Lors d’une étude de 2015 sur les pratiques addictives et comment le cannabidiol pourrait intervenir, la dépendance à la drogue était décrite comme « un trouble chronique récurant caractérisé par le désir impulsif de consommer des drogues et une perte de contrôle de la consommation ». [1] Les substances les plus souvent associées à la toxicomanie sont la nicotine, l’alcool et le jeu, mais en réalité nous pouvons devenir dépendants à presque n’importe quoi. De nos jours, l’addiction aux opiacés pharmaceutiques, aux benzodiazépines, et aux anti-dépresseurs s’est grandement répandue à l’échelle mondiale.

Qu’est ce qui cause la toxicomanie?

On devient dépendant à ce qui rend heureux et qui crée une sensation d’euphorie. Au lieu de réagir face aux symptômes de manque qui peuvent perturber le quotidien, le toxicomane continuera de consommer ce qui le fait se sentir heureux, sans prendre en compte les conséquences de sa dépendance tant pour lui que pour son entourage.

Certaines études ont suggéré que le phénomène d’addiction pouvait être génétique mais que les facteurs environnementaux devaient aussi être pris en compte.

Symptômes de la toxicomanie

En fonction du type d’addiction, les symptômes peuvent être différents. Dans le cas de l’addiction physique, le corps de la personne commence à s’habituer à la drogue ou à la substance et développe une tolérance et une dépendance.

A mesure que la tolérance augmente, le toxicomane a besoin de plus en plus de quantité de drogue pour obtenir un effet similaire. Cela peut résulter à la prise de doses excessives alors que la personne dépendante sent qu’elle a besoin d’avoir un apport toujours plus important pour obtenir les mêmes effets. Quand une personne dépendante au tabac arrête de fumer, elle expérimente des symptômes de manque dû au sevrage, tels que les nausées, diarrhées, douleurs sévères ou frissons, entre autres. Du à cette période de sevrage qui peut être difficile, on remarque que dans la plupart des cas les fumeurs se remettent à fumer car ils ne sont pas capables de supporter le manque et la période de sevrage.

Lorsqu’on parle d’une addiction psychologique ou émotionnelle, la personne dépendante croit réellement qu’elle a besoin de la drogue ou de la substance et que sans cela, elle ne pourra pas vivre correctement. Ce type de pensées peut mener une forte addiction jusqu’à ce que la drogue ou la substance devienne le centre d’intérêt principal de la vie du toxicomane.

Comment peut on traiter l’addiction aux drogues?

Il existe de nombreuses formes de traitement pour la toxicomanie, depuis la thérapie et la réhabilitation jusqu’aux médicaments et à l’éducation.

Les chercheurs ont aussi commencé à étudier les possibilités de traiter le phénomène de dépendance grâce à une thérapie à base de cannabinoïdes. On pense que le cannabidiol (CBD), le second composant le plus connu de la plante de cannabis, régule de nombreux circuits neuronaux, comme les systèmes glutamétérgique et dopaninégique[2], associés à l’addiction aux drogues. De plus, il a été découvert que le système endocannabinoïde composé d’un groupe de récepteurs à cannabinoïdes présents dans tous le corps et dans le système nerveux, agit sur l’acquisition et le maintien des comportements de dépendance à la drogue[3].

Une étude de 2012 menée sur des rats a montré que le cannabidiol inhibait l’effet de récompense provoquée par la morphine et une étude de 2017 a eu les mêmes résultats sur des souris[4]. A travers ces études, on remarque que la partie du cerveau qui s’active en recevant la substance qui provoque l’addiction peut aussi s’activer en prenant du CBD. Cela signifie que le cannabidiol pourrait être utilisé dans une thérapie alternative pour les personnes qui veulent traiter leur toxicomanie.

Il existe d’autres bienfaits du CBD qui peuvent intervenir dans le traitement de l’addiction aux drogues. En effet, le cannabidiol peut être utilisé comme palliatif pour les symptômes de manque. Le CBD dispose de propriétés pour soulager la douleur et pourrait aider les personnes qui souffrent de maux de tête et de douleurs causés par le sevrage[5]. De plus, le CBD a des propriétés anxiolitiques[6] qui peuvent aider à traiter l’anxiété provoqué par la toxicomanie.

Pour les addictions reliées aux opiacés, de nombreuses études ont été menées sur les bénéfices de l’usage du CBD comme alternative aux médicaments classiques pour les problèmes de douleur chronique à long terme. En effet, le traitement à base de CBD dispose de peu d’effets secondaires et le risque d’addiction est très faible. On a aussi découvert que le CBD a un potentiel d’abus très limité du au fait qu’il n’a pas de propriétés psychoactives[7]. Le résultat de ces études est prometteur mais il reste de nombreuses études à mener sur le cannabis médical et la toxicomanie.

[1]Prud’homme, M., Cata, R. and Jutras-Aswad, D. (2015). Cannabidiol as an Intervention for Addictive Behaviors: A Systematic Review of the Evidence. Substance Abuse: Research and Treatment.

[2] Prud’homme, M., Cata, R. and Jutras-Aswad, D. (2015). Cannabidiol as an Intervention for Addictive Behaviors: A Systematic Review of the Evidence. Substance Abuse: Research and Treatment.

[3]Prud’homme, M., Cata, R. and Jutras-Aswad, D. (2015). Cannabidiol as an Intervention for Addictive Behaviors: A Systematic Review of the Evidence. Substance Abuse: Research and Treatment.

[4]Katsidoni, V., Anagnostou, I. and Panagis, G. (2012). Cannabidiol inhibits the reward-facilitating effect of morphine: involvement of 5-HT1Areceptors in the dorsal raphe nucleusAddiction Biology, [online] 18(2), pp.286-296.

[5]Russo, E. (2008). Cannabinoids in the management of difficult to treat painTherapeutics and Clinical Risk Management, [online] Volume 4, pp.245-259.

[6] Crippa, J., Derenusson, G., Ferrari, T., Wichert-Ana, L., Duran, F., Martin-Santos, R., Simões, M., Bhattacharyya, S., Fusar-Poli, P., Atakan, Z., Filho, A., Freitas-Ferrari, M., McGuire, P., Zuardi, A., Busatto, G. and Hallak, J. (2010). Neural basis of anxiolytic effects of cannabidiol (CBD) in generalized social anxiety disorder: a preliminary reportJournal of Psychopharmacology, [online] 25.

[7]Hurd, Y., Yoon, M., Manini, A., Hernandez, S., Olmedo, R., Ostman, M. and Jutras-Aswad, D. (2015). Early Phase in the Development of Cannabidiol as a Treatment for Addiction: Opioid Relapse Takes Initial Center StageNeurotherapeutics, [online] 12(4).