Les troubles du spectre autistique (TSA) sont une classe de troubles neurodéveloppementaux, définis par des troubles qualitatifs de la communication et du fonctionnement social, souvent accompagnés de comportements et d’intérêts répétitifs et stéréotypés, généralement remarqués par les parents au cours des trois premières années de la vie de leur enfant. Avec cet article, nous voulons réfléchir à la façon dont le cannabis médicinal pourrait contribuer à améliorer la qualité de vie des enfants autistes.

Symptômes détectés chez les enfants autistes

Les troubles ou symptômes comorbides sont:

  • psychiatriques (anxiété, dépression, compulsion, obsession),
  • comportemental (agressivité, irritabilité, automutilation),
  • sensorielle (sensibilité tactile et auditive),
  • neurologiques (tics, crises et épilepsie),
  • gastro-intestinaux (reflux gastro-oesophagien, constipation, sélectivité alimentaire),
  • développement (cognitif, langage, hyperactivité, hypotonie),
  • et la perturbation du sommeil.

Les TSA comprenaient le syndrome de Asperger, le trouble envahissant du développement non spécifié et l’autisme. Environ 1 enfant sur 150 est atteint d’un TSA, les hommes étant particulièrement touchés. Parce que les troubles sont multifactoriels et hautement génétiques, il n’y a pas de remède

[1]. Les gènes qui affectent la maturation synaptique sont impliqués, altérant les connexions entre les neurones et entraînant un mauvais traitement de l’information dans le cerveau[2].

Environ 40 % des enfants atteints de TSA ne répondent pas bien aux traitements médicaux conventionnels. Par conséquent, un pourcentage élevé de parents recherchent une aide alternative, comme les deux principaux cannabinoïdes trouvés dans la plante de cannabis: le cannabidiol (CBD) et le tétrahydrocannabinol (THC). Les cannabinoïdes activent le système endocannabinoïde et régulent divers processus physiologiques et cognitifs.

Cannabinoïde médical et TSA

Un médicament à base de THC (Dronabinol) a montré une amélioration dans la gestion du comportement d’automutilation résistant au traitement chez les adolescents atteints de déficience intellectuelle à 6 mois de suivi[3]. Alors que le CBD a des propriétés antipsychotiques, anxiolytiques, antioxydantes, anti-inflammatoires et antiépileptiques. De plus, ce n’est pas psychoactif.

En 2018, un bref rapport sur le cannabis riche en canabidiol chez les enfants atteints de troubles du spectre autistique a été publié dans le Journal of Autism and Developmental Disorders. L’auteur a montré dans l’étude qu’après avoir administré du cannabis comme traitement adjuvant, on a signalé une amélioration considérable des problèmes de comportement (61%), d’anxiété (39%) et de communication (47%).

Dans l’étude, le traitement était un mélange de CBD et de THC, avec un ratio à  20:1, respectivement, pris par voie sublinguale deux à trois fois par jour pendant 2 à 4 semaines, avec des doses augmentées en fonction de l’effet et de la tolérance. Les effets indésirables ont été résolus en ajustant la dose du soir et l’âge des patients était de 5 à 18 ans. En se basant sur les résultats prometteurs, le chercheur suggère de poursuivre les recherches dans le cadre d’études contrôlées[4].

En 2019, un autre rapport scientifique a été publié sur Nature, le but de l’étude était de caractériser les patients atteints de TSA recevant un traitement médical du cannabis autistique et de décrire son innocuité et son efficacité. Les données analysées ont été recueillies entre 2015 et 2017 dans le cadre du programme de traitement, soit 188 patients atteints de TSA.

Le traitement était basé sur de l’huile de cannabis appliquée sous la langue, contenant 30% de CBD et 1,5% de THC, administrée trois fois par jour chez la majorité des patients (5 à 19 ans). Après six mois de traitement, 155 patients étaient en traitement actif et 93 (60 %) ont été évalués : 28 patients (30,1 %) ont signalé une amélioration significative, 50 (53,7 %) modérée, 6 (6,4 %) légère et 8 (8,6 %) n’avaient aucun changement dans leur état. La qualité de vie, le sommeil, la concentration, les convulsions, l’humeur positive et la capacité de s’habiller et de prendre une douche de façon autonome se sont également améliorés après six mois.

Les antipsychotiques, les antiépileptiques, les antiépileptiques, les antidépresseurs et les hypnotiques étaient les médicaments chroniques concomitants les plus courants. Des antipsychotiques ont été pris par 55 patients (33,9 %) et, à 6 mois, 11 patients (20 %) ont cessé de prendre ce médicament. En général, une diminution de la consommation de médicaments a été signalée chez 23 patients (34,3 %). L’agitation était l’effet secondaire le plus fréquent chez 23 patients (25,2 %). La raison de l’arrêt du traitement était la suivante : effets secondaires et aucun effet thérapeutique.

En conclusion, les cannabinoïdes semblent sûrs, efficaces et bien tolérés pour soulager les symptômes associés aux TSA. Le mécanisme des effets des cannabinoïdes peut impliquer la régulation de la transmission du GABA et du glutamate, ainsi que la libération de vasopressine et d’oxytocine. Un déséquilibre d’excitation et d’inhibition de la signalisation GABAergic et glutamatergic dans différentes régions du cerveau est caractérisé par un TSA. D’autre part, la vasopressine et l’ocytocine sont des neurotransmetteurs qui renforcent l’interaction sociale, réduisent les comportements répétitifs, contrôlent les informations sociales et améliorent la reconnaissance émotionnelle. On a constaté que la CDB améliorait l’oxytocine et la vasopressine pendant les activités sociales, selon des revues scientifiques[5].

Les présentes études fournissent une bonne preuve de la satisfaction des patients et des parents à l’égard du traitement. Toutefois, les résultats doivent être interprétés avec prudence ; il est important de mener davantage d’études pour mieux comprendre les effets du cannabis médical sur les enfants autistes et les patients atteints de TSA en général.

Tu as aimé ce post ? Evalue-le. Ce post a été réalisé sur la base de recherches existantes au moment de la date de publication de l’article. En raison du nombre croissant d’études sur le cannabis médical, l’information exposée peut varier au fil du temps et nous informerons des avancées dans les articles ultérieurs

[1] Landa, R. J. Diagnosis of autism spectrum disorders in the first 3 years of lifeNature Clin. Pract. Neurol. 4, 138–147 (2008).

[2] Levy SE, Mandell DS, Schultz RT. Autism. Lancet. 2009;374(9701):1627-1638.

[3] Kruger, T. & Christophersen, E. An open label study of the use of dronabinol (Marinol) in the management of treatment-resistant self-injurious behavior in 10 retarded adolescent patients. Journal of Developmental & Behavioral Pediatrics 27, 433 (2006).

[4] Aran, A., Cassuto, H., Lubotzky, A., Wattad, N., & Hazan, E. (2018). Brief Report: Cannabidiol-Rich Cannabis in Children with Autism Spectrum Disorder and Severe Behavioral Problems—A Retrospective Feasibility Study. Journal of Autism and Developmental Disorders.doi:10.1007/s10803-018-3808-2

[5] Bar-Lev Schleider, L., Mechoulam, R., Saban, N., Meiri, G., & Novack, V. (2019). Real life Experience of Medical Cannabis Treatment in Autism: Analysis of Safety and Efficacy. Scientific Reports, 9(1).doi:10.1038/s41598-018-37570-y

 

Rating: 5.0/5. From 1 vote.
Please wait...
Summary
Le cannabis médical aide les enfants autistes
Article
Le cannabis médical aide les enfants autistes
Description
Les enfants autistes commencent à montrer des signes de leur état au cours des trois premières années de leur vie. Beaucoup d'entre eux ne répondent pas aux traitements conventionnels et le cannabis médicinal est étudié comme une alternative.
Author
Publisher Name
Kalapa Clinic
Publisher Logo