles du sommeil ou des nausées associées à la chimiothérapie. Or comme mentionné plus haut, les patients atteints de cancer ne peuvent pas donner de sang. Cependant, si vous prenez une souche à haute teneur en THC pour un problème de santé qui n’est pas incompatible avec le don du sang (comme l’insomnie), il est recommandé de suivre les mêmes conseils donnés dans des pays comme le Canada où le cannabis est légal, soit de laisser passer 12 heures après sa consommation avant de donner du sang.

La Croix-Rouge américaine donne de bons conseils sur la façon de se préparer avant de donner son sang. Ils disent : « Les donneurs doivent être en bonne santé et se sentir bien au moment du don. Les donneurs potentiels devraient avoir bien dormi la veille, manger un bon repas et boire beaucoup au moins deux heures avant le don. »

Les mots « en bonne santé et bien se sentir au moment du don » sont peut-être des points clés à retenir ici. Si vous êtes un patient qui consomme du cannabis à des fins médicales, considérez comment vous vous sentez le jour du don. Si vos symptômes sont accablants, ce n’est peut-être pas le bon moment pour donner votre sang. Vous aurez d’autres occasions dans le futur, à des moments où vous vous sentirez en bonne santé et où vous pourrez à nouveau faire ce geste pour sauver des vies.

Tu as aimé ce post ? Evalue-le. Ce post a été réalisé sur la base de recherches existantes au moment de la date de publication de l’article. En raison du nombre croissant d’études sur le cannabis médical, l’information exposée peut varier au fil du temps et nous informerons des avancées dans les articles ultérieurs

No votes yet.
Please wait...
Summary
Cannabis médical et don du sang
Article
Cannabis médical et don du sang
Description
Le cannabis médical et le don du sang sont-ils compatibles ? Si vous suivez un traitement médical pour le cannabis, ce n’est peut-être pas le bon moment pour donner votre sang.
Author
Publisher Name
Kalapa Clinic
Publisher Logo