Comme nous l’avons déjà expliqué dans plusieurs de nos articles, les cannabinoïdes sont des classes de composés chimiques agissant sur des récepteurs spécifiques des cellules du cerveau et du corps, qui modifient et/ou régulent de nombreuses fonctions physiologiques, modulant les signaux du système endocannabinoïde. Aujourd’hui, nous voulons vous parler du THCa et du CBDa, deux acides cannabinoïdes.

Les cannabinoïdes avaient été classés en endocannabinoïdes (produits de façon endogène dans le corps des animaux), en phytocannabinoïdes (trouvés dans les plantes de cannabis) et en cannabinoïdes synthétiques (produits chimiquement dans les laboratoires). La plupart des études se concentrent aujourd’hui sur les cannabinoïdes naturellement produits par la plante, tels que le THC et le CBD, mais d’autres études sur d’autres cannabinoïdes moins connus sont en augmentation.

Bien que jusqu’à présent le CBD et le THC soient généralement considérés comme la puissance médicale de la plante, dans cet article nous allons faire un bref résumé des dernières découvertes sur les bienfaits de deux acides cannabinoïdes : THCa et CBDa.

Le phytocannabinoïdes dans la croissance de la plante de cannabis

En 1963, un groupe de recherche,[1] dirigé par M. R. Mechoulam, a isolé et présenté la structure chimique du CBD. Un an plus tard, le même groupe a finalement réussi à isoler également le THC et à expliquer la structure exacte. [2]

Quelques années plus tard, pour mieux comprendre la biogenèse des cannabinoïdes, le groupe s’est rendu compte que l’isolement et la classification de tous les acides cannabinoïdes étaient essentiels. [3]. Outre l’acide cannabidiolique, les acides cannabinolique et cannabigérolique ont été identifiés. Suivent également deux acides ∆⁹-THC, A [4] et B, ainsi que l’acide ∆⁸-THC et l’acide cannabielsoïque.

Après la publication d’une voie possible pour la biogenèse des cannabinoïdes dans la plante, le groupe a supposé qu’il était possible que certains des cannabinoïdes naturels neutres soient des artefacts formés par différents processus : décarboxylation, oxydation (acide cannabielsoïque), cyclisation photochimique (cannabicyclol) ou isomérisation (∆⁸-THC et ∆⁸-THC acide) des autres composants[5].

Acides cannabinoïdes THCa et CBDa

Les deux principaux cannabinoïdes, le THC et le CBD, n’existent pas sous leur forme neutre dans la plante de cannabis. Pendant la croissance de la plante, en effet, ils apparaissent sous leur forme acide, comme le THCa et le CBDa. Une fois ces cannabinoïdes acides chauffés, une réaction chimique appelée  » décarboxylation « , communément appelée activation, a lieu.

À la suite de l’échauffement, ces deux cannabinoïdes changent de forme pour devenir du THC et du CBD. Ce processus de réchauffement peut être le résultat du fumage, de la vaporisation, du chauffage d’un mélange de beurre et de cannabis, mais il commence en fait dans une petite partie pendant le processus de séchage de la plante, une fois que celle-ci est prête.

En ce qui concerne le THC, l’activation de l’acide THC afin d’obtenir une forme décarboxylée est ce qui rend le THC psychoactif[6]. La consommation d’acide THC ne procure pas de sensations « high » puisqu’il agit sur différentes voies qui ne provoquent pas d’effets psychotropes. Une fois décarboxylée, la molécule change de structure en éliminant un groupe carboxyle (COOH) de sa composition acide. Cette conversion transforme les acides cannabinoïdes en un état neutre qui interagit avec les récepteurs CB-1 et CB-2 et produit des effets psychoactifs, le plus souvent associés à l’ingestion ou à la consommation de cannabis.

Bien que nous comprenions les bienfaits psychoactifs et thérapeutiques des cannabinoïdes neutres, comment la molécule d’acide originale interagit-elle avec le corps humain ?

THCa et CBDa (acides cannabinoïdes): avantages médicaux

Lorsque l’on parle de concepts physiopathologiques de niveau avancé, il est préférable d’examiner le fonctionnement de ces composés acides dans la nature.

Une fois que le cannabis atteint sa maturité, le THCa s’accumule en fortes concentrations le long des fleurs et des feuilles. Son but est de causer la mort cellulaire, appelée nécrose, en créant une voie à travers la membrane mitochondriale des cellules. Cette action maintient la plante mature en bonne santé en éliminant de force les cellules mortes, mourantes ou endommagées.

Les humains présentent un mécanisme similaire, appelé mort cellulaire programmée. [7]. Ce terme est courant lorsqu’on parle de cancer, car une erreur dans la mort cellulaire programmée permet aux cellules malades de rester actives. La prolifération de ces cellules malades peut alors entraîner un cancer. Bien qu’il s’agisse d’une découverte importante, elle ne répond pas encore entièrement à la question de savoir comment ces cannabinoïdes favorisent la santé humaine, et d’autres études sur le THCa sont nécessaires.

Jusqu’à présent, nous savons que les acides cannabinoïdes ne semblent pas interagir avec les récepteurs cannabinoïdes. Le THCa et le CBDa (acides cannabinoïdes) interagissent avec le système endocannabinoïde humain en modifiant l’efficacité de quatre fonctions primaires :la  Libération de COX-1, l’Inhibition de COX-2, l’Inhibition de TNF-Alpha, la Libération d’interleukine-10.[8]. En fin de compte, cela signifie que ces cannabinoïdes soutiennent activement la capacité de notre propre corps à réduire l’inflammation, à stimuler le système immunitaire, la performance et à réduire considérablement les niveaux de douleur globale.

Bien qu’il n’existe pas de recherches approfondies sur le CBDa, des données préliminaires en laboratoire suggèrent que le CBDa pourrait être utile dans quatre domaines thérapeutiques distincts. Il s’agit notamment de:

  • Inflammation
  • Nausées et vomissements
  • Épilepsie
  • Anxiété

CBDa contre l’inflammation

Des recherches de laboratoire in vitro ont montré que le CBDa a des propriétés anti-inflammatoires potentielles, dues à l’inhibition de l’activité de la COX-2 (cyclooxygénase). [9].La COX-2 est exprimée par les cellules impliquées dans l’inflammation et est apparue comme l’isoforme principalement responsable de la synthèse des prostanoïdes (PG – un groupe d’acides gras complexes) impliqués dans les états inflammatoires aigus et chroniques des processus pathologiques[10].

Les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) classiques ont montré qu’ils inhibent à la fois les activités de la COX-1 et de la COX-2. L’inhibition de la synthèse de la PG dépendante de la COX-2 explique les effets anti-inflammatoires et analgésiques des AINS, tandis que la suppression de la COX-1 peut entraîner de nombreux effets secondaires indésirables.

Ainsi, on a supposé que des inhibiteurs spécifiques de l’enzyme COX-2 pourraient avoir des actions thérapeutiques idéales, semblables à celles des AINS classiques, sans produire d’effets indésirables, causés par l’inhibition des activités de la COX-1.

CBDa contre les nausées et  les vomissements

Plusieurs études ont également montré l’effet du CBD sur la réduction des nausées et des vomissements, par agonisme indirect des récepteurs 5-HT1A situés dans le tronc cérébral. [11].

Le CBDa inhibe le comportement induit par la nausée chez le rat en améliorant l’activation des récepteurs 5-HT1A, ce qui est intéressant à une concentration plus faible que le CBD.

Il sera également nécessaire de rechercher les mécanismes par lesquels le CBDa induit l’amélioration de l’activation des récepteurs 5-HT1A. Ceci pourrait être étudié en réalisant des expériences in vitro avec des cellules transfectées par 5-HT1A qui n’expriment pas d’autres types de récepteurs. De plus, le CBDa a également démontré sa capacité à supprimer les vomissements provoqués par les toxines et les mouvements chez les musaraignes.

Le CBDa comme médicament antiépileptique

Dans un brevet déposé en 2015 par GW Pharma, [12],l’effet anti-saisie du cBDa a été étudié et expliqué. Ayant déjà un médicament à base de CBD pour le traitement de types rares d’épilepsie, comme le syndrome de Dravet, la compagnie a remarqué certaines limites, comme la faible biodisponibilité du produit et la nécessité de l’administrer à forte dose.

GW Pharma a découvert qu’en ajoutant des quantités plus faibles de CBDa, l’effet thérapeutique du médicament était plus puissant, en termes d’action plus rapide et d’effet plus fort, et moins susceptible de provoquer des effets secondaires. De plus, sa biodisponibilité était supérieure, ce qui, selon eux, pourrait signifier un début plus rapide des effets. En fait, la compagnie envisage de combiner les deux cannabinoïdes comme médicament antiépileptique, car le CBDa peut être utile pour produire un effet d’apparition rapide, tandis que le CBD peut être utile pour produire un effet prolongé.

Le CBDa peut aider à soulager l’anxiété et la dépression

Les effets anti-anxiété du CDB ont été très remarqués par de nombreuses études sur des humains souffrant d’anxiété sociale et de dépression. Comme le CBD, le CBDa active le récepteur 5-HT1A de la sérotonine, également connu pour moduler les sentiments de bien-être et d’anxiété. Dans une étude menée sur des rats et publiée sur la neuropsychopharmacologie européenne[13],, il a été démontré que le CBDa a produit des effets antidépresseurs à des doses 10 à 100 fois plus faibles que le CBD, mais des recherches supplémentaires sur l’homme sont nécessaires.

Acides cannabinoïdes dans le traitement du cancer

Le CBDa a récemment montré des possibilités d’inhiber la croissance du cancer. Le lien entre le cancer et la forme acide de le CBD a été démontré dans une étude de 2012 sur les cellules cancéreuses du sein[14].. Dans cette étude, on a expliqué que le CBDa peut être impliquée d’une manière ou d’une autre dans la croissance du cancer par la suppression de l’enzyme COX-2, un des principaux instigateurs des métastases du cancer du sein, ainsi que d’autres formes de tumeurs.[15]

De la même manière, le THCa et le CBDa ont montré leurs effets anti-inflammatoires, qui en font des tueurs potentiels de cancer. Une étude suédoise de 2011 sur l’évaluation de six cannabinoïdes différents, [16], . Y compris leurs formes acides, a révélé que l’ensemble de ces six substances avait un effet important sur les processus inflammatoires dans les lignées cellulaires du cancer du côlon en laboratoire. Ils ont montré qu’en interférant avec le processus inflammatoire, ils sont capables d’inhiber la prolifération des cellules cancéreuses.

Bien que l’efficacité réelle du THCa et du CBDa soit encore à l’étude, l’utilisation de ces cannabinoïdes acides dans l’industrie moderne du cannabis est très prometteuse et mérite d’être étudiée par des chercheurs et des experts du cannabis.

Les recherches existantes sur les bienfaits médicaux du CBDa et du THCa (acides cannabinoïdes), en particulier en ce qui concerne l’inflammation et le cancer, laissent déjà de grands espoirs à ceux qui veulent traiter avec des traitements au cannabis, sans traiter les effets psychoactifs. Espérons qu’avec plus de recherche sur l’ensemble de la plante de cannabis, et pas seulement sur le CDB et le THC sous forme neutre, une meilleure compréhension de chaque cannabinoïde existant dans la nature permettra d’autres approches et méthodes différentes basées sur le cannabis médical.

Tu as aimé ce post ? Evalue-le. Ce post a été réalisé sur la base de recherches existantes au moment de la date de publication de l’article. En raison du nombre croissant d’études sur le cannabis médical, l’information exposée peut varier au fil du temps et nous informerons des avancées dans les articles ultérieurs

[1] Mechoulam R, Gaoni Y. The isolation and structure of cannabinolic, cannabidiolic and cannabigerolic acids. Tetrahedron. 1965;21:1223–1229. [PubMed]

[2] Gaoni Y., Mechoulam R. (1964) Isolation, structure and partial synthesis of an active constituent of hashish. J Am Chem Soc 86: 1646–1647 [Ref list]

[3] ElSohly, M. A., and Slade, D. (2005). Chemical constituents of marijuana: the complex mixture of natural cannabinoids. Life Sci. 78, 539–548. doi: 10.1016/j.lfs.2005.09.011 [PubMed Abstract]

[4] Guillermo Moreno-Sanz (2016). Cannabis and Cannabinoid Research. Volume 1, issue 1 https://doi.org/10.1089/can.2016.0008

[5] Sirikantaramas, S., Taura, F., Morimoto, S., and Shoyama, Y. (2007). Recent advances in Cannabis sativa research: biosynthetic studies and its potential in biotechnology. Curr. Pharm. Biotechnol. 8, 237–243. doi: 10.2174/138920107781387456 [PubMed Abstract]

[6] Kerstin Iffland, Michael Carus and Dr. med. Franjo Grotenhermen (2016). Decarboxylation of Tetrahydrocannabinolic acid (THCA) to active THC. European Industrial Hemp Association (EIHA).

[7] Guillermo Moreno-Sanz (2016). Can You Pass the Acid Test? Critical Review and Novel Therapeutic Perspectives of Δ9-Tetrahydrocannabinolic Acid A. Cannabis and Cannabinoids Research, Volume 1 issue 1 https://doi.org/10.1089/can.2016.0008

[8] Angelo A. Izzo, Francesca Borrelli, Raffaele Capasso, Vincenzo Di Marzo and Raphael Mechoulam. Non-psychotropic plant cannabinoids: new therapeutic opportunities from an ancient herb. https://doi:10.1016/j.tips.2009.07.006

[9] Shuso Takeda, Koichiro Misawa, Ikuo Yamamoto, and Kazuhito Watanabe (2008). Cannabidiolic Acid as a Selective Cyclooxygenase-2 Inhibitory Component in Cannabis. Vol. 36, No. 9 The American Society for Pharmacology and Experimental Therapeutics 20909/3374428. DMD 36:1917–1921, 2008

[10] Smith WL, DeWitt DL, Garavito RM. Cyclooxygenases: Structural, cellular, and molecular biology. Annu Rev Biochem. 2000;69:145–182. [PubMed]

[11] Cluny NL, Naylor RJ, Whittle BA, Javid FA. The effects of cannabidiol and tetrahydrocannabinol on motion-induced emesis in Suncus murinus. Basic Clin Pharmacol Toxicol. 2008;103:150–156.[PubMed]

[12] Colin Stott, Nicholas Jones, Robin Williams, Benjamin Whalley (2017). Use of cannabinoids in the treatment of epilepsy. International Publication Number: WO 2017/025712

[13] L. Shbiro, D. Hen-Shoval, N. Hazut, G. Zalsman, R. Mechoulam, A. Weller, G. Shoval (2017). Anti-depressant-like effects of cannabidiol and cannabidiolic acid in genetic rat models of depression. European NeuropsychopharmacologyVolume 27, Supplement 4, pages S783-S784, DOI: https://doi.org/10.1016/S0924-977X(17)31426-8

[14] Takeda S, Okajima S, Miyoshi H, Yoshida K, et alt. (2012). Cannabidiolic acid, a major cannabinoid in fiber-type cannabis, is an inhibitor of MDA-MB-231 breast cancer cell migration. Toxicology Letters, 214(3): 314-9. DOI: 10.1016/j.toxlet.2012.08.029

[15] Takeda S, Okajima S, Miyoshi H, Yoshida K, Okamoto Y (2012). Cannabidiolic acid, a major cannabinoid in fiber-type cannabis, is an inhibitor of MDA-MB-231 breast cancer cell migration. DOI: 10.1016/j.toxlet.2012.08.029.

[16] Ruhaak LR, Felth J, Karlsson PC, Rafter JJ, Verpoorte R, Bohlin L. (2011). Evaluation of the cyclooxygenase inhibiting effects of six major cannabinoids isolated from Cannabis sativaBiological & pharmaceutical bulletin, 34(5):774-8

No votes yet.
Please wait...
Summary
Acides cannabinoïdes : avantages médicaux du THCa et du CBDa
Article
Acides cannabinoïdes : avantages médicaux du THCa et du CBDa
Description
Les acides cannabinoïdes THCa et CBDa présentent de nombreux avantages médicaux dans le traitement de l'inflammation, de l'épilepsie, des nausées et des vomissements.
Author
Publisher Name
Kalapa Clinic
Publisher Logo