Le potentiel thérapeutique du cannabis a attiré l’attention de la communauté scientifique qui, au cours de ces dernières décennies, a intensifié ses recherches afin de percer les secrets de cette plante et plus particulièrement d’un de ces composants, le cannabidiol (CBD).

Ce cannabinoïde non psychoactif issu du cannabis est considéré comme l’un des composants les plus intéressants par de nombreux scientifiques.  Il possède de nombreuses propriétés pouvant devenir une véritable alternative aux traitements traditionnels.

Ces dernières années, les traitements à base de CBD ont connu un grand succès auprès des personnes souffrant de pathologies pour lesquelles les traitements traditionnels ne sont plus efficaces.  Plusieurs questions se posent donc : Peut-on prendre du CBD avec d’autres médicaments ? Peut-on remplacer les médicaments synthétiques traditionnels par du CBD ?

Les cannabinoïdes et leurs interactions avec les médicaments

De nombreuses personnes qui souhaitent utiliser les cannabinoïdes à des fins thérapeutiques prennent déjà divers médicaments.  Cependant, l’utilisation concomitante de cannabinoïdes avec d’autres médicaments peut provoquer des interactions qui peuvent réduire ou augmenter ses effets thérapeutiques.

Pour comprendre l’origine de ces interactions, il faut observer les enzymes du Cytochrome P450 (CYP450), une grande famille d’hémoprotéines (molécules présentes dans le sang) très impliquée dans le métabolisme de nombreux médicaments, une étape nécessaire pour que le corps puisse éliminer les médicaments.

Le métabolisme de ces médicaments dépend du niveau de ces enzymes dans le sang. Certaines substances peuvent affecter le métabolisme des médicaments.  Lorsque la capacité métabolique augmente, les effets des médicaments disparaissent beaucoup plus rapidement.  A l’inverse, lorsqu’elle diminue, les effets augmentent.

Les cannabinoïdes comme le CBD inhibent le système enzymatique CYP450. Par conséquent, pris en association avec d’autres médicaments, il augmente la durée de leur présence dans le sang, et en même temps, le risque d’effets secondaires si le dosage est trop élevé.    [1]

Les cannabinoïdes ont l’avantage de pouvoir réduire progressivement le dosage des médicaments de synthèse tout en conservant le même dosage de cannabinoïdes.

Bien qu’il n’existe pas de véritable exemple dans la littérature médicale de cas majeurs d’interaction entre les cannabinoïdes et les médicaments, et que les études sur ce sujet n’en sont qu’à leurs débuts, il est fortement recommandé de consulter un spécialiste avant d’intégrer un traitement aux cannabinoïdes.

Comment le CBD se substitue-t-il aux médicaments ?

Nous avons vu que la combinaison de cannabinoïdes et de médicaments peut dans certains cas avoir des avantages thérapeutiques tels que la réduction du dosage de certains médicaments. D’autre part, les quelques études existantes sur le sujet nous empêchent d’affirmer que les cannabinoïdes tels que le CBD peuvent remplacer définitivement la médecine traditionnelle à long terme. Des études sont actuellement en cours pour comprendre leurs mécanismes.

Cependant, les études existantes ont démontré que le CBD peut avoir un potentiel thérapeutique considérable dans le traitement de diverses pathologies telles que l’anxiété, l’épilepsie ou l’inflammation.

En fait, les premiers résultats de plusieurs études ont montré que le CBD, avec son rôle anxiolytique potentiel, pourrait devenir une alternative intéressante aux médicaments synthétiques traditionnels dans le traitement de divers troubles anxieux tels que le trouble d’anxiété généralisée, le trouble panique, le trouble d’anxiété sociale, le trouble obsessionnel-compulsif et le syndrome de stress post-traumatique (SSPT). Toutefois, des études supplémentaires sont nécessaires pour étudier les effets de l’administration chronique de CBD dans des populations cliniques plus ciblées. [2]

Bien que tous les mécanismes du cannabidiol ne soient pas encore connus, les études existantes ont montré qu’il peut être une alternative intéressante pour le traitement de plusieurs syndromes épileptiques en raison de ses propriétés anticonvulsives, neuroprotectrices et non toxiques, par rapport aux traitements traditionnels qui présentent des risques de surdose à long terme[3] ; le contrôle des crises, la réduction de l’activité nerveuse excessive et des lésions cérébrales présentes dans les maladies neurologiques. [4] De plus, l’épilepsie résistante aux médicaments antiépileptiques (épilepsie réfractaire), qui touche près de 30% des patients épileptiques, bénéficierait également des propriétés du CBD. [5] Une étude menée sur des patients pédiatriques souffrant d’épilepsie a montré une amélioration de leur état après la prise orale d’extraits de cannabis. [6]

Les recherches ont montré que le cannabidiol a de nombreuses autres propriétés, notamment anti-inflammatoires, antioxydantes, analgésiques, antipsychotiques et autres… [7]  Mais comme l’indiquent les conclusions de la plupart de ces études, d’autres études sur des populations plus importantes et à long terme sont nécessaires avant de pouvoir tirer des conclusions définitives sur les propriétés de ce cannabinoïde. Bien que les résultats soient plus qu’encourageants, il est trop tôt pour savoir si le CBD peut devenir une alternative viable aux médicaments de synthèse.

Le CBD : une solution pour combattre la résistance aux antibiotiques ?

La résistance aux antibiotiques est l’une des questions les plus préoccupantes pour l’Organisation Mondiale de la Santé, qui dans son premier rapport mondial sur la résistance aux antimicrobiens en 2014, a indiqué que si rien n’est fait, nous pourrions entrer dans une ère post-antibiotique, où des infections autrefois courantes pourraient redevenir mortelles.

Les résultats d’une étude publiée en 2019 ont montré que le CBD pourrait être une solution sérieuse pour lutter contre la résistance aux antibiotiques. En effet, l’utilisation du cannabidiol a empêché la libération de vésicules membranaires, qui jouent un rôle majeur dans la résistance aux antibiotiques, chez les bactéries Gram-négatives. En revanche, son effet sur les bactéries à Gram positif ne serait pas aussi important.

Par conséquent, avec certains antibiotiques, les effets bactéricides du cannabidiol sur les bactéries Gram-négatives seraient considérablement accrus. Quant aux bactéries à Gram positif, le CBD ne ferait qu’augmenter l’effet antibiotique de la Kanamycine.

Dans l’ensemble, les résultats de cette étude ont montré que lorsque le CBD est utilisé avec des antibiotiques spécifiques et sur certaines bactéries, elle peut augmenter l’activité antibiotique en inhibant les vésicules membranaires qui sont partiellement responsables de la résistance aux antibiotiques. Toutefois, d’autres études sont nécessaires pour confirmer si le CBD est une solution viable à ce problème. [8]

[1] Yamaori, S., et alt. (2011). Potent inhibition of human cytochrome P450 3A isoforms by cannabidiol: Role of phenolic hydroxyl groups in the resorcinol moiety. Life Sciences, 88(15-16), 730–736. doi:10.1016/j.lfs.2011.02.017

[2] Blessing, E. M., et alt. (2015). Cannabidiol as a Potential Treatment for Anxiety Disorders. Neurotherapeutics, 12(4), 825–836. doi:10.1007/s13311-015-0387-1

[3] Machado Bergamaschi, et alt. (2011). Safety and Side Effects of Cannabidiol, a Cannabis sativa Constituent. Current Drug Safety, 6(4), 237–249. doi:10.2174/157488611798280924

[4] Campos, A. C., et alt. (2016). Cannabidiol, neuroprotection and neuropsychiatric disorders. Pharmacological Research, 112, 119–127. doi:10.1016/j.phrs.2016.01.033

[5] Devinsky, O., et alt. (2014). Cannabidiol: Pharmacology and potential therapeutic role in epilepsy and other neuropsychiatric disorders. Epilepsia, 55(6), 791–802. doi:10.1111/epi.12631

[6] Press, C. A., et alt. (2015). Parental reporting of response to oral cannabis extracts for treatment of refractory epilepsy. Epilepsy & Behavior, 45, 49–52. doi:10.1016/j.yebeh.2015.02.043

[7] Di Marzo, V., & Piscitelli, F. (2015). The Endocannabinoid System and its Modulation by Phytocannabinoids. Neurotherapeutics, 12(4), 692–698. doi:10.1007/s13311-015-0374-6

[8] Kosgodage, U. S., et alt. (2019). Cannabidiol Is a Novel Modulator of Bacterial Membrane Vesicles. Frontiers in Cellular and Infection Microbiology, 9, 324. doi:10.3389/fcimb.2019.00324